Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Les USA « préoccupés » par le nombre de blessés et de morts parmi les civils à Naplouse

Le département d'État reconnaît les préoccupations d'Israël en matière de sécurité mais reste alarmé par le nombre élevé de victimes - 11 morts et plus de 100 blessés

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Des Palestiniens transportant un homme blessé lors d'une opération israélienne dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 22 février 2023. (Crédit : Zain Jaafar/AFP)
Des Palestiniens transportant un homme blessé lors d'une opération israélienne dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 22 février 2023. (Crédit : Zain Jaafar/AFP)

L’administration Biden a exprimé sa « profonde préoccupation » mercredi quant au nombre de Palestiniens blessés et tués lors d’une opération militaire israélienne dans la ville de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, rejoignant ainsi le nombre croissant de gouvernements à l’étranger qui s’expriment contre ce que Tsahal a qualifié « d’opération antiterroriste nécessaire ».

Onze Palestiniens ont été tués lors du raid de Naplouse, dont trois membres du groupe terroriste de la Fosse aux Lions, basé dans le nord de la Cisjordanie, qui étaient la cible de l’opération.

Une poignée d’autres Palestiniens armés ont également été tués au cours de la fusillade intense qui a éclaté, mais le bilan comprend également trois civils âgés de 61, 66 et 72 ans, selon le ministère palestinien de la Santé.

Plus de 100 Palestiniens ont également été blessés au cours de l’opération. Deux soldats israéliens ont été légèrement blessés par des éclats d’obus.

Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a abordé la question du raid lors de l’ouverture de son point de presse, soulignant que l’administration « est extrêmement préoccupée par les niveaux de violence en Israël et en Cisjordanie » et a noté que des « militants et des passants civils » figuraient parmi les morts et les blessés. « Nous souhaitons un prompt rétablissement aux personnes blessées et nous sommes de tout cœur avec les familles des passants innocents qui ont été tués aujourd’hui. »

Price a déclaré que les États-Unis « reconnaissent les préoccupations très réelles en matière de sécurité auxquelles Israël est confronté » mais qu’ils sont également « profondément préoccupés par le grand nombre de blessés et la perte de vies civiles ».

Il a noté que l’administration Biden a eu des « conversations productives » avec les dirigeants israéliens et palestiniens ces derniers jours, au cours desquelles chacun a accepté de prendre des mesures pour désamorcer les tensions.

« Nous sommes profondément préoccupés par le fait que l’impact de l’opération d’aujourd’hui pourrait faire reculer les efforts visant à rétablir le calme tant pour les Israéliens que pour les Palestiniens », a-t-il déclaré.

Price faisait référence à la décision prise dimanche par l’Autorité palestinienne (AP) de retirer son soutien à une résolution de l’ONU demandant l’arrêt immédiat des « activités d’implantations ». Entre-temps, Israël a accepté d’attendre plusieurs mois avant de poursuivre la légalisation d’avant-postes et la construction de nouvelles maisons en Cisjordanie, bien qu’il poursuive cette semaine la légalisation d’au moins neuf avant-postes et l’avancement des plans pour quelque 10 000 maisons qu’il avait annoncés au début du mois.

Israël a également accepté de limiter les opérations de Tsahal dans la zone A de la Cisjordanie contrôlée par l’AP, comme le raid de mercredi, ainsi que les démolitions de maisons palestiniennes et les expulsions de familles palestiniennes, a déclaré un responsable palestinien au Times of Israel.

Un Palestinien faisant face à un véhicule militaire israélien lors d’une opération dans la ville de Naplouse en Cisjordanie, le 22 février 2023. (Crédit : Zain Jaafar/AFP)

« Les événements d’aujourd’hui soulignent une fois de plus le besoin urgent pour les deux parties de travailler ensemble pour améliorer la situation sécuritaire en Cisjordanie », a ajouté Price, appelant l’AP à s’abstenir de toute incitation à la violence et Israël à cesser les expulsions, les démolitions, l’avancée des implantations et la légalisation des avant-postes.

La déclaration américaine a suivi des condamnations beaucoup plus sévères de la part de la Jordanie, de l’Égypte, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Qatar et de la Turquie.

Le ministère jordanien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué qu’il avait « constamment condamné les incursions israéliennes dans les villes palestiniennes occupées, y compris l’opération d’aujourd’hui à Naplouse ».

Amman a réitéré son appel à Israël pour qu’il cesse de telles actions afin « d’éviter une nouvelle détérioration » qui porterait atteinte aux perspectives d’une solution à deux États.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a critiqué le raid de Tsahal et s’est dit « profondément préoccupé » par le fait qu’elle ne fasse qu’aggraver les tensions et nuise aux efforts du Caire pour ramener le calme.

Le ministère des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite a qualifié « l’assaut des forces d’occupation israéliennes dans la ville palestinienne de Naplouse, de violation grave du droit international » et a exhorté la communauté internationale à mettre fin à de telles escalades.

Des Palestiniens fuyant les gaz lacrymogènes tirés par les forces israéliennes lors d’une opération dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 22 février 2023. (Crédit : Zain Jaafar/AFP)

Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis – qui a été critiqué par les États-Unis pour ne pas s’être prononcé contre les mesures expansionnistes israéliennes en Cisjordanie la semaine dernière – a publié une déclaration tard mercredi condamnant l’opération de Tsahal, appelant Israël « à réduire l’escalade et à éviter les mesures qui exacerbent la tension et l’instabilité dans la région ».

Le ministère des Affaires étrangères du Qatar a qualifié l’opération « d’extension des crimes continus et systématiques [d’Israël] contre le peuple palestinien ».

Doha a « mis en garde contre une explosion des tensions dans les territoires palestiniens à la suite de l’escalade israélienne » et appelle la communauté internationale à agir pour mettre fin à ces « attaques israéliennes » et à « assurer la protection » du peuple palestinien.

Le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré « qu’il est impératif que les autorités israéliennes mettent immédiatement un terme à ces provocations et agressions afin d’éviter une spirale de violence dans la région ».

L’envoyé des Nations unies pour le Moyen-Orient, Tor Wennesland, a déclaré dans sa propre déclaration qu’il était « profondément troublé par le cycle continu de violence et consterné par la perte de vies civiles ».

« Je poursuis mon engagement avec toutes les parties concernées pour désamorcer la situation. Je demande instamment à toutes les parties de s’abstenir de prendre des mesures qui pourraient enflammer davantage une situation déjà volatile », a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée de mercredi, le ministre des Affaires civiles de l’AP, Hussein al-Cheikh, a déclaré que Ramallah avait décidé de se tourner à nouveau vers le Conseil de sécurité des Nations unies pour qu’il intervienne après le raid. La demande officielle a été envoyée au président du Conseil de sécurité plus tard dans la journée.

L’opération de mercredi est intervenue près d’un mois après une opération similaire menée de jour dans la ville voisine de Jénine, au cours de laquelle 10 Palestiniens ont été tués, dont une femme âgée, dans une fusillade intense qui a éclaté alors que Tsahal cherchait à arrêter un certain nombre de suspects terroristes.

Des personnes, pendant leur procession funéraire, portant les corps de Palestiniens tués lors d’une opération israélienne dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 22 février 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Cette opération a été accueilli par un flot de condamnations internationales et d’appels palestiniens à une intervention extérieure. Le Conseil de sécurité a également convoqué une session d’urgence sur la question. Un jour après le raid, sept personnes ont été tuées à l’extérieur d’une synagogue à Jérusalem-Est, dans l’attaque terroriste palestinienne la plus meurtrière depuis 2008.

Depuis un an, l’armée israélienne poursuit ses opérations antiterroristes quasi quotidiennes en Cisjordanie suite d’une série d’attentats terroristes qui ont fait 32 morts en 2022, et 11 autres depuis le début de l’année.

L’opération de Tsahal a permis de procéder à plus de 2 500 arrestations lors de raids quasi quotidiens. Elle a également fait plus de 171 morts parmi les Palestiniens en 2022, et 60 autres depuis le début de l’année – la plupart dans des affrontements avec des soldats, mais certains dans des circonstances floues qui font l’objet d’une enquête par Tsahal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.