Liberman plaisante sur la grève de la faim des évacués d’Amona
Rechercher

Liberman plaisante sur la grève de la faim des évacués d’Amona

La boutade du ministre de la Défense a suscité des condamnations fermes de la part de Netanyahu et de ses collègues

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman pendant une cérémonie au ministère, à Tel Aviv, le 3 novembre 2016. (Crédit : Flash90)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman pendant une cérémonie au ministère, à Tel Aviv, le 3 novembre 2016. (Crédit : Flash90)

Dimanche, durant la réunion entre les chefs de la coalition, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a plaisanté en disant qu’il envisageait de s’associer aux anciens résidents de l’avant-poste d’Amona dans leur grève de la faim, pour se délester de quelques kilos.

Cette plaisanterie n’a décroché que peu de sourires de la part des députés israéliens et des partisans de l’avant-poste démoli. Ils ont réprimandé le ministre qui a tourné en dérision un sujet sérieux.

Dans un échange qui a fuité vers la radio militaire, on peut entendre le ministère de l’Éducation Naftali Bennett demander au Premier ministre Benjamin Netanyahu ou en était la nouvelle implantation promise aux évacués de l’avant-poste, dont les logements ont été démantelés le mois dernier, sur ordre de la Cour suprême.

Après que Netanyahu a intimé à Bennett d’être patient, ce dernier a rétorqué que le groupe avait entamé une grève de la faim.

C’est à ce moment que Liberman a lancé sa boutade : « Où se tient cette grève de la faim ? Je dois perdre du poids, je vais les rejoindre ».

Cette remarque sarcastique de Liberman, qui, en tant que ministre de la Défense, est responsable des activités israéliennes en Cisjordanie, lui a valu une réprimande de la part de Netanyahu, qui lui a rappelé que ce n’était pas un sujet sur lequel on pouvait plaisanter.

Les dirigeants de l’ancienne communauté d’Amona ont entamé une grève de la faim devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem jeudi. Ils se sont engagés à ne pas manger jusqu’à ce que le gouvernement honore sa promesse et remplace leur avant-poste illégal par une nouvelle communauté en Cisjordanie, comme convenu dans l’accord conclu avant l’évacuation.

Le député Oren Hazan (Likud) a écrit sur Twitter, que si le ministre de la Défense cherchait à perdre du poids, « je suis sûr qu’il trouvera quelqu’un au sein du gouvernement, qui pourra l’aider à raccourcir le processus ». Ce tweet faisait probablement référence à son collègue du Likud, le député Yisrael Katz qui a subi une opération de chirurgie bariatrique en août 2015.

Le ministre de l’Agriculture Uri Ariel (Habayit Hayehudi) a appelé Liberman à s’excuser.

« Qui y a-t-il de si difficile à dire ‘j’ai eu tort’ ? », a demandé Ariel à la radio de l’armée.

Lundi, Liberman, qui vit dans une implantation et est considéré comme une fervent partisan du mouvement des implantations, a déclaré qu’il avait reçu des appels du monde entier qui critiquaient le projet d’annexion, y compris un communiqué sincère de la part de la nouvelle administration américain, après qu’un membre du Likud en ait parlé à la télévision.

« La coalition doit être claire sur le fait que pour le moment, personne n’a l’intention d’appliquer la souveraineté israélienne », a indiqué le ministre de la Santé.

De plus, « nous avons reçu le message direct, pas indirectement, pas un indice, des États-Unis, qu’appliquer la souveraineté israélienne sur la Cisjordanie serait synonyme de crise immédiate avec la nouvelle administration », a-t-il ajouté.

Un porte-parole de Liberman a refusé de commenter sur l’origine de ce message au sein de la nouvelle administration américaine.

Les propos de Libermann, tenus en présence de journalistes avant un meeting à huis-clos, s’inscrivent dans le cadre de plusieurs déclarations provenant du Likud ou du parti Habayit Hayehudi, qui ont appelé à l’annexion de Maalé Adumim et d’autres implantations, et après une interview du député Miki Zohar (Likud) dimanche, qui a appelé à l’annexion totale de la Cisjordanie par Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...