Likud : Saar remercie les militants d’avoir ignoré les accusations de Netanyahu
Rechercher

Likud : Saar remercie les militants d’avoir ignoré les accusations de Netanyahu

Avant les primaires, le Premier ministre avait averti les militants que l'ancien ministre de l'Intérieur préparait un complot pour prendre sa place après le scrutin du 9 avril

L'ancien ministre de l'Intérieur Gideon Saar à la Knesset, le 23 décembre 2013 (Crédit : Flash90)
L'ancien ministre de l'Intérieur Gideon Saar à la Knesset, le 23 décembre 2013 (Crédit : Flash90)

L’ancien numéro 2 du Likud, Gideon Saar a été désigné mercredi après-midi pour occuper la quatrième place de la liste électorale pour la Knesset du Likud, qui en compte cinq au total. Le candidat faisait son grand retour à la vie politique à l’occasion des primaires du parti, après une pause de quatre ans.

L’un des principaux obstacles sur la route de son retour triomphal au sein du parti était le président-même du Likud, Benjamin Netanyahu.

Après l’annonce des premiers résultats du vote, Gideon Saar a publié un communiqué dans lequel il remercie les adhérents du Likud.

« Merci pour votre soutien et votre amour, et de m’être resté fidèle, tout comme je l’ai été vis-à-vis du Likud, même dans des temps très difficiles. »

La dernière partie de cette déclaration fait référence à la campagne effrénée menée par Benjamin Netanyahu quelques jours avant l’élection primaire pour tenter de nuire à Gideon Saar.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Gideon Saar, alors ministre de l’Éducation, assistent à une cérémonie de remise des prix organisée par la Fondation Trump, au bureau de Netanyahu à Jérusalem, le 25 décembre 2012. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Lundi, Benjamin Netanyahu avait diffusé une vidéo dans laquelle il réitérait ses accusations à l’encontre de l’ancien ministre et du président Reuven Rivlin, qu’ils soupçonnent de comploter à ses dépens. Selon lui, le président prévoirait de l’écarter et de charger Gideon Saar de former un gouvernement au terme des prochaines élections législatives. (Selon la législation israélienne, le Premier ministre doit avoir été élu député, et son gouvernement doit être approuvé par la Knesset.)

Des sources proches du Premier ministre ont indiqué qu’il faisait tout son possible pour empêcher Gideon Saar d’arriver en tête de liste.

Pour l’ancien ministre Likud, il s’agit d’une « chasse aux sorcières », comme il l’a confié lors d’un entretien avec la Douzième chaîne. « Le Premier ministre, ceux qui travaillent pour lui, sa famille — ils exercent tous une pression sur les militants sur le terrain, sur les maires et les membres de la Knesset qui osent se rendre à nos rassemblements. Le fait que je respecte le Premier ministre en tant que chef du parti et Premier ministre ne doit pas signifier que mon nom peut être souillé. »

Mercredi, bien qu’il n’ait pas atteint la première place de la liste (plus précisément seconde, la première place revenant automatiquement au président du parti), Gideon Saar a qualifié son retour au sommet de la liste de « ma plus grande réussite politique, bien plus grande que les deux fois où j’ai été élu en tête de liste par le passé. »

Il a remercié le parti pour les résultats des primaires.

« Le Likud a démontré sa force démocratique, et les adhérents du Likud ont prouvé leur sagesse et leur responsabilité vis-à-vis du parti et du pays en désignant d’excellents têtes de liste, dignes, expérimentés et talentueux. C’est une équipe digne de diriger l’Etat d’Israël pour les prochaines années.
Désormais, nous resserrons les rangs et travaillons ensemble pour parvenir à la victoire du Likud lors des élections générales du 9 avril. »

Gideon Saar avait son entrée à la Knesset en 2003, sous la bannière du Likud. Il a occupé les postes de ministres de l’Education et de l’Intérieur avant de se retirer de la vie politique en 2014. Il y a fait son retour en 2017.

Même s’il a plusieurs fois fait part de son objectif de devenir Premier ministre, il s’est publiquement engagé à soutenir Benjamin Netanyahu, une promesse qu’il a réitérée lundi à la presse.

D’après la chaîne Kan, les efforts du Premier ministre pour empêcher son ennemi de remporter les primaires de mardi ont déclenché la colère de ministres et députés Likud, qui estiment que la campagne menée contre Saar l’ont renforcé à leurs dépens car elle le faisait apparaître comme un concurrent sérieux à Benjamin Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...