Le fondateur de Wikipedia soutient Israël mais tient à la neutralité du site
Rechercher

Le fondateur de Wikipedia soutient Israël mais tient à la neutralité du site

Jimmy Wales était de passage à Tel-Aviv pour y recevoir un prix pour son rôle dans la "révolution de l'information"

Jimmy Wales  (Crédit photo: CC BY Jol Ito, Flickr)
Jimmy Wales (Crédit photo: CC BY Jol Ito, Flickr)

TEL AVIV (JTA) – En 2003, deux ans après que le site a été fondé, les rédacteurs de Wikipedia firent face à un dilemme : comment devaient-ils faire référence au mi-clôture-mi-mur qu’Israël construit le long de la frontière avec la Cisjordanie ?

La première version de l’article – publiée au milieu de la sanglante Deuxième Intifada, ou soulèvement palestinien – l’a appelé une « clôture de sécurité » et se concentrait sur le soutien à Israël.

En une demi-heure, un autre rédacteur a ajouté une phrase à propos d’une condamnation des Nations unies. Plus tard dans la même journée, l’expression « mur de l’apartheid » est apparue, utilisant la phraséologie favorite des Palestiniens.

Après des milliers de modifications, l’encyclopédie en ligne gratuite financée par crowdsourcing, l’article évoque à présent la « barrière de Cisjordanie israélienne » et fournit des liens vers plusieurs termes alternatifs, allant de « barrière de séparation » à « mur de l’apartheid ».

« La meilleure chose à faire, si vous êtes débutant dans un sujet, c’est que vous devriez connaître tout ce qui s’écrit à son propos », a expliqué dimanche Jimmy Wales, le fondateur de Wikipedia, à JTA lors d’une interview.

« C’est une lutte. Vous devez apprendre ces questions. Vous ne devez pas, d’une manière claire, utiliser des termes qui impliquent une conclusion cachée. »

Wales était en Israël – il a déjà été ici depuis plus de 10 fois, confie-t-il, – pour recevoir le Prix Dan David, un prix international d’un million de dollars décerné une fois par an à l’Université de Tel-Aviv.

Wales a été choisi pour son rôle de fer de lance de ce que la commission du prix a appelé la « révolution de l’information ».

Un palestinien marchant le long de la barrière de sécurité du côté du village d'Abu dis à Jérusalem-Est (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Un Palestinien marchant le long de la barrière de sécurité du côté du village d’Abu-dis, à Jérusalem-Est.(Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

« Nous pourrions nous réunir et donner la grande récompense pour l’univers d’une encyclopédie gratuite à chaque personne de la planète », a déclaré Wales lors de son discours d’acceptation, décrivant la mission de Wikipedia.

« Wikipedia n’est pas uniquement UN site Web, c’est un mouvement de partage des connaissances à l’échelle mondiale. »

Wales attache beaucoup d’importance à la neutralité de Wikipedia, un site traduit en 288 langues, dont l’hébreu, le yiddish et le ladino.

Peu de sujets présentent en la matière un défi aussi important que le conflit israélo-palestinien, où chaque mot ou extrait d’information peut être imprégné d’idéologie. Sa réponse consiste à fournir autant de faits que possible, pour tenter d’éviter tout risque de partialité.

« Vous pouvez imaginer un incident historique où [l’ancien Premier ministre israélien] Ariel Sharon a dit ceci, et [l’ancien président de l’Autorité palestinienne Yasser] Arafat a déclaré cela. Vous présentez ce que toutes les parties ont dit et laissez au lecteur le soin d’arriver à la réponse. »

Tous les défenseurs d’Israël ne sont pas d’accord avec cette approche.

En 2010, l’organisation israélienne de droite My Israel a recruté des militants pour modifier les articles de Wikipédia liés à Israël et leur donner une inclinaison sioniste. Wales dit que cela n’a servi à rien, bien que maintenant seuls les rédacteurs enregistrés de Wikipédia peuvent modifier l’entrée « Israël ».

Plus que le risque d’une information tendancieuse, la multiplicité de voix dans chaque article de Wikipedia est précieuse, affirme Hagit Meishar-Tal, professeur à l’Institut de Technologie de Holon qui étudie l’influence de Wikipedia.

Selon elle, les lecteurs qui étudient l’historique et les discussions entre les rédacteurs de Wikipédia peuvent acquérir une meilleure compréhension d’un sujet.

« Cette discussion peut générer une information pertinente sur ce qui cause les désaccords, sur ce que sont les arguments entre les différents wikipédiens », estime Meishar-Tal. « Le mécanisme essaie de créer un consensus, et c’est une belle chose. »

Tandis que Wikipedia s’efforce de faire preuve d’objectivité sur Israël, Wales est imperturbablement pro-israélien. La conférence annuelle Wikimania, organisée par l’association à but non lucratif qui gère Wikipedia, a eu lieu en 2011 dans la ville israélienne de Haïfa, et Wales a participé à la Conférence présidentielle israélienne la même année.

Avant la conférence de Haïfa, Wales a défendu Israël dans un échange sur Facebook avec un militant pro-palestinien, Joey Ayoub, que Ayoub a ultérieurement publié.

Répondant aux accusations d’apartheid israélien qu’avançaient Ayoub, Wales a répondu : « Que pensez-vous de ces roquettes ? Les condamnez-vous ? » Vraisemblablement, il faisait allusion aux tirs des roquettes sur Israël par le Hamas à partir de Gaza.

« Je suis un fervent partisan d’Israël, donc je n’écoute pas ces critiques », a révélé Wales à JTA.

Wales a dit soutenir Israël pour « toutes les raisons habituelles – le soutien à la liberté d’expression est très important pour moi, les droits des femmes, une démocratie appropriée. Vous pouvez soutenir toutes ces choses tout en critiquant des actions et des politiques qui ne sont pas bonnes ».

Après ce voyage, Wales, dont le travail a été en grande partie non-lucratif, sera plus riche de 900 000 dollars (10 % du prix va revient à des doctorants).

Outre Wales, le prix Dan David Prize de cette année a été décerné aux historiens Alessandro Portelli et Peter Brown, et aux bioinformaticiens Cyrus Chothia, David Haussler et Michael Waterman.

Dans le passé, des personnalités comme l’ancien vice-président Al Gore et les cinéastes Joel et Ethan Cohen ont remporté le prix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...