Le lieutenant Avshalom Armoni, tué durant un entraînement, a été enterré à Jérusalem
Rechercher

Le lieutenant Avshalom Armoni, tué durant un entraînement, a été enterré à Jérusalem

L'implorant de "rentrer à la maison", son père et sa mère lui ont rendu un dernier hommage au cimetière militaire du mont Herzl

Le lieutenant Avshalom Armoni, l'un des deux soldats tués durant un entrainement militaire, le 26 septembre 2017 (Autorisation)
Le lieutenant Avshalom Armoni, l'un des deux soldats tués durant un entrainement militaire, le 26 septembre 2017 (Autorisation)

Des centaines de proches et d’amis d’Avshalom Armoni, 22 ans, se sont rassemblées pour accompagner le lieutenant à sa dernière demeure. Il a été tué mercredi durant un entraînement dans le plateau du Golan.

Armoni a été enterré au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem.

Il a été tué en même temps que le sergent Avinoam Cohen, qui a été enterré mercredi dans le même cimetière.

La mère du défunt soldat, Tamar Armoni, a déclaré que son fils « aimait la vie. Tu t’investissais auprès de tes amis et ils t’aimaient. Tu honorais tes parents. Tu étais drôle et vif. Le monde a perdu un homme qui faisait éclater de rire tant de personnes. Chaque vendredi, quand il rentrait du front dans le Golan « tu m’amenais des fleurs », s’est souvenue sa mère. « Maintenant, c’est nous qui t’amenons des fleurs au mont Herzl. »

« Tu étais l’enfant vertueux de notre famille. »

Chen Armoni, père d’Avshalom, a déploré « le peu de temps » que son fils a eu à vivre lors de son oraison funèbre.

« Tu es tombé pour la défense du pays. Je sais combien tu aimais les soldats. Ça suffit. On a compris. Maintenant rentre à la maison », a déclaré son père entre deux sanglots, au-dessus de la tombe de son fils.

« Le Ciel ne t’a donné que peu de temps ici, mais en si peu de temps, tu as réussi à en faire tant, avec un engagement si fort. Tu étais un homme unique, humble, qui a placé la barre haute en morale et en éthique. Je suis fier d’être ton père. »

Il a parlé de l’amour que son fils vouait à la Terre d’Israël.

« Je sais que tu es tombé en défendant et en protégeant notre pays, par amour pour Israël, avec ta foi en le retour vers Sion, pour le sionisme », a-t-il ajouté.

Il a également présenté ses condoléances à la famille d’Avinoam.

L’armée avait annoncé, dans la nuit de mardi à mercredi qu’un canon auto-moteur dans lequel ils circulaient s’est renversé après une chute au cours d’un entraînement nocturne sur le plateau du Golan, faisant 2 morts et 4 blessés.

En conséquence de cet accident, les militaires ont annulé tous les exercices jusqu’à dimanche et ce, à partir de mercredi après-midi. De plus, aucun canon mobile ne sera autorisé à se déplacer dans l’obscurité jusqu’à nouvel ordre, a indiqué l’armée.

Les soldats appartenaient au 411e bataillon de la 282e batterie du Corps d’artillerie de l’armée israélienne. Ils participaient à un exercice dans le cadre d’un entraînement du Commandement et de leur compagnie. Ils déplaçaient leur canon mobile depuis la base militaire de Nafah vers l’intersection voisine de Wasset.

Alors qu’ils circulaient sur un chemin de terre parallèle à la route 978, ils se sont trouvés dans l’obligation de faire demi-tour. Lorsqu’ils ont tenté de le faire, leur canon était positionné frontalement à une ligne de véhicules qui participait également à l’exercice. Le conducteur a rapporté que les lumières des voitures « l’avaient aveuglé », a dit l’armée.

Alors qu’il poursuivait sa manœuvre, le canon automoteur est sorti du chemin et a fait une chute de huit mètres dans un fossé, a annoncé un porte-parole de l’armée israélienne.

Deux équipes d’experts – l’une dirigée par un général de brigade des forces terrestres et l’autre issue du cours des commandants de compagnie et de bataillon de l’armée – étudieront l’accident afin de déterminer comment il est arrivé et comment il aurait pu être évité. La police militaire a également ouvert sa propre enquête.

Selon l’armée, les deux questions principales de cet accident sont : pourquoi le véhicule est-il sorti du chemin et l’accident aurait-il pu être évité après que le conducteur a indiqué avoir été aveuglé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...