Rechercher

Le « négociateur » : comment le neveu de Sadate fait libérer les détenus d’Egypte

Le pays compte 60 000 prisonniers d'opinion parmi lesquels des chercheurs, des journalistes, des avocats, des militants, des comédiens et même d'ex-candidats à la présidence

Mohamed Sadate, neveu de l'ancien président égyptien Anouar Sadate, s'exprime lors d'un entretien avec l'AFP dans son bureau de la capitale du Caire, le 19 septembre 2021. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)
Mohamed Sadate, neveu de l'ancien président égyptien Anouar Sadate, s'exprime lors d'un entretien avec l'AFP dans son bureau de la capitale du Caire, le 19 septembre 2021. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Pour les défenseurs des droits humains, les prisonniers politiques d’Egypte sont des « otages ». Un homme s’est juré de les sortir de leurs cellules : le neveu du président assassiné Sadate, le seul à arracher des libérations à un Etat qui s’est raidi sur les libertés.

Mohamed el-Sadate, fringant député de 66 ans aux yeux noisette, n’est pas un opposant. Il se décrit plutôt comme un « négociateur de bonne foi », un « messager » faisant le pont entre une société civile fragmentée à force d’arrestations et d’exil et un régime établi à la faveur de la répression. Des islamistes d’abord, avec le renversement du président Mohamed Morsi en 2013, puis des libéraux.

« Je ne suis pas seul à dialoguer avec l’Etat, beaucoup de gens sont en lien étroit avec les institutions, mais récemment nous sommes parvenus à trouver les mots pour être entendus », affirme-t-il à l’AFP dans son bureau d’un faubourg cossu du Caire.

Entendus au point que « les cas de certains ont été réexaminés », assure modestement le parlementaire. Durant le seul mois de juillet, 46 militants – dont certains très en vue comme l’avocate Mahienour el-Masry – ont été relâchés.

« Travail en coulisses »

Ces libérations ont fait espérer une nouvelle ère pour la présidence d’Abdel Fattah al-Sissi, ancien maréchal plaidant pour davantage de droits économiques et sociaux plutôt que politiques.

Des Égyptiens appellent à la destitution du président égyptien Abdel Fattah el-Sissi lors d’une manifestation au centre-ville du Caire, le 20 septembre 2019. (Crédit : Stringer/AFP)

Mais, s’empressent d’ajouter les militants des droits humains, le pays compte toujours 60 000 prisonniers d’opinion parmi lesquels des chercheurs, des journalistes, des avocats, des militants, des comédiens et même d’ex-candidats à la présidence.

M. Sadate, lui, ne s’intéresse pas au passé de ceux qu’il défend : l’essentiel est qu’ils sortent, dit-il, défendant son pragmatisme.

« Il y a énormément de travail en coulisses avec les agences de sécurité qui réexaminent les cas que nous présentons pour des raisons humanitaires ou juridiques », explique l’homme devant un cliché de son oncle Anouar el-Sadate, Prix Nobel de la paix pour avoir été le premier dirigeant arabe à reconnaître Israël en 1979.

Depuis son poste d’observateur dans des cercles autorisés, M. Sadate écarte la possibilité que les rares avancées sur les droits humains dans son pays résultent de pressions extérieures.

M. Sissi a longtemps eu les mains libres, l’ex-président américain Donald Trump ne cessant de répéter qu’il faisait « un job formidable » dans un Moyen-Orient déchiré par les conflits. Mais en campagne, le successeur à la Maison Blanche Joe Biden avait promis de ne plus lui donner de « blanc-seing » sur les droits humains.

Depuis, Le Caire a retrouvé un rôle clé dans la région en contribuant à mettre fin en mai à la guerre entre le groupe terroriste palestinien du Hamas et Israël, et M. Biden a adopté un ton plus conciliant.

Le président américain Joe Biden s’exprime depuis la salle à manger d’État de la Maison-Blanche, à Washington, le 3 septembre 2021. (AP Photo/ Susan Walsh)

Seuls 10 % de l’aide militaire de Washington à l’Egypte (environ 1,1 milliard d’euros au total) sont conditionnés à l’adoption de mesures en faveur des libertés.

Début octobre, M. Sadate emmenait à Washington une délégation de députés et de personnalités médiatiques égyptiennes. Une « opération de charme », assure un participant parmi les diplomates américains, chercheurs et politiciens ou militants égyptiens.

« Sadate n’est pas le vrai patron, il est un sage, une autorité morale de l’Etat », résume à l’AFP ce participant qui requiert qu’on taise son identité. « Peut-être que Sissi veut venir à Washington et que c’est un des moyens d’obtenir son carton d’invitation », suggère-t-il.

Mais pour M. Sadate, qui a un temps pensé à se présenter contre M. Sissi à la présidentielle de 2018, peu importe la méthode, seul compte l’objectif : sortir de prison ces jeunes et moins jeunes qui subissent la détention préventive sans fin, les procès à rallonge, l’isolement ou encore des semaines sans voir leur famille.

Le processus est toujours le même. Il présente un dossier puis « des responsables de la justice nous disent que des détenus vont être libérés après révision de leur cas et ensuite nous prévenons leurs familles », explique-t-il à l’AFP. « Voilà en résumé, ce qu’on fait ».

C’est un homme « foncièrement sympathique », affirme un ex-détenu à propos de M. Sadate. Il « est votre homme si vous avez une affaire de droits humains », poursuit celui qui est désormais libre mais interdit de quitter le territoire. Mais « entre les services de sécurité et les militants de la société civile, il avance sur un fil ténu ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...