Liberman: les fonds de garde d’enfants supprimés iront aux violences conjugales
Rechercher

Liberman: les fonds de garde d’enfants supprimés iront aux violences conjugales

Les fonds économisés dans les récentes coupes budgétaires serviront à lutter contre ces violences ; 32 millions de dollars seront alloués à des refuges pour femmes battues

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le ministre des Finances Avigdor Liberman lors de la conférence Eli Horowitz pour l'économie et la société organisée par l'Institut israélien de la démocratie à Jérusalem, le 29 juin 2021. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Avigdor Liberman lors de la conférence Eli Horowitz pour l'économie et la société organisée par l'Institut israélien de la démocratie à Jérusalem, le 29 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances Avigdor Liberman a ordonné mardi que 55 millions de shekels soient immédiatement alloués aux efforts de prévention des violences conjugales et à la prise en charge des victimes, disant que son initiative consistant à supprimer les allocations versées pour les frais de garde des enfants aux familles ultra-orthodoxes dont le père étudie la Torah à plein-temps permettrait de couvrir les coûts.

L’argent sera partiellement utilisé pour financer le plan national de prévention des violences conjugales du ministère des Affaires sociales, un plan qui avait été approuvé en 2017 mais dont moins de la moitié seulement du budget nécessaire pour sa mise en œuvre n’a été transférée jusqu’à présent.

Selon le ministère des Finances, ces fonds permettront de créer de nouveaux refuges pour les femmes battues, des programmes pour les hommes violents et à augmenter le nombre de travailleurs sociaux s’occupant du problème des violences conjugales.

Jusqu’à l’approbation du budget de l’État – qui augmentera officiellement le budget de ce programme – Liberman a ordonné le financement partiel de certains projets conformément aux recommandations émanant de la Commission de prévention et de traitement des violences conjugales, a noté le ministère.

De plus, répondant aux recommandations faites par la commission, Liberman a donné pour instruction au personnel de son ministère d’examiner plus minutieusement le financement du plan sur cinq ans et d’allouer encore 50 millions de shekels au programme dans le prochain budget de l’État.

Si le plan initial prévoyait une injection de 50 millions de shekels chaque année, selon le dernier rapport du contrôleur de l’État, seulement 128 millions de shekels sur l’enveloppe totale de 380 millions de shekels n’ont été mis à disposition jusqu’à présent.

Des militants protestent contre les cas de violence contre les femmes sur la place Habima à Tel Aviv, le 21 octobre 2020. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

« Nous avons décidé de faire de la question des violences conjugales une priorité parce que nous constatons que c’est une nécessité », a dit Liberman dans une déclaration.

« C’est, à nos yeux, une déclaration forte. Nous devons tous agir contre les violences conjugales », a-t-il ajouté.

Selon le ministre des Affaires sociales, Meir Cohen, « les violences dans le couple sont un problème social grave et le traitement de ce problème nécessite l’intégration de toutes les institutions publiques concernées. Ces dernières années, de nombreux services ont été mis en place pour les victimes de violences conjugales et la coopération entre les ministères des Finances et des Affaires sociales nous aidera, et aidera de plus en plus de gens, à pouvoir sanctionner ce phénomène immonde ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...