Les jeunes juifs ultra-orthodoxes tardent de plus en plus à se marier – enquête
Rechercher

Les jeunes juifs ultra-orthodoxes tardent de plus en plus à se marier – enquête

De nouveaux chiffres indiquent un nombre croissant de Haredim célibataires, en particulier chez les jeunes femmes âgées d’une vingtaine d’années

Des fillettes derrière le rideau, à côté de la mariée, durant un mariage ultra-orthodoxe, le 18 janvier 2016. Illustration. (Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)
Des fillettes derrière le rideau, à côté de la mariée, durant un mariage ultra-orthodoxe, le 18 janvier 2016. Illustration. (Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)

Les jeunes juifs ultra-orthodoxes en Israël se marient de plus en plus tard, ce qui pourrait présager une baisse à long-terme du taux de natalité de cette communauté en croissance rapide, selon le rapport annuel d’un groupe de réflexion.

Cette tendance est particulièrement marquée chez les femmes, le nombre de femmes célibataires ultra-orthodoxes âgées de 20 à 29 ans est passé de 20 à 33 % au cours de la dernière décennie, selon les chiffres de l’Institut israélien de la Démocratie.

Entre 2005 et 2016, le nombre de garçons célibataires ultra-orthodoxes âgés d’une vingtaine d’années n’a augmenté que légèrement, passant de 29 % à 32 %.

Chez les deux sexes, le nombre de juifs ultra-orthodoxes célibataires âgés d’une vingtaine d’années est passé de 24 % à 32,5 % au cours de la même période.

Pour les juifs ultra-orthodoxes entre 20 et 24 ans, le pourcentage de ceux qui se sont mariés est passé de 61 % en 2005 à 44 % en 2016.

Les statistiques ont été rapportées pour la première fois par le quotidien Haaretz dimanche.

Le nombre croissant de juifs ultra-orthodoxes célibataires, ou Haredim [ceux qui craignent Dieu], pourrait avoir un effet profond sur la communauté, dans laquelle de nombreuses femmes se marient vers la fin de leur adolescence et donnent naissance à un grand nombre d’enfants.

Selon les tendances actuelles, les juifs ultra-orthodoxes, qui représentent actuellement plus d’un million de personnes, soit environ 12 % des 8,7 millions de citoyens israéliens, devraient représenter un pourcentage de plus en plus important de la population israéliennes dans les années à venir.

Leur nombre devrait atteindre 14 % en 2024, 19 % en 2039 et 27 % en 2059, selon les prévisions récentes de l’Institut israélien de la Démocratie.

Alors que l’augmentation du nombre de jeunes célibataires ultra-orthodoxes n’a pas encore eu d’impact sur le taux de natalité élevé de la communauté, le nombre croissant de ces femmes haredi qui tardent à se marier repoussera également la date où elles accoucheront. Cela conduira probablement à une baisse de leur nombre d’enfants, comme cela se vérifie dans d’autres pays.

Bien qu’il n’y ait aucune raison particulière à la baisse du taux de mariage chez les jeunes Haredim, les observateurs de la communauté qui se sont exprimés dans Haaretz ont souligné l’augmentation du nombre de Juifs ultra-orthodoxes qui travaillent ou qui poursuivent des études universitaires, ainsi que les nouvelles technologies comme les applications de rencontres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...