Rechercher

L’homme de ménage de Gantz accusé d’avoir essayé de l’espionner pour l’Iran

Le Shin Bet affirme qu'Omri Goren a parlé à un fonctionnaire lié à l'Iran et a discuté du piratage de l'ordinateur du ministre de la Défense, et a envoyé des photos de sa maison

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprime lors de la conférence Haaretz sur la démocratie à Jaffa, le 9 novembre 2021. (Avshalom Sassoni/Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprime lors de la conférence Haaretz sur la démocratie à Jaffa, le 9 novembre 2021. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Un Israélien qui travaillait comme homme de ménage pour le ministre de la Défense Benny Gantz a été arrêté au début du mois pour avoir apparemment proposé d’espionner le ministre pour le compte de l’Iran, a déclaré jeudi le service de sécurité Shin Bet.

Dans un bref communiqué, le Shin Bet, le puissant service israélien de renseignement intérieur, a dit avoir arrêté et interrogé Omri Goren Gorochovsky, 37 ans, l’homme de ménage de l’ancien chef d’état-major de l’armée aujourd’hui à la tête du ministère la Défense, pour avoir contacté sur les réseaux sociaux « une entité affiliée à l’Iran » et lui avoir proposé son « aide » compte tenu de son accès au domicile du ministre.

Selon l’acte d’accusation déposé au tribunal de Lod, ville du centre d’Israël où vit M. Gorochovsky, ce dernier aurait utilisé un faux nom et contacté les hackers du groupe Black Shadow via la messagerie Telegram le ou autour du 31 octobre pour leur proposer des informations sur la résidence de Benny Gantz.

Plus précisément, l’homme de ménage, arrêté le 4 novembre, aurait proposé d’introduire un « ver informatique », via une clé USB, dans l’ordinateur du ministre en échange d’une « somme d’argent », souligne l’acte d’accusation.

Et pour prouver son sérieux, M. Gorochovsky aurait photographié différents éléments dans la maison du ministre, dont des photos de famille, un reçu de paiement de ses taxes municipales et des mémos militaires datant du mandat de M. Gantz à la tête de l’armée israélienne, précise le dossier judiciaire.

Jeudi, un procureur du district central a déposé un acte d’accusation contre Goren, l’inculpant d’espionnage, un crime passible d’une peine de 10 à 15 ans.

« Il convient de souligner que, compte tenu des protocoles de sécurité opérationnels dans la maison du ministre, Omri n’a pas été exposé à des documents classifiés et, par conséquent, aucun document de ce type n’a été transféré aux personnes avec lesquelles il était en contact », a déclaré le Shin Bet.

Le service de sécurité a déclaré qu’à la lumière de cet incident, il a décidé de lancer un examen interne de la façon dont les travailleurs dans les maisons des ministres sont embauchés « dans le but de limiter la possibilité que des cas comme celui-ci se répètent à l’avenir. »

Le groupe de hackers Black Shadow avait défrayé la chronique entre le 31 octobre et le 2 novembre après avoir dérobé, puis diffusé, les données d’un site israélien de rencontres LGBTQ dans le cadre d’une cyberattaque. Et l’Iran avait accusé fin octobre les Etats-Unis et Israël d’une cyberattaque ayant perturbé son système de distribution de carburant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...