Rechercher

L’Iran aurait payé 35 000 dollars pour l’assassinat d’Israéliens à Istanbul – média

Le journal Sabah a publié des détails, vidéo à l’appui, sur le projet déjoué en juin visant trois touristes israéliens qui séjournaient près de la place Taksim

Agent iranien présumé en train de photographier l'intérieur d'un hôtel dans lequel séjournaient trois touristes israéliens, que sa cellule aurait reçu ordre de tuer, en Juin 2022, selon le journal turc Sabah. (Capture d’écran : Twitter)
Agent iranien présumé en train de photographier l'intérieur d'un hôtel dans lequel séjournaient trois touristes israéliens, que sa cellule aurait reçu ordre de tuer, en Juin 2022, selon le journal turc Sabah. (Capture d’écran : Twitter)

De nouveaux détails sur la tentative iranienne d’assassiner des Israéliens à Istanbul, le mois dernier, ont été publiés par les médias turcs, samedi.

Selon le quotidien Sabah, proche du président turc Recep Tayyip Erdogan, des agents iraniens auraient reçu l’ordre d’attaquer trois touristes israéliens séjournant dans un hôtel près de la place Taksim, à Istanbul, en échange de 35 000 dollars.

Une vidéo publiée par Sabah montre un homme en train de photographier l’intérieur de l’hôtel.

Selon le journal, les quatre membres de la cellule ont été interpellés le 17 juin, au « dernier moment ».

Les médias turcs ont indiqué vendredi que les forces de l’ordre turques avaient déjoué une tentative similaire, le 14 juillet dernier.

Ces informations sont rendues publiques un mois après l’appel urgent lancé par les autorités israéliennes à l’ensemble de ses ressortissants, les invitant à quitter immédiatement Istanbul ou reporter leur voyage en Turquie. Les autorités avaient indiqué que des agents iraniens projetaient d’enlever et tuer des Israéliens, en représailles de la mort d’officiers iraniens, imputé par Téhéran à Israël.

Les tensions entre Israël et l’Iran se sont accrues ces derniers mois, suite à l’assassinat d’un officier iranien à Téhéran, aux frappes aériennes contre des cibles liées à l’Iran en Syrie, au discours toujours plus menaçant des dirigeants iraniens et aux violations répétées des accords nucléaires par l’Iran.

Le mois dernier, l’agence de renseignement du Mossad et ses homologues turcs étaient parvenus à déjouer trois attaques iraniennes visant des civils israéliens à Istanbul, déclarait au moment des faits un haut responsable de la sécurité aux médias israéliens.

Il avait ajouté que les services de renseignement du Mossad avaient conduit les autorités turques à une cellule iranienne composée de 10 membres, qui auraient projeté d’enlever et assassiner un ex-ambassadeur d’Israélien en Turquie et son épouse.

Selon le responsable, le Mossad aurait également déjoué deux autres complots du même ordre, les ressortissants israéliens étant parvenus à s’échapper « en toute dernier minute ».

Des agents de la police anti-émeute turque patrouillent devant la Mosquée bleue à Istanbul, le 14 juin 2022. (Crédit: Yasin Akgul/AFP)

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré que les affirmations israéliennes selon lesquelles Téhéran avait projeté de s’en pendre à des Israéliens en Turquie étaient « sans fondement » et faisaient partie d’une « machination destinée à faire du tort aux relations entre les deux pays musulmans ».

L’Iran et Israël se livrent à une guerre de l’ombre depuis des années, mais les tensions se sont accrues suite à une série d’incidents très médiatisés, que Téhéran impute à Israël.

La République islamique a ainsi affirmé qu’Israël était responsable de l’assassinat du colonel des Gardiens de la révolution Hassan Sayyad Khodaei, à son domicile de Téhéran, le 22 mai dernier. L’assassinat de Khodaei est à ce jour la mort la plus médiatisée en Iran depuis celle, en novembre 2020, du scientifique spécialiste du nucléaire Mohsen Fakhrizadeh.

Le Corps d’élite des gardiens de la révolution islamique d’Iran, également en charge des opérations à l’extérieur du pays, a récemment annoncé avoir remplacé le chef de son unité de renseignement Hossein Taeb, qui occupait ce poste depuis plus de dix ans.

Le nom de Taeb est associé, dans les médias israéliens, aux attaques contre les Israéliens en Turquie, dont il aurait été l’instigateur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...