Le Paraguay ramène son ambassade à Tel-Aviv, Israël ferme la sienne à Asunción
Rechercher

Le Paraguay ramène son ambassade à Tel-Aviv, Israël ferme la sienne à Asunción

Netanyahu a dénoncé une "décision décevante", "qui nuit aux relations bilatérales entre les deux pays" ; les Palestiniens disent avoir convaincu le Paraguay de faire ce volte-face

Le président du Paraguay Horacio Cartes (à gauche) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu inaugurent la nouvelle ambassade du Paraguay à Jérusalem, le 21 mai 2018 (Amos Ben Gershom / GPO)
Le président du Paraguay Horacio Cartes (à gauche) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu inaugurent la nouvelle ambassade du Paraguay à Jérusalem, le 21 mai 2018 (Amos Ben Gershom / GPO)

Le Paraguay fait machine arrière : après avoir ouvert en mai une ambassade à Jérusalem, emboîtant le pas des États-Unis, le pays sud-américain a rapatrié mercredi sa représentation diplomatique à Tel-Aviv, déclenchant l’ire d’Israël qui a fermé son ambassade à Asunción.

Entre-temps, Mario Abdo Benitez a succédé à Horacio Cartès à la tête du pays. Les deux hommes, pourtant du même parti Colorado, avaient des avis divergents sur la question.

Lors du déménagement de la représentation diplomatique de Tel-Aviv à Jérusalem le 21 mai, Mario Abdo Benitez, alors président-élu, avait exprimé son opposition, mais le gouvernement avait maintenu la décision, prise avant l’élection présidentielle remportée par M. Abdo Benitez, descendant de Libanais du côté de son père.

C’est un coup porté à la campagne que mène le Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à faire reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël par la communauté internationale.

Netanyahu a immédiatement réagi en dénonçant une « décision décevante », « de la plus grande gravité », « qui nuit aux relations bilatérales entre les deux pays ».

Cette décision a été prise afin de « contribuer à l’intensification des efforts diplomatiques régionaux et internationaux dans le but de parvenir à une paix élargie, juste et durable au Moyen-Orient », a déclaré Luis Albert Castiglioni, nouveau ministre des Affaires étrangères, pour expliquer le volte-face opéré par le gouvernement paraguayen.

La question de Jérusalem est l’un des « éléments les plus complexes » du conflit israélo-palestinien, a ajouté le chef de la diplomation depuis à Asunción. C’est dans cette optique que « le Paraguay considère qu’elle doit être traitée lors de négociations par les parties concernées, dans le cadre des décisions prises par les instances internationales compétentes ».

Le ministre paraguayen des Affaires étrangères, Luis Castiglioni annonce que l’ambassade de Jérusalem reviendra à Tel Aviv, le 5 septembre 2018. (Crédit : AFP / NORBERTO DUARTE)

Le gouvernement estime qu’il « est juste de rétablir ses quartiers-généraux » dans les locaux de l’ancienne ambassade, a indiqué le communiqué. « Cette mesure est adoptée le temps qu’une approche plus large sur le sujet puisse être adoptée ».

« Nos frères et amis d’Israël ne devraient pas prendre ombrage. Il y a plus de 85 pays qui conservent leur ambassade à Tel-Aviv, et nous, nous sommes amis et alliés historiques d’Israël », a déclaré le ministre paraguayen des Affaires étrangères, Luis Castiglioni.

« Il ne faut pas oublier que le vote du Paraguay a été décisif pour la création de l’État d’Israël », a-t-il souligné.

Le ministre a rappelé que son pays respectait des résolutions des Nations unies. « A ce titre, nous devons respecter ces dispositions, disant clairement qu’il est nécessaire de revenir aux frontières antérieures à la guerre de 1967 ».

Le déménagement de Jérusalem à Tel-Aviv devrait intervenir « de manière immédiate », a précisé le ministre

« Le Premier ministre a demandé au ministère des Affaires étrangères de fermer l’ambassade d’Israël au Paraguay », a indiqué un communiqué du bureau de M. Netanyahu, ajoutant que la « gravissime » décision du Paraguay avait porté préjudice aux relations entre les deux pays. Il a rappelé son ambassadeur Zeev Harel.

L’ambassade à Asunción avait rouvert il y a deux ans, après une fermeture pour des raisons budgétaires en 2002.

Le président du Paraguay Horacio Cartes (u centre), la vice-président Alicia Pucheta (3e à gauche) et le président-élu Mario Abdo Benitez (à gauche) célèbrent l’anniversaire de l’indépendance, à Asuncion, le 15 maii 2018. (Crédit : AFP /Norberto Duarte)

Le vice-ministre Michael Oren a condamné la décision paraguayenne, indiquant qu’elle « portera très certainement atteinte à nos relations bilatérales » et pourrait aussi avoir un impact négatif sur les relations entre Asunción et Washington.

« Le monde apprécie les pays qui prennent des décisions fermes et qui s’y tiennent, pas les pays qui changent d’avis après quelques mois », a-t-il dit.

Les Palestiniens ont célébré le revirement opéré par le Paraguay et ont annoncé qu’ils allaient ouvrir « immédiatement » une ambassade au Paraguay.

« Nous sommes reconnaissants envers le Paraguay et les dirigeants paraguayens, pour leur sage décision consistant à retirer leur ambassade de la ville occupée de Jérusalem. [Cette décision] témoigne du respect des droits du peuple palestinien », a déclaré Rami Hamdallah, Premier ministre de l’Autorité palestinienne.

Le ministères des Affaires étrangères palestinien a déclaré que le Paraguay avait promis il y a deux semaines de ramener son ambassade à Tel Aviv, pendant une visite du ministère des Affaires étrangères Riyad al-Maliki à l’occasion de l’investiture du nouveau président Mario Abdo Benítez.

Maliki a « exprimé sa gratitude envers le président paraguayen et son ministre des Affaires étrangères pour avoir rapatrié son ambassade et pour son engagement envers le droit international », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Le 21 mai, Horacio Cartes et Benjamin Netanyahu avaient célébré l’ouverture de la nouvelle ambassade paraguayenne au parc technologique de Malha, à Jérusalem.

« Un grand jour pour Israël ; un grand jour pour le Paraguay – un grand jour pour notre amitié », avait déclaré Netanyahu. « Nous nous souvenons de nos amis. Nous n’avons pas de meilleurs amis que vous. Merci Horacio, merci le Paraguay », a conclu Netanyahu.

Le dirigeant paraguayen avait dit qu’il s’agissait d’un « événement historique », ajoutant que cette occasion disposait d’ »une signification particulière puisqu’elle exprime l’amitié sincère et la solidarité courageuse entre le Paraguay et Israël ».

Le maire de Jérusalem Nir Barkat (à droite) félicite le nouveau président paraguayen Mario Abdo Benitez lors de sa prestation de serment, le 16 août 2018. (Crédit : mairie de Jérusalem)

Cette nouvelle décision du gouvernement fait suite à la reconnaissance d’une état palestinien par la Colombie, à la surprise d’Israël. (Le Paraguay avait officiellement reconnu un état palestinien en 2011.)

Après la fermeture de la mission paraguayenne à Jérusalem, seuls deux pays auront une ambassade dans la capitale : les Etats-Unis et le Guatemala.

Jusqu’en 2012, l’ambassade du Paraguay était située dans la périphérie de Jérusalem, à Mevasseret Zion et a été fermée après qu’Israël a fermé sa propre mission à Asunción. Le ministère des Affaires étrangères israélien avait évoqué des « considérations budgétaires ».

En juillet 2013, Cartes, alors président-élu, avait annoncé que le pays rouvrirait une ambassade en Israël, mais cette fois à Tel Aviv. Trois ans plus tard, Israël a rouvert la sienne à Asunción.

Après les Etats-Unis et le Guatemala, l’ex-président du Paraguay Horacio Cartes avait inauguré le 21 mai à Jérusalem la nouvelle ambassade de son pays en Israël, une démarche de rupture diplomatique qui avait indigné les Palestiniens.

Le Paraguay était devenu le troisième pays à rompre avec le consensus international qui voulait que les ambassades soient installées en dehors de Jérusalem, compte-tenu du statut disputé de la ville et de la persistance du conflit israélo-palestinien.

Les Etats-Unis avaient transféré le 14 mai leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, concrétisant l’une des promesses internationales les plus controversées du président Donald Trump.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...