Liberman: Netanyahu ne veut pas d’unité, Kakhol lavan ne pas dit de ‘oui’ franc
Rechercher

Liberman: Netanyahu ne veut pas d’unité, Kakhol lavan ne pas dit de ‘oui’ franc

Après sa rencontre avec Avidgor Liberman, Benny Gantz s'est dit "ouvert à toute opiton" mais réitère qu'il ne siégera pas sous un Premier ministre menacé d'inculpation

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz (à gauche) et son homologue d'Yisrael Beytenu Avigdor Liberman, à l'hôtel Kfar Maccabiah, de Ramat Gan, le 14 novembre 2019. (Crédit : Elad Malka)
Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz (à gauche) et son homologue d'Yisrael Beytenu Avigdor Liberman, à l'hôtel Kfar Maccabiah, de Ramat Gan, le 14 novembre 2019. (Crédit : Elad Malka)

A l’issue d’une rencontre jeudi avec le Benny Gantz, le président de la faction Yisrael Beytenu Avigdor Liberman a pointé du doigts les désaccords au sein de la hiérarchie de Kakhol lavan, indiquant que tous les chefs du parti doivent annoncer qu’ils acceptent le plan d’unité du président Reuven Rivlin.

Se tenant aux côtés de Gantz dans le hall de l’hôtel Kfar Maccabiah de Ramat Gan, Liberman, faisant allusion aux désaccords avec Kakhol lavan, a déclaré, « Ce qui manque pour moi, c’est que tous les dirigeants de Kakhol lavan annoncent clairement qu’ils acceptent le plan du président ».

De la part de Netanyahu, nous avons clairement entendu « non » — il n’acceptera pas l’intégralité du plan comme je l’ai proposé. Ici, je n’ai pas entendu de non, mais je n’ai pas entendu de « oui » clair. Cela manque cruellement ».

Liberman a appelé à un gouvernement d’unité Netanyahu-Gantz, qui écarterait les partis ultra-orthodoxes et « messianistes » mais a déclaré qu’il soutiendra le parti qui accepte ses conditions, si le second n’est pas d’accord.

À la fin de la rencontre Gantz, a déclaré qu’il pensait que le Premier ministre Benjamin Netanyahu « fait tout pour de nouvelles élections » et ne veut pas vraiment négocier en faveur d’un gouvernement d’unité.

« Nous venons de conclure une rencontre positive au cours de laquelle nous avons analysé la situation », a déclaré Benny Gantz au sujet de sa réunion avec Liberman, prévue initialement mardi mais repoussée en raison de l’escalade des violences à Gaza. « Nous ne voulons pas d’élections et ferons tout notre possible en ce sens jusqu’à la dernière minute. »

« À ma connaissance, Netanyahu conserve son bloc et agit en faveur de nouvelles élections », a-t-il ajouté, faisant référence aux alliés de droite et religieux de Benjamin Netanyahu représentant 55 députés qui se sont promis de négocier ensemble.

Soulignant qu’il n’acceptera pas la demande de Liberman, d’accepter le plan d’unité proposé par le président Reuven Rivlin, en vertu duquel Netanyahu serait Premier ministre et ne quitterait ses fonctions temporairement que s’il était mis en examen, Gantz a dit être « préparé à réfléchir à toute option qui correspondra à mes principes en ce qui concerne une inculpation ».

Un porte-parole de Kakhol lavan n’a pas souhaité précisé si Gantz était désormais disposé à siéger dans un gouvernement Netanyahu selon les termes du plan de Rivlin.

Les deux leaders ont fait savoir qu’ils avaient prévu de se rencontrer une nouvelle fois la semaine prochaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...