Les USA tentent de convaincre le Paraguay de garder l’ambassade à Jérusalem
Rechercher

Les USA tentent de convaincre le Paraguay de garder l’ambassade à Jérusalem

Mike Pence a appelé Mario Abdo Benitez à "mettre en oeuvre le précédent engagement du Paraguay" au regard "de la relation que le pays a maintenu avec Israël et les Etats-Unis"

Le président du Paraguay Horacio Cartes (à gauche) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu inaugurent la nouvelle ambassade du Paraguay à Jérusalem, le 21 mai 2018 (Amos Ben Gershom / GPO)
Le président du Paraguay Horacio Cartes (à gauche) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu inaugurent la nouvelle ambassade du Paraguay à Jérusalem, le 21 mai 2018 (Amos Ben Gershom / GPO)

Le vice-président américain Mike Pence a tenté de convaincre le Paraguay de garder à Jérusalem leur ambassade en Israël, et de ne pas la ramener à Tel-Aviv.

Le Paraguay avait ouvert en mai une ambassade à Jérusalem, s’affichant comme l’un des très rares pays à emboîter le pas des Etats-Unis, dont la décision a été presque unanimement condamnée par la communauté internationale.

Mais le gouvernement du nouveau président paraguayen Mario Abdo Benitez a annoncé mercredi le retour à Tel-Aviv, s’attirant les foudres d’Israël qui a fermé en retour sa propre ambassade à Asuncion.

Selon un communiqué publié jeudi par la Maison Blanche, Mike Pence s’est entretenu dès mercredi avec le président paraguayen pour évoquer « le report du déménagement officiel » de l’ambassade.

Le vice-président des États-Unis, Mike Pence, prend la parole à la réunion ministérielle sur l’avancement de la liberté de religion à Washington, le 26 juillet 2018. (Alex Wong/Getty Images/AFP)

« Le vice-président a fermement encouragé le président Abdo Benitez à mettre en oeuvre le précédent engagement du Paraguay en faveur du déménagement de l’ambassade, en guise de reconnaissance de la relation historique que le pays a maintenu à la fois avec Israël et les Etats-Unis », rapportent ses services.

Le dirigeant paraguayen a répondu que son pays restait un « partenaire durable d’Israël », selon la Maison Blanche. Les deux hommes ont décidé d’oeuvrer à une solution au conflit israélo-palestinien.

Parallèlement, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo s’est entretenu jeudi avec le président du Guatemala Jimmy Morales. Le Guatemala est le seul autre pays à avoir suivi la décision américaine d’installer l’ambassade à Jérusalem.

Le président américain Donald Trump a annoncé fin 2017 la reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël, provoquant la rupture des contacts diplomatiques avec les autorités palestiniennes qui dénient désormais à Washington tout rôle de médiateur dans le processus de paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...