Le groupe Azrieli ferme ses centres commerciaux après une journée de rébellion
Rechercher

Le groupe Azrieli ferme ses centres commerciaux après une journée de rébellion

Le groupe affirme que l'ouverture de vendredi a toujours été prévue comme une journée "pilote" et qu'il attendra que le gouvernement donne son accord pour rouvrir ses centres

Le centre commercial Ayalon de Ramat Gan à sa réouverture, le 20 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le centre commercial Ayalon de Ramat Gan à sa réouverture, le 20 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Un important exploitant de centre commercial a fermé dimanche trois de ses centres qui avaient rouvert leurs portes la semaine dernière, au milieu de la frustration générale des propriétaires de magasins face aux politiques gouvernementales qui maintenaient ces infrastructures fermées.

Le groupe Azrieli a déclaré que ses trois centres commerciaux, à Ramat Gan, Haïfa et Modiin, resteraient fermés jusqu’à ce que le gouvernement prenne de nouvelles décisions en la matière, ont rapporté les médias israéliens.

Ces trois centres faisaient partie de plusieurs centres commerciaux qui ont ouvert vendredi malgré les ordres de fermeture. Le gouvernement a autorisé l’ouverture de presque tous les autres magasins et centres commerciaux, mais ceux des centres commerciaux couverts ont reçu l’ordre de rester fermés.

Le groupe Ofer, qui exploite les autres centres commerciaux clandestins, a déclaré qu’il poursuivrait l’ouverture des établissements près de Haïfa, à Beer Sheva et à Petah Tikva.

Les centres commerciaux Azrieli « resteront fermés et fonctionneront selon un plan approuvé par le gouvernement », a fait savoir l’exploitant dans un communiqué.

Le groupe a indiqué qu’il attendrait les développements du cabinet corona, un groupe de ministres chargé de définir la politique sanitaire.

Le groupe Azrieli a expliqué que ses centres commerciaux avaient été ouverts selon les termes établis dans un plan pilote qui aurait vu la réouverture des centres commerciaux intérieurs pendant une journée pour tester l’efficacité des plans de déconfinement.

Bien que le projet pilote ait été annulé, le groupe a déclaré dans un communiqué que les résultats de l’ouverture d’une journée étaient « transmis aux autorités afin qu’elles puissent les examiner ».

S’adressant au Times of Israel, une source familière des développements a démenti les informations des médias selon lesquelles le groupe Azrieli avait été contraint de rester fermé sous la menace d’amendes pour avoir enfreint le confinement, et a expliqué que l’ouverture de vendredi n’avait été prévue que comme un test d’une journée.

Le centre commercial Ayalon de Ramat Gan à sa réouverture, le 20 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Depuis la mi-septembre, les centres commerciaux sont fermés – à l’exception des magasins essentiels qu’ils contiennent – en raison des règles de confinement. Les magasins hors centres commerciaux ont récemment été autorisés à rouvrir, avec un nombre de clients plafonné, qui a été porté de quatre à dix mercredi.

L’ouverture initiale des magasins a attiré des foules de clients qui, dans de nombreux cas, ignoraient les distanciations sanitaires dans les files d’attente pour entrer dans les magasins.

En revanche, vendredi, les centres commerciaux qui ont ouvert n’ont connu qu’une faible fréquentation, de nombreux magasins ayant choisi de rester fermés. Les centres commerciaux ont souligné qu’ils avaient pris toutes les précautions nécessaires, limité l’affluence et suivi toutes les recommandations en matière de santé.

Un cadre pour la réouverture des centres commerciaux prévoit de garantir 14 mètres-carrés d’espace pour chaque client, de limiter à sept le nombre de personnes faisant la queue pour chaque magasin et à deux le nombre de personnes dans un ascenseur à la fois, et de désigner des vigiles chargés de patrouiller dans le centre commercial et de s’assurer que les directives sont respectées, a rapporté la Treizième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...