Les Haggadoth post-Shoah et leurs versions de l’esclavage et de la liberté
Rechercher

Les Haggadoth post-Shoah et leurs versions de l’esclavage et de la liberté

Une exposition à la Bibliothèque nationale d'Israël met en lumière différents thèmes de la Pâque non traditionnelle dans l'Europe de l'après-guerre et la Palestine d'avant l'Etat

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Tiré de la "Haggadah des survivants" écrite pour le Seder des survivants de 1947 à Munich, Allemagne (Bibliothèque nationale d'Israël).
Tiré de la "Haggadah des survivants" écrite pour le Seder des survivants de 1947 à Munich, Allemagne (Bibliothèque nationale d'Israël).

Les thèmes de l’esclavage et de la liberté dans la Haggadah de Pessah sont familiers mais souvent peu connus de nombreux lecteurs.

Une nouvelle exposition à la Bibliothèque nationale d’Israël offre une vision du XXe siècle sur l’histoire de l’exode d’Égypte, avec une collection de Haggadahs écrites par des survivants de l’Holocauste ainsi que par des soldats juifs qui ont servi dans l’armée américaine, la Brigade juive de l’armée britannique et la force paramilitaire pré-étatique Haganah pendant les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale et à l’époque de la guerre d’Indépendance d’Israël.

« C’est un genre très familier, mais moins connu aujourd’hui », a déclaré le Dr Hezi Amiur, conservateur de la Collection Israël à la Bibliothèque nationale. « C’est une question de liberté et d’indépendance, qui fait partie de la grande histoire que nous racontons. Il crée un pont entre la Pâque, une fête très traditionnelle, et les nouvelles traditions israéliennes de Yom HaAtsmaout. Ils sont célébrés différemment, mais en fonction du message traditionnel qui est universel, et pas seulement juif, de la liberté et de la lutte contre l’esclavage. Nous l’avons tous appris de l’exode d’Egypte. »

Le texte de la Haggadah réécrit par les survivants de l’Holocauste à Munich après la Seconde Guerre mondiale, aujourd’hui exposé à la Bibliothèque nationale d’Israël (Bibliothèque nationale d’Israël).

L’exposition « L’année prochaine, nous serons libres, soldats et survivants, écrivez la Haggadah de Pessah, 1940-1948 » est ouverte jusqu’au 31 mai, englobant la Pâque ainsi que les célébrations du 70e anniversaire d’Israël, Yom HaShoah et Yom HaZikaron.

L’écriture de nouvelles Haggadahs non traditionnelles a commencé dans les années 1920 et s’est poursuivie tout au long des années 1960, a expliqué Amiud. La Bibliothèque nationale compte plus de 10 000 Haggadahs dans sa collection, dont plus de 2 000 datent des années 1920 jusqu’à aujourd’hui.

Après la Seconde Guerre mondiale, de nombreux survivants et soldats ont écrit leur propre version de la Haggadah pour les Seders, même si les conditions étaient difficiles et qu’ils n’avaient ni le temps ni le matériel pour faire des copies de leurs textes.

« Il ne restait plus que quelques exemplaires, dit Amiur, alors nous avons choisi ceux qui racontaient le mieux l’histoire.

Dans ces années d’après-guerre, beaucoup de survivants de l’Holocauste encore présents en Europe essayaient de se rendre en Israël. Parallèlement, la Brigade juive de l’armée britannique en Israël était sur le point de quitter la Palestine, et des membres de la Haganah et des soldats juifs de l’armée américaine stationnés en Europe et à Chypre célébraient le Seder avec des survivants de l’Holocauste.

Une page de la haggadah écrite par le 36a Palmach Third Battalion pour la fête de Pessah de 1948 (Bibliothèque nationale d’Israël).

L’exposition se termine par une sélection de livrets de la Haggadah de 1948, couvrant la période comprise entre la fin de l’Holocauste et le mois précédant la déclaration d’Indépendance de mai 1948 de l’État d’Israël.

L’une des sélections est une Haggadah écrite par une unité de soldats de la Haganah stationnés dans la vallée de la Houla dans les semaines précédant la Pâque, lorsque la guerre d’indépendance était entrée dans une phase difficile. Alors que l’entité préétatique se préparait au départ de l’armée britannique et à la déclaration de l’établissement de l’État qui viendrait en mai, des soldats juifs étaient tués au combat et cette Haggadah raconte cette histoire.

« Ils venaient de vivre une bataille au cours de laquelle 22 soldats ont été tués, et cela témoigne du sentiment des soldats qui se sentaient prêts à sacrifier leur vie », a dit Amiud. « Ils attendaient l’établissement de l’État et l’arrivée de survivants de l’Holocauste dans le pays, et ils parlent de leur volonté de se sacrifier pour la création de l’État. C’est le même message de rédemption. »

Tiré de la « Haggadah des survivants » écrite pour le Seder des survivants de 1947 à Munich, Allemagne (Bibliothèque nationale d’Israël).

Une autre Haggadah exposée a été créée en 1946 à Munich, en Allemagne. C’était la première Pâque après la fin de l’Holocauste, et l’Europe comptait de nombreux réfugiés juifs, dont beaucoup dans des camps de personnes déplacées à Munich. Un Seder était prévu pour les jeunes survivants qui appartenaient à un mouvement de jeunesse sioniste, avec une Haggadah écrite pour eux par Yosef Sheinson, professeur d’hébreu et survivant du ghetto de Kovno.

La Haggadah était truffée de messages sur la terre d’Israël, soulignant les similitudes entre l’exode de l’Egypte et leur sortie espérée de l’Europe vers la Palestine pré-étatique. La page d’ouverture de la Haggadah, qui commence par « Nous étions esclaves de Pharaon en Egypte », a été réécrite comme suit : « Nous étions esclaves de Hitler en Allemagne ».

« Ils ont comparé le maror, l’herbe amère, à l’exil et à l’amertume de ne pas avoir construit l’État juif à temps pour fuir l’Europe », a indiqué Amiud.

Une autre page de la haggadah créée par les soldats de la Haganah en avril 1948 (Bibliothèque nationale d’Israël).

La Haggadah a été illustrée avec des gravures sur bois réalisées par l’artiste Miklos Adler, un survivant de Debrecen en Hongrie, qui a repris les concepts traditionnels de l’Egypte, de l’esclavage et de l’exode et les a recréés dans les images des camps de concentration et de l’Allemagne nazie.

La dernière illustration dans la Haggadah est celle de « Lech Lecha », le commandement biblique au patriarche Abraham de prendre ses biens et d’aller sur la terre de Canaan, mais repensé comme un survivant tournant le dos aux camps, aux cendres et à l’Europe.

Le rabbin Klausner, aumônier de la troisième armée américaine, connu comme le Rabbin des survivants, a vu la Haggadah et a décidé de la réimprimer pour un Seder des survivants qu’il organisait pour des centaines de soldats et de survivants à Munich. Il a ajouté une introduction en anglais au texte écrit en yiddish et en hébreu.

« Ils venaient de vivre leur propre esclavage, dit Amiud. « Ça leur était arrivé. »

L’exposition, à la Bibliothèque nationale de Jérusalem, est ouverte jusqu’au 31 mai. L’entrée est gratuite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...