Les judokas israéliens, loin d’être les bienvenus au Maroc
Rechercher

Les judokas israéliens, loin d’être les bienvenus au Maroc

Les athlètes ont été retenus pendant neuf heures à l'aéroport ; des spectateurs ont scandé : « Nous allons vous tuer »

La judoka Alice Schlesinger (blanc) à Londres, le 31 juillet 2012 (Crédit : capture iba.org.il)
La judoka Alice Schlesinger (blanc) à Londres, le 31 juillet 2012 (Crédit : capture iba.org.il)

L’équipe de judo israélienne qui s’est rendue au Tournoi de judo World Masters, le week-end dernier à Rabat, au Maroc, a été pratiquement interdite d’entrer dans le pays.

L’équipe israélienne a participé à la compétition devant une foule hostile.

Les difficultés des sept membres de l’équipe ont commencé avant même leur arrivée à l’aéroport Ben Gourion, selon Walla.

Lorsque les responsables du Shin Bet ont refusé de sécuriser leur voyage, l’équipe a dû avoir recours à des gardes de sécurité du secteur privé pour se rendre à Rabat.

Les passeports des Israéliens ont été confisqués à leur atterrissage au Maroc. Là, ils n’ont pas été autorisés à entrer dans le pays, ont été consignés dans une chambre sans chaises, sans nourriture ni eau pendant près de neuf heures.

L’équipe avait tenu à se rendre au tournoi malgré les difficultés car la compétition pouvait leur fournir suffisamment de points pour se qualifier pour les Jeux olympiques de 2016 q(ui se tiendront à Rio de Janeiro), selon Ynet.

Les autorités marocaines ont d’abord évoqué l’absence de visas de l’équipe israélienne pour expliquer l’incident à l’aéroport, puis ont modifié leurs motifs, affirmant qu’une arme avait été trouvée dans les bagages d’un membre de l’équipe, selon Ynet.

Le président de l’Association de judo israélienne, Moshe Ponti, a contacté Marius Vizer, président du comité exécutif de la Fédération internationale de judo, pour de l’aide.

A l’intervention de Vizer, dont une menace d’annuler le concours si toute l’équipe israélienne n’était pas relâchée, les autorités marocaines ont permis aux Israéliens de rejoindre leur hôtel, sous la protection d’une unité des gardes de sécurité du roi.

Les choses n’ont fait qu’empirer pendant le week-end.

Le drapeau israélien était absent du lieu de l’événement sportif, ce qui a incité un représentant de la Fédération internationale de judo à exiger que tous les drapeaux des pays participants soient retirés.

Par ailleurs, l’équipe israélienne n’était pas mentionnée sur le site web officiel du tournoi.

Les spectateurs brandissaient des drapeaux palestiniens, en criant « Nous allons vous tuer », tout en huant chaque fois qu’un membre de l’équipe israélienne apparaissait.

« Ce qui est arrivé au Maroc est une honte », a écrit la judoka Yarden Gerbi sur sa page Facebook.

« En tant qu’Israélienne, je me suis sentie honteuse d’attendre 8 heures à l’aéroport, d’entendre la foule me huer, moi et mes coéquipiers, et nous souhaiter la défaite – et pourquoi ? Parce que nous sommes Israéliens. Nous sommes venus pour le sport, rien que le sport, et non pour de la politique. C’est une source d’embarras pour le Maroc et les organisateurs. J’espère que nous, Israéliens, et personne d’autre, d’ailleurs, ne fera jamais l’expérience à nouveau d’un tel comportement. C’est contre le sport en général, et le judo en particulier. »

L’équipe israélienne n’a remporté aucune médaille dans la compétition.

« Je suis très déçu – pas des résultats, mais du comportement des spectateurs », a déclaré Ponti.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...