Le rabbin Ben Zion Shenker, compositeur de 500 mélodies hassidiques, meurt à 91 ans
Rechercher

Le rabbin Ben Zion Shenker, compositeur de 500 mélodies hassidiques, meurt à 91 ans

Le mélodiste, connu pour ses nigunim comme “Eshes Hayil”, “Mizmor L’Dovid” et “Yasis Alayich” souffrait de problèmes cardiaques

Le rabbin Ben Zion Shenker, qui a composé plus de 500 mélodies hassidiques, des nigunim, dont certaines ont été enregistrées par Itzhak Perlman, est décédé.

Shenker est mort le 20 novembre à Brooklyn, New York, à 91 ans. Il aurait eu des problèmes cardiaques.

Shenker, qui était un rabbin ordonné, était associé au mouvement hassidique polonais Modzitzer.

Il a enregistré ses propres mélodies, et les a aussi fait enregistrer par d’autres, comme le violoniste Perlman, Andy Statman, clarinettiste et mandoliniste klezmer, et l’orchestre philharmonique d’Israël. Il a également influencé la musique du rabbin Shlomo Carlebach, selon le New York Times.

Les mélodies les plus connues de Shenker sont « Eshes Hayil » (une femme de valeur) et « Mizmor L’Dovid » (un psaume de David) qui reprend le 23e Psaume.

Sa mélodie de « Yasis Alayich » (réjouissez-vous) est jouée dans la plupart des mariages hassidiques.

« Quand les hassidiques ont fui l’Europe, il est devenu le répertoire de toute cette musique », a déclaré Statman, qui a travaillé avec Shenker sur un enregistrement quelques jours avant sa mort, selon le Times. « Il était une personne suprêmement musicale, et sa compréhension de la manière de chanter une mélodie, de la colorer et de la décorer était juste incroyable. »

Shenker était né à Brooklyn quatre ans après l’arrivée de ses parents, Mordechai et Miriam Shenker, venus de Pologne.

Adolescent, il avait été le secrétaire musical du rabbin Shaul Yedidya Elazar Taub, le rebbe des Modzitz de Pologne, qui avait été choisi pour sa capacité à déchiffrer la musique.

En 1956, il avait lancé un label, Neginah, et a enregistré neuf albums de mélodies Modzitz. Il a inspiré d’autres dynasties hassidiques qui ont également enregistré leurs mélodies, a rapporté le New York Times.

Il a travaillé dans l’entreprise familiale de chandails puis comme partenaire dans un petit commerce de diamants. Il a également été pendant six décennies le cantor de la synagogue Modzitzer de Brooklyn.

Il laisse derrière lui trois filles, 23 petits-enfants, et plus de 90 arrière-petits-enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...