Les parents israéliens préfèrent que leurs enfants soient médecins qu’avocats
Rechercher

Les parents israéliens préfèrent que leurs enfants soient médecins qu’avocats

Selon une étude, les parents favorisent des carrières dans la technologie ou l’ingénierie, et désirent peu que leurs enfants deviennent policiers, rabbins ou artistes de variété

Le service ophtalmologique de l'hôpital Hadassah (Crédit Hadassah.fr)
Le service ophtalmologique de l'hôpital Hadassah (Crédit Hadassah.fr)

Le stéréotype classique de la mère juive désireuse que son fils devienne médecin ou avocat n’est que partiellement vrai en Israël, selon une enquête publiée cette semaine.

Tandis que la majorité des parents israéliens veulent que leurs enfants fassent carrière dans la médecine, le droit est seulement la septième activité professionnelle de référence que les parents envisagent pour leurs enfants après les hautes-technologies, le génie, la science, le commerce et la comptabilité.

Les métiers comme policier, rabbin ou artiste de variété sont en bas de liste.

Sur 18 professions potentielles qu’ils désireraient que leurs enfants épousent, 57 % des parents ont choisi la médecine et 52 % ont choisi les hautes-technologies, lorsqu’ils ont été interrogés dans le cadre de l’enquête annuelle du ministère des Sciences et des Technologies.

L’ingénierie arrive à la troisième place (citée par 48 % des parents) et la science en quatrième place (citée par 34 %). Le commerce prend la cinquième place, suivi par la comptabilité et le droit.

Les activités professionnelles telles qu’officier de carrière ou enseignant ne sont évoquées que par 16 % des parents, et la banque par 13 %.

Les carrières de parlementaire et de journaliste sont à la douzième place, cette dernière sautant cinq places en comparaison avec le sondage réalisé l’année dernière, ce qui en fait l’un des changements les plus significatifs.

Les choix parentaux pour les enfants sont restés plus ou moins constants au cours des sept années où le sondage a été effectué.

Le ministre Ofir Akunis le 30 août 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans certains secteurs, les différences liées au sexe dans les préférences parentales semblent se refléter dans le choix de l’emploi des enfants. La médecine est la profession préférée pour les femmes, le high-tech est numéro un aux yeux des hommes, et ce secteur est encore largement considéré comme un fief masculin. Seulement un employé sur trois du secteur aujourd’hui est une femme et la majorité d’entre elles travaillent hors du domaine du développement technologique, encore dominé par les hommes.

L’ingénierie – qui est aussi dominée par les hommes en Israël – est choisie deux fois plus souvent par les parents des petits garçons que par les parents des petites filles.

Le ministre des Sciences et de la technologie Ofir Akunis a indiqué que « travailler dans la science et la technologie offre une grande richesse d’opportunités de se réaliser pour les femmes et les hommes. L’investissement dans le capitae humain et dans l’infrastructure scientifique amène Israël à faire des percées dans le secteur et à améliorer le classement international du pays ».

Cette enquête a été menée par la compagnie de géocartographie, auprès d’un échantillon représentatif d’adultes juifs et arabes durant la première semaine de mars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...