Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

Tsahal publie des vidéos de frappes aériennes abandonnées en raison de la présence de civils

Les Émirats arabes unis renouvellent leur demande de cessation des hostilités et d'accès à la surveillance par l'ONU de l'acheminement de l'aide à l'enclave gouvernée par le Hamas * Le bilan des opérations au sol s'élève à 126

Des soldats israéliens interviennent dans la bande de Gaza dans une photo publiée le 18 décembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens interviennent dans la bande de Gaza dans une photo publiée le 18 décembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)

Washington demande à Israël de « rendre des comptes » après le passage à tabac d’un photojournaliste palestinien

Des soldats israéliens sont filmés en train de brutalement passer à tabac un journaliste palestinien, à Jérusalem-Est, le 15 décembre 2023. (Capture d’écran/X)
Des soldats israéliens sont filmés en train de brutalement passer à tabac un journaliste palestinien, à Jérusalem-Est, le 15 décembre 2023. (Capture d’écran/X)

Les États-Unis sont « profondément préoccupés » par les images d’agents de la police des frontières en train de frapper un photo-journaliste palestinien sans défense à Jérusalem-Est, vendredi, a déclaré le porte-parole du Département d’État, Matthew Miller.

« Nous sommes profondément préoccupés par les images dérangeantes de la force employée contre un journaliste dans ces vidéos, et nous pensons qu’il serait bon que (…) que la vidéo fasse l’objet d’une enquête et, si les faits le justifient, que les personnes impliquées soient mises face à leurs responsabilités », a ajouté M. Miller lors d’un point de presse en réponse à une question sur le sujet.

Mustafa Haruf a été hospitalisé pour des blessures à la tête : il a expliqué avoir été attaqué sans raison après une manifestation de prières dispersée par les forces de l’ordre israéliennes dans le quartier de Wadi Joz.

Les images montrent un policier des frontières en train de s’approcher de Haruf avant de le frapper avec le canon de son arme. [Haruf] est ensuite jeté au sol par un policier, où il est roué de coups de pied, à la tête et sur le reste du corps, gisant sur le sol et hurlant de douleur.

La police des frontières a annoncé la suspension des deux agents impliqués dans l’incident ainsi que l’ouverture d’une enquête par le Département des enquêtes internes de la police.

Un premier communiqué de la police avait indiqué que les journalistes avaient tenté d’interférer avec leurs opérations et refusé d’obtempérer aux ordres de quitter les lieux.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, en charge de la police, a publié une déclaration ce week-end exprimant son soutien aux officiers et demandant à ce qu’ils soient autorisés à reprendre leur service.

Tsahal affirme avoir ciblé un avant-poste de l’armée syrienne après des tirs de roquettes sur le nord

L’armée israélienne affirme avoir frappé un avant-poste de l’armée syrienne dans le sud de la Syrie en réponse à des tirs de roquettes menés plus tôt contre le nord d’Israël.

Plusieurs roquettes ont été tirées depuis la Syrie, dont certaines ont traversé la frontière et ont atterri dans des zones dégagées du plateau du Golan.

L’armée israélienne affirme avoir bombardé la source des tirs avec de l’artillerie et des chars ont frappé une position de l’armée syrienne.

Plus tôt également, plusieurs roquettes ont été tirées depuis le Liban sur Kiryat Shmona, selon l’armée israélienne.

Washington révèle qu’Israël a laissé entrer des marchandises commerciales à Gaza

Des camions chargés d'aide humanitaire arrivent du côté palestinien du poste-frontière de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des camions chargés d'aide humanitaire arrivent du côté palestinien du poste-frontière de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Israël a autorisé samedi l’entrée de marchandises commerciales à Gaza, pour la première fois depuis le début de la guerre, a révélé le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller.

Israël n’en a pas encore fait l’annonce lui-même, alors que cela fait partie des deux mesures adoptées au cours du week-end, suite à d’importantes pressions américaines.

Hier, pour la première fois depuis le début de la guerre, Israël a rouvert son point de passage de Kerem Shalom pour permettre l’entrée directe de l’aide humanitaire à Gaza depuis Israël et pas que depuis Rafah.

Cette décision a permis l’entrée de près de 200 camions à Gaza pour la première fois depuis la trêve de sept jours de la fin novembre.

Les marchandises commerciales acheminées samedi sont passées par le point de passage de Rafah, en Égypte : elles contenaient essentiellement des vivres, a expliqué Miller, ajoutant que de nouveaux chargements de denrées commerciales seraient acheminées dans la bande de Gaza aujourd’hui.

« Nous espérons que ce canal se pérennisera et gagnera en intensité lors des prochains jours », a ajouté M. Miller. « C’est une étape cruciale vers l’amélioration de la vie du peuple palestinien à Gaza, car ce n’est pas uniquement de l’aide humanitaire, ce sont aussi des biens commerciaux qui peuvent être vendus dans les magasins et sur les marchés. »

« Bien que les avancées de ce week-end [en matière d’aide] soient importantes, elles ne sont pas encore suffisantes. Nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec les gouvernements d’Israël, d’Égypte et des pays partenaires de la région pour accroître encore l’aide humanitaire dont bénéficie Gaza afin de répondre aux besoins du peuple palestinien », a conclu M. Miller.

Israël/Hamas : le vote du Conseil de sécurité de l’ONU reporté à mardi

Le vote du Conseil de sécurité sur la situation à Gaza, initialement prévu lundi, a été reporté à mardi pour permettre la poursuite des négociations sur le texte, a-t-on appris de sources diplomatiques.

Les Emirats arabes unis, à l’origine du nouveau projet de résolution qui vise à une cessation des hostilités pour permettre l’accès de l’aide humanitaire, ont demandé un report du vote, qui devrait avoir lieu mardi à une heure encore non déterminée, ont précisé ces sources.

Assouplissement des règles en matière scolaire et pour les rassemblements à Ashkelon

Illustration : Le système de défense aérienne israélien Dôme fer tirant pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, en Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Tsafrir Abayov/AP Photo)
Illustration : Le système de défense aérienne israélien Dôme fer tirant pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, en Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Tsafrir Abayov/AP Photo)

La ville côtière méridionale d’Ashkelon et sa voisine Lachish sont repassées dans le « vert », a annoncé le commandement du front intérieur. Cela signifie que l’école, le travail et d’autres activités vont pouvoir reprendre normalement dans ce secteur situé au nord de la bande de Gaza.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, le Commandement du front intérieur a divisé le pays en différentes zones de sécurité affectées d’un code couleur. La majeure partie du pays est désormais « verte », ce qui correspond à un faible niveau de restrictions pour l’école, le travail et les rassemblements.

Ce que l’on appelle le pourtour de Gaza – c’est-à-dire le territoire israélien autour de la bande de Gaza – demeure, elle, « orange », avec d’importantes restrictions en ce qui concerne les rassemblements et le travail en personne, et l’école maintenue en distanciel. Les zones situées le long de la frontière nord avec le Liban sont par ailleurs classées en « jaunes », avec des restrictions partielles pour les rassemblements, le travail et l’école.

De nombreux habitants des zones « orange » et « jaunes » ont été évacués.

Il est également annoncé que dans toutes les zones « vertes » – soit désormais la majeure partie du pays – le plafond des rassemblements en personne a été relevé à 5 000 personnes, ce qui ouvre la voie à la reprise des événements sportifs, concerts et festivals.

La Maison Blanche « profondément préoccupée » par les frappes israéliennes sur les forces armées libanaises

La Maison Blanche se dit « profondément préoccupée » par les récentes frappes israéliennes contre les forces armées libanaises (LAF).

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC) John Kirby a rappelé lors d’un point presse que les États-Unis ne souhaitent pas voir la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza s’étendre à d’autres fronts, et soutiennent le droit d’Israël à se défendre contre le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah à sa frontière nord.

« Les attaques menées contre les forces armées libanaises sont très préoccupantes, car elles ne font pas partie intégrante de ce conflit », a déclaré Kirby, ajoutant que les États-Unis soulèvent la question auprès d’Israël.

L’armée israélienne a frappé des positions des LAF à plus de 34 reprises depuis le 7 octobre, selon un reportage de CNN diffusé au cours du week-end.

Au début du mois, Tsahal a publié une rare déclaration exprimant ses regrets pour avoir tué un soldat libanais en frappant une cible liée au Hezbollah plus tôt dans la journée, le premier décès de ce type depuis le début des hostilités transfrontalières en octobre.

A Gaza, des soldats détruisent une statue commémorant une attaque meurtrière en 2014

Des soldats du 13e bataillon de la brigade Golani se tiennent près d'un monument du Hamas, place de la Palestine dans le quartier de Shejaiya à Gaza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats du 13e bataillon de la brigade Golani se tiennent près d'un monument du Hamas, place de la Palestine dans le quartier de Shejaiya à Gaza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les soldats du 13e bataillon de la brigade Golani se sont emparées de la place de la Palestine, dans le quartier de Shejaiya, dans la ville de Gaza, et ont détruit un monument du Hamas élevé en mémoire d’une attaque meurtrière contre un véhicule blindé de transport de troupes pendant la guerre de Gaza, en 2014.

« Nous sommes ici, le 13e bataillon, à l’endroit précis où l’organisation terroriste du Hamas a élevé une statue à la gloire de la catastrophe qui a frappé un bataillon lors de l’opération Bordure protectrice. Nous envoyons un message clair au Hamas : là où il y aura de pareilles statues, nous viendrons et les détruirons », a déclaré le nouveau commandant du 13e bataillon, le lieutenant-colonel Yuval Mazuz.

Lors de la guerre de 2014, sept soldats Golani sont morts dans leur véhicule blindé de transport de troupes à Shejaiya. Le corps de l’un d’entre eux, à savoir le sergent Oron Shaul, a été capturé par le Hamas et est toujours en sa possession.

Suite à l’incident meurtrier, le Hamas a élevé un monument – un grand poing transperçant un véhicule blindé de transport de troupes et tenant trois plaques d’identité, dont l’une d’elles porte le nom de Shaul.

Selon l’armée israélienne, le 13e bataillon de Golani et les soldats de la 188e brigade blindée se sont emparés de la place aujourd’hui – à l’endroit-même où le Hamas a fait défiler les otages libérés il y a de cela quelques semaines – et ont détruit le monument.

John Kirby : Un nouvel accord sur les otages n’est pas « imminent »

John Kirby porte un collier avec une plaque 'Bring Them Home-Now'  réclamant la libération des otages en hébreu et en anglais lors d'un point-presse à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)
John Kirby porte un collier avec une plaque 'Bring Them Home-Now' réclamant la libération des otages en hébreu et en anglais lors d'un point-presse à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

Aucun accord pour une pause dans les combats à Gaza et une libération des otages n’est « imminent », a affirmé le porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC) de la Maison Blanche, John Kirby.

Le chef de la CIA, William Burns, se trouve actuellement à Varsovie pour des réunions avec ses homologues israéliens et qataris, et la question figurait en tête de l’agenda du conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, lorsqu’il s’est rendu en Israël la semaine dernière.

Kirby : 200 camions d’aide entrés à Gaza hier – une première depuis la trêve

Des camions transportant de l'aide humanitaire arriaent du côté palestinien du poste-frontière de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des camions transportant de l'aide humanitaire arriaent du côté palestinien du poste-frontière de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Près de 200 camions d’aide humanitaire sont entrés à Gaza hier pour la première fois depuis la trêve de sept jours du mois dernier, indique John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC) de la Maison Blanche.

Ce bond du nombre de camions, après des semaines de recul, est dû, au moins en partie, à la décision « significative » d’Israël de rouvrir le point de passage de Kerem Shalom pour la première fois depuis le début de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

80 camions sont entrés dans la bande de Gaza par le seul point de passage de Kerem Shalom hier, tandis que les quelque 120 autres camions sont entrés dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah, en Égypte.

Taglit-Birthright Israël va reprendre les voyages de groupe dès le mois prochain

Illustration : Des participants de Taglit-Birthright au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 août 2014. (Crédit : Flash90/Fichier)
Illustration : Des participants de Taglit-Birthright au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 août 2014. (Crédit : Flash90/Fichier)

Taglit-Birthright Israël vient d’annoncer la reprise des voyages éducatifs dans l’État juif dès le mois prochain, après une interruption pour des questions de sécurité dans le contexte de la guerre contre le Hamas.

Le communiqué du groupe précise que 350 participants, pour l’essentiel américains, prendront part au voyage du mois prochain, qui « s’effectuera conformément aux normes strictes de sûreté et de sécurité » définies par le commandement du Front intérieur de Tsahal.

« Au-delà de l’expérience amusante et aussi porteuse de sens, nous voulons que nos participants comprennent ce qui s’est passé le 7 octobre et comprennent la façon dont les événements affectent la société israélienne et les communautés juives du monde entier, et comment nos vies, nos valeurs et notre communauté juives nous aident à trouver de l’espoir en des moments difficiles », a déclaré Gidi Mark, PDG de Birthright.

Paris va livrer 700 tonnes d’aide supplémentaire

La France va livrer 700 tonnes d’aide supplémentaire destinée à la population palestinienne de Gaza, a annoncé lundi la ministre française des Affaires étrangères, précisant que la moitié partira dès mercredi du port du Havre par bateau.

« L’autre moitié partira la semaine suivante », a indiqué Catherine Colonna lors d’une conférence de presse à Beyrouth.

La France a déjà livré plus de 200 tonnes d’aide de biens de première nécessité et de médicaments.

La Brigade Golani engagée dans « d’intenses combats » contre le Hamas à Shejaiya

Un véhicule blindé de l’armée israélienne, à Shejaiya, dans le nord de la ville de Gaza, le 15 décembre 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)
Un véhicule blindé de l’armée israélienne, à Shejaiya, dans le nord de la ville de Gaza, le 15 décembre 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

L’armée israélienne affirme que des troupes de la Brigade d’infanterie Golani sont engagées dans des « combats intenses » avec le bataillon Shejaiya du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le quartier de la ville de Gaza.

Selon les estimations militaires, quelque 600 terroristes ont été tués par Tsahal à Shejaiya au cours des deux dernières semaines, dont 200 par des soldats de Golani.

L’armée précise que les troupes de Golani ont également localisé et détruit plus de 10 puits de tunnels dans le quartier. Les soldats ont également saisi des armes et du matériel de renseignement trouvés dans des maisons de terroristes du Hamas.

Selon Tsahal, les ingénieurs de combat opérant avec Golani ont localisé et détruit des dizaines de lance-roquettes, dont certains à proximité d’écoles et de cimetières.

L’armée affirme que les troupes ont rencontré des terroristes du Hamas qui ouvraient le feu, lançaient des roquettes et déclenchaient des engins explosifs tout en utilisant des bâtiments civils comme couverture à Shejaiya.

Le commandant de la Brigade Golani, le colonel Yaïr Palaï, a affirmé que ses forces « feront tout pour que les habitants des [communautés frontalières de Gaza] et du sud puissent retourner chez eux, et pour que le Hamas ne gouverne plus Gaza ».

« Ce quartier était et est toujours un bastion établi du Hamas, et c’est un problème qu’il faut déraciner », ajoute-t-il.

La semaine dernière, 10 soldats, dont deux officiers supérieurs, ont été tués dans une embuscade tendue par le groupe terroriste palestinien dans le quartier. Avant cela, lors de la guerre de 2014, sept soldats avaient été tués lorsque leur véhicule blindé de transport de troupes avait été touché lors de combats à Shejaiya. La dépouille de l’un des sept soldats, le sergent Oron Shaul, a été capturée par le Hamas et est toujours entre ses mains.

Tsahal arrête un terroriste du 7 octobre dans une école de Gaza

Des terroristes présumés du Hamas arrêtés, dont selon l'armée israélienne, Mohammad Rabahi Abd Ibrahim Sabat (numéro 2) qui a participé aux massacres du 7 octobre, dans une école du quartier Rimal de Gaza City, sur une photo diffusée le 18 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des terroristes présumés du Hamas arrêtés, dont selon l'armée israélienne, Mohammad Rabahi Abd Ibrahim Sabat (numéro 2) qui a participé aux massacres du 7 octobre, dans une école du quartier Rimal de Gaza City, sur une photo diffusée le 18 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne déclare qu’un membre du bataillon de Khan Younès de l’unité dite « Nukhba » (« élite » en arabe) du Hamas et un autre terroriste ayant participé au massacre du 7 octobre ont été arrêtés dans une école du quartier Rimal de Gaza City.

Les deux hommes, ainsi que plusieurs autres terroristes du Hamas, ont été capturés lors d’un raid mené sur l’école vendredi, au cours duquel les troupes de la 401e Brigade Blindée ont tué « beaucoup » d’autres terroristes, selon Tsahal.

Ceux qui ont été capturés par les soldats ont été interrogés par l’unité 504 du Directorat des Renseignements militaires, indique l’armée.

« Nous observons une diminution des échanges de tirs, » affirme la Finul

Le Premier ministre intérimaire du Liban, Najib Mikati (G), serre la main du chef de mission de la FINUL, le général Aroldo Lazaro Saenz, au quartier général de la force de maintien de la paix dans la ville frontalière de Naqura, au sud du Liban, le 24 octobre 2023. (Crédit : UNIFIL/AFP)
Le Premier ministre intérimaire du Liban, Najib Mikati (G), serre la main du chef de mission de la FINUL, le général Aroldo Lazaro Saenz, au quartier général de la force de maintien de la paix dans la ville frontalière de Naqura, au sud du Liban, le 24 octobre 2023. (Crédit : UNIFIL/AFP)

« La situation actuelle, comme chacun le sait, est tendue. C’est difficile, c’est dangereux », a déclaré à quelques journalistes le général Aroldo Lazaro Saenz, avant une rencontre avec la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna.

Le général Lazaro a expliqué que la Finul s’efforçait de maintenir un statu quo et surtout de jouer un rôle de médiation entre les parties « pour éviter des erreurs de calculs ou d’interprétations qui pourraient être un autre déclencheur d’escalade ».

Selon le général, le groupe terroriste pro-Iran du Hezbollah utilise des armes de plus longue portée, alors qu’Israël viole l’espace aérien du Liban.

« Néanmoins, ces trois derniers jours, nous observons une diminution des échanges de tirs », a-t-il relevé.

Tsahal répond par des tirs d’obus à un tir de missile antichar

Tsahal indique avoir mené une frappe aérienne contre une zone du Sud-Liban d’où des projectiles ont été tirés sur le nord d’Israël un peu plus tôt.

Un missile antichar a également été tiré depuis le Liban vers la région d’Avivim. L’armée israélienne ne fait état d’aucun blessé et indique que les troupes répondent par des tirs d’artillerie sur le site de lancement.

Par ailleurs, Tsahal indique que l’armée de l’air a intercepté une « cible aérienne suspecte » qui a pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban, déclenchant des sirènes en Haute Galilée.

Ben Gvir menace de quitter la coalition si la guerre ne se poursuit pas « à pleine puissance »

Le ministre d'extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, dirigeant une réunion de sa faction Otzma Yehudit à la Knesset, à Jérusalem, le 4 décembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)
Le ministre d'extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, dirigeant une réunion de sa faction Otzma Yehudit à la Knesset, à Jérusalem, le 4 décembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir critique la gestion par le gouvernement de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, réitérant sa demande d’exécution des terroristes et déclarant qu’il ne restera pas dans la coalition si l’incursion militaire ne « se poursuit pas à plein régime ».

Affirmant que le Hamas n’est toujours pas découragé après 73 jours de guerre, Ben Gvir s’oppose à la décision du gouvernement de laisser entrer l’aide dans la bande de Gaza, déclarant aux journalistes lors d’une réunion de faction de la Knesset de son parti d’extrême-droite Otzma Yehudit que « vous ne faites pas entrer 200 camions de carburant, vous ne transférez pas d’argent à quelque fonctionnaire que ce soit ».

« On ne fait pas de pauses et on ne permet pas à nos ennemis de poser de choquantes conditions à la libération des otages », déclare-t-il, appelant le Premier ministre Benjamin Netanyahu à « suivre la voie de Ben Gvir et non celle de [Benny] Gantz », le chef du parti HaMahane HaMamlahti.

« Chaque jour où les otages ne sont pas rendus, nous devrions mettre à mort un autre Nukbha [terroriste] », ajoute-t-il, en référence au bataillon de Khan Younès de l’unité dite « Nukhba » (« élite » en arabe) du Hamas qui a participé aux atrocités du 7 octobre.

« Ils tirent des roquettes depuis les zones d’évacuation humanitaire, ils tirent sur nos soldats, et nous continuons avec des mesures et des gestes humanitaires. L’heure de prendre une décision a sonné. »

Ben Gvir avait déjà menacé de faire tomber le gouvernement lors du cessez-le-feu temporaire du mois dernier, déclarant : « Arrêter la guerre, c’est briser le gouvernement. »

Malgré la menace de Ben Gvir, la coalition au pouvoir de Netanyahu survivrait à la défection d’Otzma Yehudit, en supposant le soutien continu du parti du ministre Gantz, qui a rejoint le gouvernement au milieu de la guerre à Gaza.

Ben Gvir a plaidé à maintes reprises pour qu’Israël exécute les terroristes du Hamas, une politique à laquelle s’opposent les familles des otages, qui préviennent qu’une telle mesure mettrait en danger leurs proches détenus à Gaza.

Les Houthis revendiquent de nouvelles attaques contre des navires « liés à Israël »

Les Houthis, groupe yéménite appartenant à ce qu’il appelle « l’axe de résistance » anti-Israël et créé par l’Iran, ont affirmé lundi avoir mené de nouvelles attaques en mer Rouge visant deux navires « liés à Israël ».

« Les forces armées yéménites ont mené une opération militaire contre deux navires liés à l’entité sioniste [Israël] à l’aide d’hydravions », ont indiqué les Houthis dans un communiqué, identifiant les navires pris pour cible comme étant le M/T Swan Atlantic et le MSC Clara.

L’armateur norvégien du M/T Swan Atlantic a indiqué que le tanker, qui se rendait de France métropolitaine à la Réunion, avait été touché par un « objet non identifié ».

« Le bateau n’a aucun lien avec Israël que ce soit du côté de son propriétaire (norvégien) que de la gestion technique (singapourien) ou de son chargement », a-t-il dit.

Des responsables allemands de l’éducation visitent les villes frontalières de Gaza attaquées le 7 octobre

Le ministre de l'Éducation Yoav Kisch, au centre, son homologue allemande Bettina Stark-Watzinger, à sa droite, et une délégation de responsables allemands de l'éducation font le tour du kibboutz Kfar Aza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Ministère de l'Éducation)
Le ministre de l'Éducation Yoav Kisch, au centre, son homologue allemande Bettina Stark-Watzinger, à sa droite, et une délégation de responsables allemands de l'éducation font le tour du kibboutz Kfar Aza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Ministère de l'Éducation)

Une délégation de responsables du ministère de l’Education allemand s’est rendue dans les communautés du sud d’Israël touchées par l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre dernier.

Cette délégation, conduite par la ministre allemande de l’Éducation, Bettina Stark-Watzinger, comprend des administrateurs de haut rang et des responsables de l’éducation de plusieurs Länder allemands.

Le groupe s’est rendu au kibboutz Kfar Aza où il s’est entretenu avec des familles d’otages du kibboutz Beeri.

Il devrait ensuite se rendre à Jérusalem pour visiter Yad Vashem et une école temporaire pour les écoliers évacués, installée dans les locaux du Musée des terres bibliques.

La visite a « une signification très forte en ce moment… Leur présence fait passer un message clair de soutien à la guerre juste d’Israël contre l’organisation terroriste meurtrière du Hamas », a déclaré le ministre de l’Éducation, Yoav Kisch, dans un communiqué.

Troisième alerte d’infiltration de drone au nord d’Israël

Des alertes signalant une infiltration présumée de drones retentissent à nouveau dans plusieurs communautés de la Haute Galilée, près de la frontière avec le Liban, pour la troisième fois aujourd’hui.

Les sirènes d’alerte ont été entendues à Dishon, Iftach, Ramot Naftali et Malkia.

Peu de temps après l’activation des alertes, le Commandement du Front intérieur de Tsahal a indiqué que « l’incident est terminé ».

Des avions de Tsahal frappent des sites du Hezbollah après plusieurs attaques transfrontalières

Illustration : Une unité d'artillerie israélienne tirant depuis une position en Haute Galilée dans le nord d'Israël vers le sud du Liban, le 11 décembre 2023. (Crédit : Jalaa marey/AFP)
Illustration : Une unité d'artillerie israélienne tirant depuis une position en Haute Galilée dans le nord d'Israël vers le sud du Liban, le 11 décembre 2023. (Crédit : Jalaa marey/AFP)

L’armée israélienne affirme que des avions de combat ont mené des frappes contre plusieurs autres sites du Hezbollah dans le sud Liban en riposte à plusieurs attaques à la frontière, aujourd’hui.

Selon Tsahal, ces cibles sont des lance-roquettes, un bâtiment militaire et d’autres infrastructures appartenant au Hezbollah.

Toujours selon la même source, les soldats ont identifié et frappé plusieurs agents dans une zone réputée pour servir de base d’action au Hezbollah.

D’autres projectiles ont été tirés sur le nord d’Israël depuis le Liban ces dernières heures, comme lors d’un incident qui a déclenché une alerte d’infiltration de drones.

Selon l’armée israélienne, ces sites de lancement font l’objet de bombardements avec de l’artillerie.

Une vidéo semble montrer une frappe de Tsahal près de l’enterrement d’un membre du Hezbollah

Une vidéo semble montrer une frappe de l’armée israélienne dans le sud du Liban, juste à côté d’une procession funéraire pour un membre du Hezbollah.

Depuis le massacre du 7 octobre par le Hamas, au cours duquel environ 3 000 terroristes ont pénétré en Israël depuis Gaza, tuant plus de 1 200 personnes et en kidnappant plus de 240, principalement des civils, Israël a averti qu’il ne tolérera plus la présence du Hezbollah le long de la frontière nord.

Depuis cette date, les forces dirigées par le Hezbollah ont attaqué régulièrement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière.

Les escarmouches à la frontière, qui se sont intensifiées considérablement depuis l’attaque du Hamas, ont entraîné jusqu’à présent quatre décès de civils du côté israélien, ainsi que la mort de sept soldats israéliens. Il y a également eu plusieurs attaques de roquettes depuis la Syrie, mais aucune n’a fait de blessé.

Côté libanais, plus de 120 personnes ont été tuées. Le bilan inclut 111 membres du Hezbollah, certains d’entre eux étant décédés en Syrie, 16 terroristes palestiniens, un soldat libanais et au moins 17 civils, dont trois journalistes.

Netanyahu s’entretient avec le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, à Tel Aviv, le 12 décembre 2023 (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, à Tel Aviv, le 12 décembre 2023 (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu avec le Secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin.

M. Austin a déjà rencontré le ministre de la Défense, Yoav Gallant.

Gallant et de hauts généraux de Tsahal ont pris part à la réunion avec Netanyahu.

La réunion sera suivie d’une session conjointe avec le cabinet de guerre, a précisé le cabinet de Netanyahu.

Tsahal annonce avoir pris le contrôle total de Beit Hanoun, dans le nord de Gaza

Les troupes de la 252e division de réserve de Tsahal opèrent à Beit Hanoun, dans le nord de Gaza, dans une photo distribuée le 18 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Les troupes de la 252e division de réserve de Tsahal opèrent à Beit Hanoun, dans le nord de Gaza, dans une photo distribuée le 18 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

La 252e division de réserve de l’armée israélienne a achevé lundi ses opérations contre le groupe terroriste du Hamas dans la région de Beit Hanoun, dans le nord de Gaza, et a remis la responsabilité de la région à la division de Gaza, indiquant que l’armée a un contrôle ferme sur ce secteur.

Dans un communiqué, les forces israéliennes indiquent que les troupes de la 252e division, qui comprennent des fantassins, des chars, des ingénieurs de combat et de l’artillerie, ont vaincu le bataillon du Hamas à Beit Hanoun en capturant tous ses principaux complexes et positions fortifiées.

L’armée israélienne précise que le bataillon de Beit Hanoun utilisait des écoles et des bâtiments publics comme bases, dans lesquelles les troupes ont découvert des tunnels et des armes.

La 252e division a tué « de nombreux terroristes » lors des opérations à Beit Hanoun et a détruit leurs entrepôts d’armes, lance-roquettes, centres de commandement souterrains et « d’importants » tunnels, indique Tsahal.

« Les infrastructures souterraines du Hamas dans la région de Beit Hanoun ont été sérieusement endommagées, les entrées et les principales routes des tunnels ont été traitées », précise le communiqué.

La brigade Harel de la division, avec des forces spéciales, a découvert le principal tunnel du bataillon de Beit Hanoun dans la région, qui, selon l’armée, était situé profondément dans l’infrastructure civile, entre l’hôtel de ville de Beit Hanoun, une mosquée, un terrain de football et une crèche.

Pendant les combats à Beit Hanoun, la brigade Harel a repéré deux terroristes du Hamas sortant d’un tunnel et rejoignant deux autres terroristes dans une voiture, qui ont commencé à conduire en directions des troupes. Les forces ont appelé une frappe aérienne, tuant les quatre membres du Hamas, ajoute Tsahal.

L’alerte à l’infiltration de drone encore activée dans le nord d’Israël

L’alarme signalant une infiltration présumée de drone a une nouvelle fois été activée en Haute-Galilée, à proximité de la frontière avec le Liban.

Les alarmes ont résonné dans les communautés d’Iftach, Malkia, Ramot Naftali et de Dishon.

Les sirènes d’alerte à la roquette ont aussi été activées à Iftach.

L’armée examine la cause de ces alarmes.

Le groupe terroriste du Hezbollah a commis plusieurs attaques, dans le nord d’Israël, commises à l’aide de drones chargés d’explosifs même si les fausses alertes ont été nombreuses.

Tsahal publie des vidéos de frappes aériennes abandonnées en raison de la présence de civils

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, annonçant que, par une terrible méprise, des soldats israéliens ont abattu trois otages qui tentaient d'échapper à leurs ravisseurs terroristes, dans le nord de Gaza, le 15 décembre 2023. (Capture d'écran)
Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, annonçant que, par une terrible méprise, des soldats israéliens ont abattu trois otages qui tentaient d'échapper à leurs ravisseurs terroristes, dans le nord de Gaza, le 15 décembre 2023. (Capture d'écran)

L’armée israélienne a publié des images témoignant de l’abandon de récentes frappes aériennes dans la bande de Gaza en raison de la présence de civils.

« Pour le Hamas, la mort de civils est une stratégie, pour nous, c’est une tragédie. C’est pourquoi nous utilisons différents moyens pour minimiser les dommages et souffrances des civils. C’est la réalité tragique de cette guerre que le Hamas a déclenchée », a déclaré le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, dans une déclaration vidéo en anglais.

Il a dit que l’armée israélienne prévenait les civils avant les attaques « chaque fois que possible ».

« Nous interrompons les attaques en présence de civils. Nous choisissons la munition idéale pour chaque cible, afin qu’elle ne cause pas de dégâts inutiles », a expliqué Hagari.

« Nous recommandons également aux civils de s’éloigner temporairement des zones de combats intenses », a-t-il ajouté.

« Nous savons que c’est difficile, mais nous essayons de sauver des vies. Nous avons également proposé à des organisations internationales de mettre en place des zones humanitaires. Nous mettons en oeuvre des pauses tactiques pour permettre l’évacuation des civils et la distribution de l’aide humanitaire », a poursuivi M. Hagari.

Il a dit qu’Israël « ne limitait pas la quantité d’aide humanitaire entrant à Gaza ».

« Nous savons que les civils de Gaza souffrent. C’est à cause de la stratégie et des tactiques du Hamas, et parce que le Hamas vole l’aide internationale qui leur est destinée », a affirmé Hagari.

« Notre intention est de vaincre le Hamas et d’obtenir la libération de nos otages. Il n’est pas dans nos intentions d’imposer des souffrances tragiques aux civils de Gaza », a conclu Hagari, ajoutant : « Ce que nous faisons en est le reflet ».

Yoav Gallant rencontre son homologue américain Lloyd Austin à Tel Aviv

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, rencontre le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, à Tel Aviv le 18 décembre 20233. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, rencontre le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, à Tel Aviv le 18 décembre 20233. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, s’entretient avec le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, en visite à Tel Aviv.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Herzi Halevi, ainsi que d’autres hauts généraux et responsables de la défense, participent également à la réunion.

Netanyahu : Il faut augmenter le budget de la défense de 20 milliards de shekels par an

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, s'entretenant avec le gouverneur de la Banque centrale d'Israël, Amir Yaron, à Jérusalem, le 18 décembre 2023. (Crédit : GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, s'entretenant avec le gouverneur de la Banque centrale d'Israël, Amir Yaron, à Jérusalem, le 18 décembre 2023. (Crédit : GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël devra augmenter son budget de défense d’environ 20 milliards de shekels par an.

S’exprimant lors d’une cérémonie donnée à l’occasion de la prorogation du mandat du gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, Netanyahu a déclaré que si le budget de la défense avait augmenté ces dernières années, il avait diminué en pourcentage du PIB.

« Nous ne pouvons pas continuer ainsi. À partir de maintenant, dès aujourd’hui, il nous faut l’augmenter de manière significative, voire absolue, d’au moins 20 milliards de shekels, de façon à ce qu’il représente une plus grande part du PIB et nous permette de répondre à nos besoins en termes de sécurité », a déclaré Netanyahu.

Tsahal dit avoir intercepté une « cible aérienne suspecte » depuis le Liban

Illustration : Des traînées de condensation lorsque des roquettes lancées du Liban vers le nord d'Israël sont interceptées par un système anti-missile, depuis la ville de Safed, dans le nord d'Israël, le 23 novembre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Illustration : Des traînées de condensation lorsque des roquettes lancées du Liban vers le nord d'Israël sont interceptées par un système anti-missile, depuis la ville de Safed, dans le nord d'Israël, le 23 novembre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)

L’armée israélienne dit avoir intercepté une « cible aérienne suspecte », entrée dans l’espace aérien israélien depuis le Liban il y a peu, ce qui a déclenché l’alarme dans plusieurs villes.

Le missile intercepteur tiré sur la cible a déclenché des sirènes d’alerte aux roquettes dans la communauté d’Amuka, près de Safed.

L’armée israélienne a ajouté avoir effectué des tirs d’artillerie contre des sites du sud Liban toute la matinée, et touché une cellule de missiles antichars au moyen d’un avion.

Plusieurs roquettes ont également été tirées depuis le Liban sur une zone proche de la communauté frontalière de Yaara, a indiqué l’armée israélienne.

Aucun blessé n’est à signaler.

Le Hamas annonce 110 morts dans le nord de Gaza

Dans un court communiqué, le ministère de la Santé du groupe terroriste palestinien du Hamas a rapporté que des frappes avaient fait « 50 martyrs sur des maisons de Jabalia », portant, selon lui, à 110 le nombre de décès depuis dimanche dans cette ville.

L’armée israélienne a déclaré à l’AFP que, « sans coordonnées exactes et sans heure précise, nous ne pouvons pas savoir de quel bâtiment il s’agissait ».

« Le Hamas place délibérément et systématiquement des cibles militaires au sein de la population civile, exposant ainsi ses citoyens à un danger », rappellent les forces israéliennes. Elles disent « attacher une importance primordiale à la précision et à la réduction des dommages causés aux civils » lors de ses opérations militaires dans la bande de Gaza.

Tsahal a abattu plus de 100 drones et missiles de croisière depuis le début de la guerre

Depuis le début de la guerre contre le Hamas le 7 octobre, l’aviation militaire israélienne a identifié et contrecarré plus de 100 menaces aériennes, y compris des drones et des missiles de croisière.

Les menaces ont été neutralisées à l’aide d’avions de chasse et d’autres systèmes de défense aérienne, affirme Tsahal.

L’armée israélienne publie des images montrant certaines des interceptions.

Le groupe terroriste du Hezbollah a lancé plusieurs drones chargés d’explosifs sur Israël depuis le Liban, et au moins un depuis la Syrie.

Les Houthis, soutenus par l’Iran, au Yémen, ont tiré plusieurs missiles de croisière, drones et missiles balistiques sur Israël.

À Gaza, le Hamas a également réalisé plusieurs attaques de drones.

Ces chiffres s’ajoutent aux milliers de roquettes tirées depuis Gaza.

Alerte aux infiltrations de drones dans les communautés de la frontière nord

Illustration : Un petit drone survolant la bande de Gaza, le 21 août 2023. (Crédit : Capture d'écran X)
Illustration : Un petit drone survolant la bande de Gaza, le 21 août 2023. (Crédit : Capture d'écran X)

L’alarme aux infiltrations de drones a retenti en Haute-Galilée, non loin de la frontière libanaise.

L’alertes a été donnée dans les communautés d’Iftach, Malkia, du Conseil régional de Mevuot Hermon, de Ramot Naftali et de Dishon.

Au même moment, l’alerte aux roquettes a retenti dans la communauté d’Amuka, près de Safed.

L’armée israélienne enquête sur la cause de ces alertes.

L’organisation terroriste du Hezbollah a mené plusieurs attaques sur le nord d’Israël à l’aide de drones chargés d’explosifs, mais il y a aussi eu de nombreuses fausses alertes.

L’Iran et le Hezbollah à l’origine d’une tentative ratée de piratage de l’hôpital Ziv

Un Israélien blessé après un tir de missile depuis le Liban vers Metula arrive au centre médical Ziv, à Safed, le 17 octobre 2023. (Crédit : David Cohen / Flash90)
Un Israélien blessé après un tir de missile depuis le Liban vers Metula arrive au centre médical Ziv, à Safed, le 17 octobre 2023. (Crédit : David Cohen / Flash90)

La direction nationale israélienne du cyberespace affirme que l’Iran et le Hezbollah sont à l’origine d’une tentative de piratage du centre médical Ziv à Safed, qui a néanmoins permis de voler des données médicales sensibles.

La direction précise que la tentative de piratage a eu lieu le mois dernier et que les hackers ont été empêchés de perturber le fonctionnement de l’hôpital.

« Grâce aux efforts conjoints de la direction du cyberespace, de Tsahal, du Shin Bet, du ministère de la Santé et des équipes hospitalières, l’attaque a été stoppée avant qu’elle n’atteigne son objectif, à savoir perturber le fonctionnement de l’hôpital et nuire aux soins médicaux prodigués aux civils », indique la direction dans un communiqué.

« Toutefois, il a été découvert que le groupe avait volé des informations sensibles stockées dans les systèmes de l’hôpital », ajoute le communiqué.

Tsahal saisit une valise avec 5 millions de shekels en cash chez un membre  du Hamas

De l'argent liquide saisi au domicile d'un membre du Hamas à Jabaliya, dans le nord de Gaza, dans une image publiée par Tsahal, le 18 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
De l'argent liquide saisi au domicile d'un membre du Hamas à Jabaliya, dans le nord de Gaza, dans une image publiée par Tsahal, le 18 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Les troupes de l’unité multidimensionnelle, également connue sous le nom d’unité fantôme, ont saisi quelque 5 millions de shekels en espèces dans des valises trouvées au domicile d’un membre important du Hamas dans le nord de Gaza, à Jabaliya, a déclaré l’armée israélienne.

Tsahal déclare avoir également mené des frappes contre plus de 150 sites dans la bande de Gaza au cours de la journée écoulée.

Dans la région de Khan Younès, un drone de l’aviation israélienne a repéré une cellule du Hamas pénétrant dans un site appartenant au groupe terroriste. Les troupes de la Brigade Givati ont alors dirigé un hélicoptère de combat pour frapper la cellule, selon Tsahal.

Toujours à Khan Younès, Tsahal indique que les troupes de la Brigade Kiryati ont repéré un sniper du Hamas dans un bâtiment, et ont dirigé une frappe de drone et l’ont tué.

La marine a également effectué des frappes à Gaza, aidant les forces terrestres opérant le long de la côte de la bande de Gaza, selon Tsahal.

Des hackers liés à Israël affirment avoir paralysé des stations-service en Iran

Une station-service vide et les pompes sont hors service, à Téhéran, en Iran, le mardi 26 octobre 2021. (AP Photo/Vahid Salemi)
Une station-service vide et les pompes sont hors service, à Téhéran, en Iran, le mardi 26 octobre 2021. (AP Photo/Vahid Salemi)

Un groupe de pirates informatiques qui a déjà été associé à Israël affirme avoir paralysé des stations-service dans tout l’Iran à la suite d’une cyberattaque.

Le groupe connu sous le nom de « Gonjeshke Darande », ou « moineau prédateur », affirme avoir désactivé « la majorité des pompes à essence dans tout l’Iran ».

« Cette cyberattaque est une réponse à l’agression de la République islamique et de ses mandataires dans la région », indique le groupe dans des déclarations en persan et en anglais. « Khamenei, jouer avec le feu a un prix. »

L’agence de presse Reuters cite les médias d’État iraniens qui ont déclaré qu’un certain nombre de stations-service de Téhéran avaient cessé de fonctionner, mais la cause n’était pas claire.

Gonjeshke Darande a déjà affirmé que les principales entreprises sidérurgiques iraniennes avaient fait l’objet d’une cyberattaque.

À l’époque, les correspondants militaires israéliens, qui reçoivent régulièrement des informations officieuses de la part de hauts responsables israéliens, avaient laissé entendre qu’Israël était à l’origine de ce piratage.

Cet incident survient alors que des groupes soutenus par l’Iran, notamment le Hezbollah au Liban et les Houthis au Yémen, ont intensifié leurs attaques contre Israël dans le contexte de la guerre contre le Hamas.

Alerte à la roquette à la frontière nord

Une sirène d’alerte à la roquette retentit à Yaara, une localité située à la frontière nord.

Il n’y a pas d’information immédiate sur la cause de l’alerte.

Le groupe terroriste Hezbollah, soutenu par l’Iran, a tiré des dizaines de roquettes et mené de fréquentes attaques le long de la frontière depuis l’assaut du Hamas contre Israël le 7 octobre et la guerre qui s’est ensuivie à Gaza.

 

Lloyd Austin attendu en Israël aujourd’hui

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, donnant une conférence de presse lors de la session du Conseil des ministres de la Défense de l'OTAN au siège de l'OTAN, à Bruxelles, le 12 octobre 2023. (Crédit : Simon Wohlfahrt/AFP)
Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, donnant une conférence de presse lors de la session du Conseil des ministres de la Défense de l'OTAN au siège de l'OTAN, à Bruxelles, le 12 octobre 2023. (Crédit : Simon Wohlfahrt/AFP)

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, arrivera en Israël dans le courant de la journée de lundi alors que Washington fait pression auprès d’Israël pour minimiser les pertes civiles à Gaza tout en lui apportant un soutien militaire et diplomatique vital.

Le journal britannique The Guardian a rapporté dimanche qu’Austin annoncerait la création d’une nouvelle force de protection maritime lors de sa visite au Moyen-Orient, après les attaques répétées des rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen contre des navires commerciaux traversant la mer Rouge.

Le reportage indique que la force navale s’appellera dans un premier temps « Opération Prosperity Guardian » et qu’elle veillera à ce que la mer Rouge soit sûre pour le transport maritime.

Cette mission devrait s’inspirer d’une force maritime conjointe dirigée par les États-Unis et basée à Bahreïn, où Austin a atterri dans la nuit de dimanche à lundi.

Il se rendra en Israël lundi et fera également escale au Qatar pendant son séjour dans la région.

Un groupe maritime britannique signale une explosion près d’un navire en mer Rouge

Un navire naviguant en mer Rouge, près du Yémen, signale une nouvelle attaque attribuée aux rebelles houthis soutenus par l’Iran.

Le navire, qui navigue à une trentaine de milles des côtes du Yémen, signale une explosion dans l’eau à proximité, selon l’agence britannique UKMTO (United Kingdom Maritime Trade Operations), dirigée par la Royal Navy.

Il n’y a pas de blessés ni de dégâts signalés dans l’immédiat et l’UKMTO indique que les autorités enquêtent.

https://twitter.com/UK_MTO/status/1736629294044971039

Les Houthis, soutenus par l’Iran, ont attaqué à plusieurs reprises des navires en mer Rouge depuis le 7 octobre, date à laquelle les terroristes du Hamas ont lancé une attaque contre Israël, faisant 1 200 morts et prenant quelque 240 otages.

Israël s’est donné pour mission de détruire le régime du Hamas à Gaza et a entamé depuis plus de deux mois une guerre contre l’organisation terroriste.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.