Le premier vol commercial entre Israël et les Émirats décollera lundi
Rechercher

Le premier vol commercial entre Israël et les Émirats décollera lundi

Kushner, O'Brien et Berkowitz participeront à un vol historique aux côtés d'une délégation israélienne dirigée par le conseiller à la sécurité nationale Ben-Shabbat

Des avions d'El Al sur le tarmac de l'aéroport Ben Gourion le 3 août 2020. (Autorisation : Jack Guez / AFP)
Des avions d'El Al sur le tarmac de l'aéroport Ben Gourion le 3 août 2020. (Autorisation : Jack Guez / AFP)

Des responsables américains ont annoncé mardi que le premier vol commercial entre Israël et les Émirats arabes unis est prévu pour la semaine prochaine, transportant des délégations américaines et israéliennes à Abou Dhabi après que les deux pays ont convenu de normaliser leurs relations.

Le vol, probablement sur un avion israélien El Al, transporterait une délégation américaine dirigée par le conseiller principal et gendre du président américain Donald Trump, Jared Kushner, et le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien, ont déclaré les responsables.

Ils ont ajouté que la délégation israélienne serait composée d’experts dans les domaines de l’aviation, de l’espace, de la santé et des banques.

Les fonctionnaires n’ont pas été autorisés à discuter publiquement de l’affaire et se sont exprimés sous couvert d’anonymat.

Le bureau du Premier ministre a annoncé que le vol partirait lundi prochain et que la délégation israélienne serait dirigée par le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben-Shabbat. Le chef de l’autorité de l’aviation civile et les directeurs du cabinet du Premier ministre, du ministère des Affaires étrangères et de celui de la Défense y participeront également.

La déclaration israélienne ne fait pas référence à un vol direct ni à l’utilisation d’un avion de ligne d’El Al.

La délégation américaine, outre Kushner et O’Brien, comprendrait également l’envoyé spécial pour les négociations internationales, Avi Berkowitz.

De gauche à droite, debout : l’envoyé spécial américain pour l’Iran Brian Hook, l’assistant du président et représentant spécial pour les négociations internationales Avraham Berkowitz, l’ambassadeur américain en Israël David Friedman, le conseiller principal du président à la Maison Blanche Jared Kushner, et le ministre du Trésor Steven Mnuchin, applaudissent autour du président Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche, mercredi 12 août 2020, à Washington. Trump a déclaré jeudi que les Émirats arabes unis et Israël avaient convenu d’établir des relations diplomatiques complètes. (Photo AP / Andrew Harnik)

Le cabinet de Netanyahu a précisé que les discussions à Abou Dhabi porteraient sur les moyens de promouvoir les collaborations dans des domaines tels que l’aviation, le tourisme, le commerce, la finance, la santé, l’énergie et la défense.

Le Premier ministre a indiqué que les pourparlers permettraient de « faire progresser la paix et la normalisation » avec les EAU.

« C’est un accord historique », a déclaré M. Netanyahu. « Il stimulera la croissance. Il contribuera à la croissance économique générale, en particulier à l’ère du coronavirus. J’espère que d’autres pays de notre région rejoindront le cercle de la paix ». Il a également exprimé l’espoir que les citoyens israéliens pourront bientôt se rendre à Dubaï et à Abou Dhabi. « Il y a beaucoup à voir là-bas », a-t-il assuré.

Ce sera le premier vol direct connu de la compagnie aérienne nationale israélienne vers un pays arabe du Golfe et un signe important de progrès dans la mise en œuvre de l’accord d’établissement de relations officielles entre Israël et les EAU.

Le vol révélerait également le soutien saoudien à l’accord.

Les Saoudiens ont exprimé un soutien tiède et n’ont jusqu’à présent pas dit s’ils autoriseraient les deux pays à utiliser leur espace aérien pour des vols directs. Sans l’accord de l’Arabie Saoudite, les vols devraient probablement emprunter un itinéraire détourné et potentiellement risqué autour du Yémen et à travers le golfe Persique.

Israël et les EAU ont annoncé le 13 août qu’ils établissaient des relations diplomatiques complètes, dans le cadre d’un accord négocié par les États-Unis qui exigeait également qu’Israël suspende son plan d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie.

Les EAU sont le troisième pays arabe, après l’Égypte et la Jordanie, à avoir accepté d’établir des relations officielles avec Israël. Les responsables israéliens et américains ont exprimé l’espoir que d’autres pays arabes du Golfe suivront bientôt, avec des relations basées sur des intérêts commerciaux et sécuritaires mutuels, et leur inimitié commune envers l’Iran.

Les drapeaux israéliens et émiratis flottent le long d’une route de la ville côtière de Netanya, en Israël, le 16 août 2020 (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Entre-temps, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a décollé mardi du premier vol officiel direct entre Israël – où il a rencontré Netanyahu, le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi – et le Soudan.

De là, il se rendra à Bahreïn, avant de rejoindre Abou Dhabi pour des entretiens avec le ministre émirati des Affaires étrangères Abdoullah bin Zayed Al Nahyane sur l’accord israélo-émirati et d’autres questions régionales, selon le département d’État. Les responsables ont indiqué que des escales à Oman et au Qatar étaient également possibles.

Pompeo sera suivi par Kushner vers plusieurs des mêmes destinations plus tard dans la semaine, ont indiqué les diplomates.

Ni le voyage de Pompeo ni celui de Kushner ne devraient donner lieu à des annonces immédiates de percées diplomatiques, mais tous deux visent à tirer parti du succès de l’accord entre Israël et les EAU en finalisant au moins un, voire plus, accord de normalisation entre les pays arabes et Israël dans un avenir proche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...