Le Mouvement islamique exhorte Amman à bannir les Juifs du mont du Temple
Rechercher

Le Mouvement islamique exhorte Amman à bannir les Juifs du mont du Temple

Affirmant qu'Israël prévoit de détruire Al-Aqsa, Raed Salah appelle la Jordanie à intervenir, même au prix du traité de paix

Elhanan Miller est notre journaliste spécialiste des affaires arabes

Le dirigeant islamiste Raed Salah pendant une grande manifestation anti-gouvernementale à Sakhnin, le 13 octobre 2015. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Le dirigeant islamiste Raed Salah pendant une grande manifestation anti-gouvernementale à Sakhnin, le 13 octobre 2015. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu tente d’interdire la branche nord du Mouvement islamique d’Israël pour incitation à la violence, le chef de file du mouvement est resté belligérant mardi, appelant le gouvernement de la Jordanie à nier aux Israéliens son droit de visite au mont du Temple.

Dans un appel publié sur son mur Facebook, Sheikh Raed Saleh a de nouveau accusé Israël de comploter pour détruire la mosquée Al-Aqsa et de « construire un temple imaginaire sur ses ruines ».

Il a exhorté le gouvernement jordanien à révoquer les articles du traité de paix signé avec Israël en 1994 qui permettent aux Juifs de visiter le mont du Temple, « même si cela entraîne l’annulation du traité de paix ».

« L’article premier du paragraphe neuf de cet accord stipule que chaque partie accorde à l’autre la liberté d’entrer dans des lieux ayant une importance religieuse et historique. Basé sur ce texte, l’occupation israélienne prétend qu’il a un accord tacite pour entrer dans la mosquée Al-Aqsa, prétendant que la mosquée Al-Aqsa est le soi-disant Temple, qui a une signification religieuse et historique », a écrit Saleh.

Netanyahu a demandé au ministère de la Justice de trouver des preuves démontrant que le Mouvement islamique de Saleh incite les musulmans à commettre des attentats violents contre les Israéliens dans le cadre de sa campagne médiatique de longue date : « Al-Aqsa est en danger ». Selon un article publié sur le site Internet Maariv, mardi, une décision finale sur la question n’a pas encore été prise.

Lors d’une conférence de presse le 8 octobre, Netanyahu a affirmé que le Mouvement islamique était le principal instigateur de la violence en Israël et en Cisjordanie tandis que les attentats au couteau et les jets de pierre se multiplient.

« Nous sommes en pleine vague de la terreur qui est le résultat de l’incitation sauvage et fausse du Hamas, de l’Autorité palestinienne, de quelques Etats de la région, et du, pas des moindres – et souvent beaucoup plus – Mouvement islamique en Israël », a déclaré Netanyahu. « Nous allons prendre des mesures sévères contre le Mouvement islamique en Israël. Personne n’y échappera ».

Raed Saleh, chef de la branche nord du Mouvement islamique en Israël (Crédit photo: Miriam Alster / Flash90)
Raed Saleh, chef de la branche nord du Mouvement islamique en Israël (Crédit photo: Miriam Alster / Flash90)

Quelques heures plus tôt, Saleh avait préempté la menace de Netanyahu, en montrant une défiance spectaculaire, lors d’une intervention diffusée en direct de Nazareth sur Al-Aqsa TV, une chaîne du Hamas.

« Ils menacent de nous interdire, mais c’est l’occupation israélienne qui [agit] en dehors de la loi », a-t-il dit. « Jérusalem est en danger et Al-Aqsa est en danger, et la seule solution est que l’occupation israélienne parte. Ceci est le consensus palestinien ».

« Il n’y a pas de force dans le monde, quel que soit son nom, hébreu ou non hébreu, qui peut nous interdire », a poursuivi le religieux musulman. « Nous nous sommes tenus avec Al-Aqsa et nous continuerons à le faire jusqu’à ce que nous mourrions et rencontrions Dieu ».

Les dirigeants palestiniens, du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, au dirigeant du Hamas, Ismail Haniyeh, ont mis l’accent sur la présumée menace imminente sur Al-Aqsa posée par Israël, depuis sa destruction supposément planifiée (Haniyeh) à la division de sa place entre Juifs et Musulmans (Abbas).

Mais il n’y a pas de leader plus associé à la sonnette d’alarme sur ces dangers fabriqués que Saleh d’Umm al-Fahm.

Yehuda Yemini, un responsable du Shin Bet qui a récemment pris sa retraite, a déclaré que le Mouvement islamique a investi des fonds considérables pour aggraver les tensions religieuses sur le mont du Temple, appelé en arabe Haram al-Sharif ou simplement « Al-Aqsa » (dérivé de la mosquée Al-Aqsa).

« L’activité du Mouvement islamique s’est réduite pour se concentrer presque exclusivement sur le mont du Temple », a déclaré Yemeni au Times of Israel. Depuis 2010, lorsque l’activité du Hamas a été éradiquée de Jérusalem, le Mouvement islamique a pris sa place, a-t-il ajouté.

« Chaque jour, ils mettaient 300 à 400 personnes du nord et du sud d’Israël dans un bus, qu’ils payaient 3 000 shekels par mois, pour qu’ils s’assoient et haranguent les visiteurs juifs sous couvert d’être des groupes d’études religieuses », a déclaré Yemeni.

« Ils filment ces visites et publient les clips vidéo deux heures plus tard, sur leur site web sous le slogan qui incite des ‘juifs essayant de conquérir le mont’… vous répétez ce mensonge suffisamment de fois et les gens commencent à y croire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...