Rechercher

Le taux de chômage en Israël est revenu aux niveaux pré-COVID, soit à 4 %

Selon l'Agence pour l'emploi, 163 800 Israéliens sont sans emploi ; au plus fort de la pandémie, la population active comptait 24 % de demandeurs d'emploi

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des personnes attendent aux abords d'un bureau de chômage de Jérusalem (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Des personnes attendent aux abords d'un bureau de chômage de Jérusalem (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Le nombre de chômeurs en Israël est redescendu aux niveaux observés pour la dernière fois avant la pandémie de coronavirus, selon les chiffres publiés mardi par l’Agence israélienne pour l’emploi.

La pandémie de COVID-19 au début de l’année 2020 avait paralysé l’économie et fait perdre leur emploi à des centaines de milliers de personnes, mais avec l’affaiblissement du virus, le pays est essentiellement retourné à la normale au cours des derniers mois.

Les données de février montrent que 163 800 personnes se sont inscrites au chômage, soit environ le même nombre qu’il y a deux ans, lorsque le COVID-19 a fait son apparition dans le pays.

Les données montrent une baisse de 2,9 % par rapport au nombre de chômeurs en janvier, le mois précédent. 23 402 nouveaux demandeurs d’emploi ont été enregistrés en février, contre 29 323 en janvier, selon les données.

Le rapport entre le nombre de demandeurs d’emploi et le nombre de postes disponibles est de 1,1, le plus bas depuis 2009, ce qui signifie qu’il y a des postes ouverts pour la plupart des chômeurs.

Toutefois, bon nombre des personnes à la recherche d’un emploi ne sont pas qualifiées pour occuper les postes disponibles, qui sont en grande partie dans le secteur des technologies et nécessitent une formation universitaire ou une expérience préalable.

Au début de l’année 2021, dans un contexte de restrictions sanitaires, on comptait 12 demandeurs d’emploi pour chaque poste disponible. Juste avant le début de la pandémie, début 2020, le ratio était de 1,7 demandeur d’emploi pour chaque offre d’emploi.

Le Bureau central des statistiques a publié lundi des chiffres montrant un taux de chômage de 4 %, soit le même taux qu’en février 2020, juste avant la pandémie.

Le COVID continue de faire des ravages dans l’économie, puisque 23 100 personnes ont dû s’absenter du travail au cours de la seconde moitié du mois en raison du virus, notamment pour cause de maladie et de quarantaine.

Lorsque les mesures de confinement avaient entraîné la fermeture des lieux publics en 2020, le nombre de personnes sans emploi en Israël était monté en flèche, atteignant plus d’un million en avril de cette année-là, soit plus de 24 % de chômage, le taux le plus élevé jamais enregistré.

Ces derniers mois, alors qu’Israël est sortie de sa cinquième vague d’infections au COVID-19, la plupart des restrictions ont été levées, ouvrant l’économie. Cependant, ces derniers jours, la rapide augmentation du nombre de cas a suscité la crainte que le pays ne se dirige vers une sixième vague.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...