Les arbres israéliens se portent bien, selon une évaluation de 58 497 espèces
Rechercher

Les arbres israéliens se portent bien, selon une évaluation de 58 497 espèces

Au niveau mondial, 30 % des arbres sont menacés d'extinction. La plupart des 62 espèces d'Israël sont classées comme "peu préoccupantes" et une seule comme "en danger"

Un arbre ancien le long du ruisseau Betzet en Galilée occidentale, dans le nord d'Israël. (CarmelH1, Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0)
Un arbre ancien le long du ruisseau Betzet en Galilée occidentale, dans le nord d'Israël. (CarmelH1, Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0)

Les arbres sauvages d’Israël se portent relativement bien, selon la dernière évaluation mondiale des arbres, qui a analysé l’état de conservation de chacune des 58 497 espèces d’arbres connues dans le monde.

À l’échelle mondiale, 30 % des espèces d’arbres sont menacées d’extinction, et au moins 142 espèces d’arbres sont enregistrées comme éteintes.

Sur les 62 espèces israéliennes, 45 sont classées dans la plus basse des sept catégories, « préoccupation mineure », selon les chiffres de l’Union internationale pour la conservation de la nature, l’autorité mondiale en matière de statut du monde naturel.

Quatre sont considérées comme « quasi-menacées », la catégorie supérieure à « préoccupation mineure ». Il s’agit d’espèces de genévrier (Juniperus turbinata), du tamaris de Jordanie et de l’olivier, qui est largement cultivé.

Une seule espèce – le tamaris du Néguev – est classée dans la catégorie « En danger ». C’est une étape avant « en danger critique d’extinction », et deux étapes avant « éteint à l’état sauvage ». Cette espèce est protégée par la loi.

Vue de champs d’oliviers en basse Galilée, le 7 février 2019 (Hadas Parush/Flash90).

Sept espèces n’ont pas été évaluées du tout et les données étaient insuffisantes pour six autres.

Selon une autre liste appelée ThreatSearch, qui combine toutes les évaluations de conservation publiées pour les plantes, y compris la liste rouge de l’UICN, ainsi que les évaluations nationales et régionales, 45 espèces sont classées comme « non menacées », cinq « possiblement menacées » et deux « menacées ».

La liste de l’UICN constate que deux espèces sont endémiques – on ne les trouve qu’en Israël – mais le Dr Yuval Sapir, directeur du Jardin botanique de Tel Aviv, a déclaré que cela était incorrect et que le pays n’avait pas d’arbres endémiques.

La majorité des arbres sauvages indigènes d’Israël peuvent être trouvés dans des jardins botaniques, des arboretums ou des collections de banques de semences en Israël et à l’étranger, et 43 espèces se retrouvent dans une zone protégée quelque part dans le monde, selon le rapport.

Bien qu’Israël soit un petit pays, à peu près de la taille du New Jersey, et que sa population connaisse la croissance la plus rapide du monde développé, il est doté de réserves naturelles, de forêts et de plusieurs jardins botaniques.

Un vieux pistachier de l’Atlantique dans la vallée d’Ela, dans le centre d’Israël. (Davidbena, Wikimedia Commons, CC BY-SA 3.0)

Grâce à l’évaluation mondiale des arbres, des recherches intensives ont été entreprises au cours des cinq dernières années dans le cadre de l’organisation à but non lucratif Botanic Gardens Conservation International afin de compiler des informations sur les risques d’extinction des 58 497 espèces d’arbres dans le monde.

« Nous savons maintenant que 30 % des espèces d’arbres sont menacées d’extinction, et qu’au moins 142 espèces d’arbres sont enregistrées comme éteintes », indique une introduction à l’évaluation.

« Les principales menaces qui pèsent sur les espèces d’arbres sont le défrichement des forêts et d’autres formes de perte d’habitat, l’exploitation directe pour le bois et d’autres produits et la propagation de parasites et de maladies envahissantes. Le changement climatique a également un impact clairement mesurable. »

« La diversité des arbres est inégalement répartie sur le globe. Le plus grand nombre d’espèces d’arbres se trouve en Amérique centrale et du Sud, suivi par les autres régions tropicales d’Asie du Sud-Est et d’Afrique.

« La plus grande proportion d’espèces menacées se trouve en Afrique tropicale, qui comprend Madagascar, l’un des pays où le nombre d’arbres menacés est le plus élevé. Les zones tempérées d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord, qui présentent une diversité d’arbres relativement faible, ont également la plus faible proportion d’espèces d’arbres menacées d’extinction. »

Vue d’un champ de palmiers dattiers près du Moshav Petza’el, dans la vallée du Jourdain, le 14 février 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...