Le témoin de l’attaque du rassemblement anti-Netanyahu tiré du lit par la police
Rechercher

Le témoin de l’attaque du rassemblement anti-Netanyahu tiré du lit par la police

L'homme dit que la police a voulu l'intimider en arrivant à son domicile à 1h du matin pour l'emmener au poste ; la police soupçonne le conducteur d'agression grave et préméditée

Capture d'écran vidéo d'une voiture, (au centre), alors qu'elle heurte des manifestants antigouvernementaux lors d'un rassemblement à Tel Aviv, le 1er octobre 2020. (Twitter)
Capture d'écran vidéo d'une voiture, (au centre), alors qu'elle heurte des manifestants antigouvernementaux lors d'un rassemblement à Tel Aviv, le 1er octobre 2020. (Twitter)

Un témoin d’un attentat présumé contre des manifestants lors d’un rassemblement anti-Netanyahu à Tel Aviv la semaine dernière a déclaré lundi qu’il avait été emmené pour être interrogé au milieu de la nuit dans ce qu’il a perçu comme étant une tentative d’intimidation de la police.

Alec Yefremov avait été arrêté lors de la manifestation de jeudi dernier et placé dans une cellule à côté de Pini Luzon, 35 ans, qui est soupçonné d’avoir arrêté sa voiture et d’avoir ensuite accéléré pour percuter un groupe de manifestants qui se tenait au milieu d’une route près du lieu de la manifestation, avant de s’éloigner à toute vitesse.

Yefremov a publié sur les réseaux sociaux qu’il avait entendu Luzon menacer les manifestants dans les cellules voisines, en disant : « Attendez qu’on se retrouve dehors. Regardez ce que je vais vous faire. Je suis celui qui a percuté [avec la voiture]. »

M. Yefremov a déclaré à la Douzième chaîne de télévision que, une fois rentré chez lui, il a reçu un appel téléphonique d’un numéro inconnu vers 1 heure du matin lundi, puis une voiture de police est arrivée à son domicile.

L’ami de Yefremov a filmé l’interaction avec les policiers. L’heure n’a pas pu être confirmée de manière indépendante.

« Ils ont pris mon téléphone portable et m’ont dit que j’étais en détention », a déclaré M. Yefremov. « On m’a mis dans une voiture et, au poste de police, le policier m’a lu mes droits comme si j’étais interrogé dans le cadre d’une garde à vue. »

1 בלילה. Alec Yefremov אחד הקולות הבולטים במחאה מעוכב מביתו 'בשביל לתת עדות'. הפלאפון שלו הוחרם. משטרת ישראל הופכת לשטאזי. השוטרים סירבו לומר לאיזו תחנה הם לוקחים אותו.ישראל 2020. שוטרים מגיעים לאנשים הביתה ופשוט לוקחים אותם לתחנה בלי שום עילה מוצדקת.

פורסם על ידי ‏‎Shay Sekler‎‏ ב- יום ראשון, 4 באוקטובר 2020

« On ne m’a pas demandé ce que j’avais fait en tant que manifestant, mais seulement ce que j’avais écrit sur l’attaque à la voiture lors de la manifestation. J’ai l’impression d’avoir été kidnappé à mon domicile », a déclaré M. Yefremov.

Il a déclaré au site d’information Walla qu’il pensait qu’il s’agissait d’une tentative d’intimidation.

« Cela m’a semblé être une tentative d’intimidation. Je pense qu’ils voulaient m’envoyer un message en raison de ma participation aux manifestations », a-t-il déclaré.

L’incident, filmé, s’est produit alors que des milliers de personnes sont descendues dans la rue jeudi dernier pour protester contre les nouvelles restrictions qui limitent le mouvement de protestation en cours contre Benjamin Netanyahu, en lien avec son inculpation pour corruption et sa gestion de la pandémie.

Le conducteur, Pini Luzon, âgé de 35 ans, avait été arrêté à un barrage routier à proximité, mais a été autorisé à passer malgré des dommages visibles sur sa voiture. Il a été arrêté à l’aube vendredi matin, a indiqué la police.

Lors d’une audience tenue dimanche, Luzon a été placé en résidence surveillée. Cependant, la police a fait appel de cette décision et, lundi, sa détention a été prolongée jusqu’à mardi.

Pini Luzon. (Captures d’écran de la Douzième chaîne)

La police a déclaré au tribunal qu’il était soupçonné d’agression grave préméditée. Il pourrait être condamné à une peine de prison allant jusqu’à 20 ans s’il est reconnu coupable de cette accusation.

Vendredi, Luzon a affirmé qu’il essayait de s’éloigner des manifestants, et non de les attaquer.

« Je me suis retrouvé coincé dans cette situation et j’ai paniqué. Je me suis senti encerclé et attaqué dans ma voiture, alors j’ai fui les lieux », a-t-il déclaré au tribunal de première instance de Tel Aviv. « J’étais submergé par les émotions. »

Luzon a affirmé que l’incident n’était pas motivé politiquement et qu’il n’avait aucune sympathie pour le Premier ministre, contre lequel les manifestants protestaient.

« Je n’aime même pas Bibi et je n’aime pas la politique », a-t-il dit, en utilisant le surnom de Netanyahu.

Dans la vidéo de l’incident diffusée sur les réseaux sociaux, on voit une femme tomber au sol avant de se relever. Le service d’urgence du Magen David Adom a déclaré plus tard qu’après les examens, personne n’avait été blessé.

Le rassemblement de Tel Aviv représentait une des plus de 1 000 petites manifestations clairsemées qui ont éclaté dans tout le pays jeudi soir suite à l’approbation finale du Comité de la Knesset nécessaire au passage de la législation limitant les manifestations à moins d’un kilomètre du domicile et à des groupes de 20 personnes maximum.

Les manifestants ont été victimes de multiples attaques, dont la plus récente samedi dernier, lorsqu’une femme de 81 ans aurait été poussée au sol à Jérusalem. Son état de santé n’a pas été immédiatement révélé. Dans le nord de Tel Aviv, les manifestants ont déclaré qu’une femme avait été agressée et blessée.

À Pardes Hannah, le bras d’un manifestant aurait été cassé par un agresseur, tandis que des bouteilles en verre ont été lancées sur les manifestants à Holon et Ramat Gan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...