Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Levin témoigne dans le cadre de l’affaire 2000

Netanyahu aurait été défavorable au projet de loi de 2014 destiné à gêner Israel Hayom, que le Parquet considère comme la contrepartie d’une couverture positive par un journal rival

Le ministre de la Justice Yariv Levin à son arrivée pour une audience dans le cadre du procès contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au tribunal de district de Jérusalem, le 21 mai 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Justice Yariv Levin à son arrivée pour une audience dans le cadre du procès contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au tribunal de district de Jérusalem, le 21 mai 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Justice Yariv Levin a témoigné, mardi, dans le cadre du procès pour corruption du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Il a nié avoir eu une réunion avec lui au sujet d’un projet d’accord illicite assorti de contreparties de diverses natures.

C’est dans le cadre de l’affaire 2000 qu’a témoigné Levin, affaire dans laquelle le Premier ministre est accusé de fraude et d’abus de confiance – l’une des trois affaires auxquelles il est confronté.

Le Premier ministre est accusé d’avoir tenté de soutirer des contreparties – notamment une couverture médiatique positive de la part du grand quotidien Yedioth Ahronoth – en échange de dispositions législatives ayant pour effet d’affaiblir le journal rival, à savoir Israel Hayom, surnommé « bibiton » (un mot composé du surnom de Netanyahu « bibi » et du mot « journal » en hébreu, « ïton »).

Levin, qui appartient au parti au pouvoir, le Likud, a déclaré à la barre du tribunal de première instance de Jérusalem que Netanyahu avait toujours été défavorable au projet de loi sur Israel Hayom.

Il a nié avoir eu connaissance de la conclusion, par le Premier ministre, d’un accord avec Arnon Mozes, l’éditeur de Yedioth Ahronoth, lui aussi jugé dans cette affaire et accusé de corruption.

Lors de son témoignage, Levin – qui présidait la commission de la Chambre des représentants de la Knesset au moment des faits – a déclaré que Netanyahu lui avait donné des « instructions claires » pour que le projet de loi ne soit pas adopté.

Le Premier ministre s’est publiquement opposé à ce projet de loi, ayant même expliqué à un moment donné avoir dissous son gouvernement pour s’y opposer.

Levin a indiqué au tribunal qu’à sa connaissance, le projet de loi n’était pas lié à la dissolution de ce gouvernement en 2014.

Le ministre de la Justice a également déclaré à la barre s’être senti menacé lors d’un interrogatoire par la police. « J’ai eu le sentiment qu’ils cherchaient à me forcer à dire des choses qui n’avaient pas eu lieu ou dont je ne me souvenais pas », a-t-il déclaré.

Selon les procureurs, c’est en décembre 2014 que Mozes a proposé à Netanyahu une couverture plus favorable en échange de l’adoption d’un projet de loi obligeant Israel Hayom, journal gratuit à grand tirage, considéré à l’époque comme très favorable à Netanyahu, à abandonner sa gratuité.

« Vous n’ayez pas demandé de pot-de-vin ni posé de condition, mais vous n’avez pas refusé l’offre de Mozes », estime le Parquet dans l’acte d’accusation de Netanyahu. « Bien au contraire, vous avez continué à échanger avec lui sur les composants du pot-de-vin qu’il vous offrait. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en train de quitter le tribunal de district de Jérusalem, après avoir écouté le témoignage vidéo, depuis Brighton, en Angleterre, de l’homme d’affaires Arnon Milchan dans le cadre du procès pour corruption du Premier ministre, le 26 juin 2023 (Alex Kolomoisky/POOL/Flash90)

L’État estime qu’à l’issue de la première réunion, au cours de laquelle Mozes et le Premier ministre ont discuté de la contrepartie, Netanyahu s’est entretenu avec Levin et le président de la coalition de l’époque, Zeev Elkin, pour parler du projet de loi.

Levin a nié que cette réunion ait eu lieu. « Aucun souvenir d’une telle réunion », a-t-il témoigné aujourd’hui, indiquent les médias israéliens.

L’actuel ministre de la Justice a convenu que ses alliés politiques et lui-même étaient conscients des échos plutôt négatifs donnés à l’action de Netanyahu dans les colonnes du Yedioth Ahronoth.

« Le Premier ministre pensait que son travail consistait notamment à favoriser la circulation des idées dans la presse », a indiqué Levin. « C’était le programme on ne peut plus clair du parti. »

Levin a confirmé que Mozes avait évoqué le cas d’Israel Hayom lors de réunions, déclarant au tribunal que « c’était vital [pour lui] », et ajoutant que l’éditeur aurait voulu que Netanyahu prenne des mesures au sujet de ce quotidien gratuit.

« Il se disait publiquement qu’Israël Hayom était aux ordres du Premier ministre », a rappelé Levin. « Personnellement, je ne suis pas certain que ce soit vrai, pas plus aujourd’hui qu’au moment des faits. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.