Litzman confirmé ministère de la Santé – colère des Juifs australiens
Rechercher

Litzman confirmé ministère de la Santé – colère des Juifs australiens

Jeremy Leibler, le président de la Fédération sioniste d'Australie, a écrit une lettre à Netanyahu pour lui faire part de son indignation face à cette nomination

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman lors de la soirée électorale à Petah Tikva pour son parti Yahadout HaTorah, le 18 septembre 2019 (Crédit :  Shlomi Cohen/Flash90)
Le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman lors de la soirée électorale à Petah Tikva pour son parti Yahadout HaTorah, le 18 septembre 2019 (Crédit : Shlomi Cohen/Flash90)

Le cabinet a donné son accord à la promotion de Yaakov Litzman, chef de Yahadout HaTorah, au poste de ministre de la Santé. Cette décision a provoqué la colère des responsables de la communauté juive australienne, car la police avait recommandé d’inculper Litzman pour avoir tenté d’empêcher l’extradition d’une délinquante sexuelle présumée.

Occupant depuis plusieurs années le poste de vice-ministre de la Santé, Yaakov Litzman a obtenu le poste après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui occupait officiellement la fonction, a été forcé de l’abandonner à cause de trois affaires criminelles dans lesquelles il serait impliqué.

Dans ce qu’il a dit être la première fois qu’un responsable juif australien envoie une lettre ouverte au Premier ministre d’Israël, Jeremy Leibler, le président de la Fédération sioniste d’Australie, a qualifié la nomination de Litzman de « claque au visage de la communauté juive australienne, du peuple australien, la communauté des [immigrants] australiens en Israël et, de manière encore plus choquante, des victimes des abus présumés de Malka Leifer ».

Leifer est recherchée en Australie pour 74 inculpations d’abus sexuels. Elle est accusée d’avoir agressé des petites filles alors qu’elle était principale d’une école juive de Melbourne. Elle a évité l’extradition pendant des années, en affirmant notamment qu’elle était trop malade, même si la police suspecte que l’avis de l’expert, qui a déterminé qu’elle était en mauvaise santé, a été obtenu après des pressions de Litzman.

Responsable de la plus grande organisation pro-Israël, Jeremy Leibler a commencé sa lettre au Premier ministre Benjamin Netanyahu en saluant le lien « inébranlable » entre les deux pays et en soulignant la condamnation par le Premier ministre Scott Morrison de la récente décision de la Cour pénale internationale de mener une enquête contre Israël pour des crimes de guerre.

Pourtant, en exposant ses doutes sur la conduite de Jérusalem dans l’affaire Leifer, Leibler a déclaré à Netanyahu, « l’amitié doit aller dans les deux sens ».

(De gauche à droite) L’ancien trésorier australien Wayne Swan, le président de la Zionist Federation of Australia (ZFA) Jeremy Liebler, l’ancien Premier ministre australien John Howard, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, l’ancien ministre des Affaires étrangères australien Alexander Downer, l’ancien ministre australien des Communications Stephen Conroy, l’ancien ministre australien de la Défense Brendan Nelson, Ginette Searle, directrice de la ZFA, et l’ambassadeur australien Chris Cannan se sont rencontrés le 28 octobre 2019, au cabinet du Premier ministre, à Jérusalem. (Amos Ben Gershom/PMO)

« Yaakov Litzman a droit à la présomption d’innocence. Pourtant, le promouvoir comme ministre de la Santé quand des accusations aussi graves ont été portées et font l’objet d’une enquête envoie un message terrible », a continué Jeremy Leibler.

Afin de calmer leurs homologues australiens frustrés, des officiels israéliens ont expliqué à Canberra que la nomination de dimanche n’était qu’une simple « formalité » étant donné que Litzman a déjà servi comme vice-ministre avec des pouvoirs ministériels complets et que la décision avait été prise uniquement à cause des démêlés judiciaires du Premier ministre, a fait savoir au Times of Israël une source proche du dossier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...