Les Palestiniens soumettront à la CPI des données relatives aux implantations
Rechercher

Les Palestiniens soumettront à la CPI des données relatives aux implantations

Un cartographe affirme que des cartes et des photos aériennes seront envoyées ce mois-ci à La Haye

Elhanan Miller est notre journaliste spécialiste des affaires arabes

Des ouvriers travaillent sur un  chantier dans le quartier Har Homa, au sud-est de Jérusalem, le 27 octobre 2013. (Crédit : Flash90)
Des ouvriers travaillent sur un chantier dans le quartier Har Homa, au sud-est de Jérusalem, le 27 octobre 2013. (Crédit : Flash90)

L’Autorité palestinienne va soumettre ce mois-ci à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye des informations sur 145 implantations israéliennes en Cisjordanie, a annoncé lundi un cartographe palestinien.

Parlant au quotidien jordanien Al-Ghad, Khalil Tufakji qui dirige le département Cartes et mesures à la maison d’Orient de Jérusalem, a déclaré qu’une équipe de géographes et d’experts juridiques rassemble actuellement des cartes, des ordres militaires israéliens et des photographies aériennes documentant la construction d’implantations, depuis 1997 jusqu’à aujourd’hui, dans le cadre d’une action judiciaire en cours de préparation contre Israël.

« L’occupation israélienne vole des terres palestiniennes sous le prétexte d’établir des ‘réserves naturelles’, des ‘espaces verts’, ou ce qui est considéré comme des ‘terres domaniales’ ou des ‘zones militaires' », a déclaré Tufakji al-Ghad.

« Nous allons présenter 160 dossiers sur 145 colonies de Cisjordanie, qui englobent quelque 400 000 colons, et sur 15 colonies dans Jérusalem occupé, englobant quelque 200 000 colons. Au total, [les dossiers] couvriront plus d’un demi-million de colons vivant sur des terres désignées pour le futur Etat palestinien. »

L’Autorité palestinienne a officiellement rejoint la Cour pénale internationale (CPI) le 1er avril, après avoir signé le traité fondateur de la Cour, le Statut de Rome, en décembre dernier.

Bien qu’Israël ne soit pas membre de la Cour, des cas peuvent être portés devant elle contre des Israéliens soupçonnés de crimes de guerre commis sur le territoire palestinien. En janvier, la procureure de la Cour, Fatou Bensouda, a ouvert une enquête sur les crimes de guerre supposés qu’aurait commis Israël pendant le conflit de Gaza de l’été dernier.

Tufakji affirme que lui et son équipe ont travaillé sur les directives du président de l’AP, Mahmoud Abbas, qui a réuni des équipes juridiques pour recueillir des informations accablantes sur les activités israéliennes.

Le 7 février, Abbas a publié un décret présidentiel établissant un « Haut comité national de coordination avec la CPI » dirigé par le négociateur en chef palestinien Saeb Erekat.

Selon le décret, le comité est chargé de « la préparation des documents et des dossiers soumis par l’Etat de la Palestine à la CPI par le biais d’un comité technique présidé par le ministère des Affaires étrangères ».

Bien que n’étant pas un organe gouvernemental officiel, le département des Cartes et mesures – logé dans une villa du 19e siècle qui a servi de siège de l’OLP jusqu’en 2001 – conseille les ministères palestiniens sur « l’expansion des colonies, l’utilisation des terres, et les aquifères d’eau » et recueille des cartes « directement liées à la confiscation des terres à partir de 1967 jusqu’à aujourd’hui ».

« Les photos aériennes actuellement obtenues par les Palestiniens remontent à 1997 », a expliqué Tufakji al-Ghad.

« Les informations relatives aux deux dernières années… ont été recueillies sur la base d’une demande de l’équipe juridique. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...