Rechercher

Le New York Times publie une enquête sur les écoles hassidiques – en yiddish

Pour la première fois, le journal publie un contenu en yiddish. L’article évoque les lacunes du système éducatif hassidique, qui préparent mal les étudiants à la vie aux États-Unis

Illustration - Un homme traverse devant un autobus scolaire avec une inscription en yiddish à Borough Park, Brooklyn, New York le 1er janvier 2014 (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)
Illustration - Un homme traverse devant un autobus scolaire avec une inscription en yiddish à Borough Park, Brooklyn, New York le 1er janvier 2014 (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)

C’est sans doute une première : le New York Times a publié dimanche un article sur le système scolaire hassidique en yiddish et en anglais.

L’article, qui présente une enquête sur les normes d’éducation au sein de la communauté juive hassidique de New York, est publié en yiddish et en anglais, vraisemblablement pour permettre à la communauté ciblée d’accéder aux conclusions de l’enquête.

La population hassidique de New York est d’environ 200 000 personnes, ce qui représente 10 % de la population juive totale de l’État, explique le New York Times.

Une grande partie de la communauté s’exprime en yiddish, langue principale des Juifs européens avant la Shoah.

Il est déjà arrivé que le journal publie dans d’autres langues que l’anglais, mais il semble que ce soit la première publication en yiddish.

L’enquête a révélé que, dans un test de mathématiques et de lecture réalisé au niveau de l’État, une école hassidique de la branche radicale de Satmar avait affiché un taux d’échec de 100 %.

Illustration — Dans cette photo d’archive du 20 septembre 2013, des enfants et des adultes traversent la rue devant un autobus scolaire à Borough Park, quartier de Brooklyn, à New York, qui abrite de nombreuses familles juives ultra-orthodoxes. (Crédit : AP Photo/Bebeto Matthews)

L’enquête du journal explique que « des générations d’enfants ont été privées d’une éducation de base, piégeant nombre d’entre eux dans le chômage et la dépendance » au sein des communautés hassidiques.

« Les écoles produisent chaque année des milliers d’élèves qui ne sont en rien préparés pour trouver leur place dans le monde extérieur, ce qui contribue à des taux de pauvreté élevés dans les quartiers hassidiques, parmi les plus élevés de tout New York », indique le journal.

Bien qu’elles ne soient absolument pas à la hauteur des normes éducatives de l’État de New York, les écoles hassidiques de la ville ont reçu plus d’un milliard de dollars de financement de l’État ces quatre dernières années, relève le New York Times.

Les dirigeants hassidiques assurent que leur communauté reçoit beaucoup moins de fonds publics pour l’éducation que leurs homologues des écoles publiques.

L’article est disponible en ligne sans frais, mais beaucoup, au sein des communautés hassidiques, n’ont pas accès à Internet ni aux contenus laïcs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...