Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Sébastien Lecornu affirme que Paris œuvre à éviter la guerre entre Israël et le Hezbollah

Netanyahu a affirmé au ministre français de la Défense qu’Israël attendait la preuve que les médicaments sont parvenus aux otages ; L'armée rapporte que 3 missiles tirés du Liban ont explosé dans des zones ouvertes

  • Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 22 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 22 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Jon Polin, père de l'otage Hersh Goldberg-Polin, lors d'une manifestation devant la résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu, rue Azza, à Jérusalem, le 21 janvier 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)
    Jon Polin, père de l'otage Hersh Goldberg-Polin, lors d'une manifestation devant la résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu, rue Azza, à Jérusalem, le 21 janvier 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)
  • Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères du Liban à l'issue de leur rencontre, à Beyrouth, le 6 janvier 2024. (Crédit : Anwar Amro/AFP)
    Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères du Liban à l'issue de leur rencontre, à Beyrouth, le 6 janvier 2024. (Crédit : Anwar Amro/AFP)
  • Des bâtiments détruits dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 17 janvier 2024. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des bâtiments détruits dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 17 janvier 2024. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Vue depuis une position dans le nord d'Israël, le long de la frontière avec le Liban, le 21 janvier 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
    Vue depuis une position dans le nord d'Israël, le long de la frontière avec le Liban, le 21 janvier 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
  • Les troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, à Jérusalem le 22 janvier 2024. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, à Jérusalem le 22 janvier 2024. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
  • Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu (à gauche) rencontre le ministre de la Défense Yoav Gallant au quartier général de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 22 janvier 2024. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
    Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu (à gauche) rencontre le ministre de la Défense Yoav Gallant au quartier général de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 22 janvier 2024. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Tsahal indique avoir mené de nouvelles frappes de représailles contre le Hezbollah

Images de Tsahal d’une frappe aérienne contre des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban, le 22 janvier 2024. (Capture d’écran/X)
Images de Tsahal d’une frappe aérienne contre des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban, le 22 janvier 2024. (Capture d’écran/X)

L’armée israélienne a déclaré avoir mené de nouvelles frappes contre des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban, en réponse aux attaques contre le nord d’Israël.

Les sites touchés par les avions de combat à Blida et Aitaroun comprenaient des postes d’observation et d’autres infrastructures appartenant au groupe terroriste.

Plus tôt, Tsahal avait déclaré avoir frappé une autre position du Hezbollah à Majdal Selm.

Sébastien Lecornu affirme que Paris œuvre à éviter la guerre entre Israël et le Hezbollah

Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu (à gauche) rencontre le ministre de la Défense Yoav Gallant au quartier général de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 22 janvier 2024. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu (à gauche) rencontre le ministre de la Défense Yoav Gallant au quartier général de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 22 janvier 2024. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, a déclaré lundi aux dirigeants israéliens lors de réunions que « des mesures concrètes étaient en cours de discussion… publiquement, discrètement et secrètement » pour empêcher une guerre entre Israël et le Hezbollah, a déclaré un responsable français au Times of Israel.

« Avec 700 soldats français déployés au sein de la FINUL, la France est activement impliquée sur le terrain et continuera à s’engager en faveur d’une solution diplomatique le long de la frontière nord d’Israël », a déclaré le responsable. « La base d’une telle solution réside dans la mise en œuvre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies, des deux côtés. »

Lors de ses rencontres avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre de la Guerre Benny Gantz et le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi, Lecornu « a réitéré l’engagement suprême de la France en faveur de la libération de tous les otages détenus à Gaza ».

Trois citoyens français sont toujours otages à Gaza ou portés disparus.

Lecornu a déclaré aux dirigeants militaires israéliens que la France continuerait à offrir une aide humanitaire à Gaza, selon le responsable, qui a ajouté que le président français Emmanuel Macron avait demandé au ministère de la Défense d’envisager de déployer un soutien médical au sol en Égypte pour remplacer le navire-hôpital Dixmude.

Des manifestants versent de l’eau teintée en rouge près du domicile du Premier ministre

Des manifestants versent de l'eau teintée en rouge, représentant du sang, sur la rue Azza à Jérusalem, le 22 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran/X)
Des manifestants versent de l'eau teintée en rouge, représentant du sang, sur la rue Azza à Jérusalem, le 22 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran/X)

Des manifestants appelant à la libération immédiate des otages ont versé de l’eau teintée en rouge dans la rue Azza à Jérusalem, près du domicile du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Ils défilent dans la rue en brandissant une banderole indiquant : « Le sang des otages est sur vos mains ».

Tsahal affirme avoir attaqué et détruit une base d’entraînement du Hamas dans le nord de Gaza

Un site d'entraînement du Hamas dans la ville de Gaza capturé par les forces israéliennes, sur une image publiée par Tsahal le 22 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Un site d'entraînement du Hamas dans la ville de Gaza capturé par les forces israéliennes, sur une image publiée par Tsahal le 22 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne affirme avoir attaqué et détruit une base d’entraînement du Hamas dans le nord de la bande de Gaza.

Dans un communiqué, l’armée israélienne a affirmé que l’avant-poste d’al-Jabari, situé dans la zone des quartiers de Daraj et Tuffah, dans la ville de Gaza, est « l’un des plus grands centres d’entraînement de terroristes ».

La base d’entraînement comprenait un faux tunnel, un parcours d’obstacles, une piscine (utilisée par le Hamas pour simuler une attaque depuis la mer), un simulateur de tir de mortier et d’armes à feu, ainsi que des bureaux des commandants du Hamas, a indiqué l’armée israélienne.

La base entière, ainsi qu’une ouverture de tunnel à proximité menant à un passage souterrain de deux kilomètres de long, ont été détruits par la 401e brigade blindée et le génie de combat.

Toujours dans la région de Daraj et Tuffah, la 401e Brigade a découvert et détruit plusieurs lanceurs de roquettes utilisés lors de récentes attaques contre Israël, ainsi qu’un autre site utilisé pour tirer des missiles sur des avions israéliens, selon l’armée israélienne.

Netanyahu « déçoit » la Grande-Bretagne à propos de la création d’un État palestinien

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le bureau du premier ministre britannique, Rishi Sunak, estime que l’opposition du Premier ministre Benjamin Netanyahu à un futur État palestinien souverain est « décevante », réitérant le soutien britannique à une solution à deux États au conflit israélo-palestinien.

Netanyahu et le président américain Joe Biden sont en désaccord au sujet de la création d’un État palestinien indépendant, Netanyahu ayant déclaré ce week-end qu’il ne ferait aucun compromis en ce qui concerne « le contrôle sécuritaire absolu d’Israël sur l’ensemble du territoire situé à l’ouest du Jourdain ».

Interrogé sur les propos de Netanyahu, le porte-parole de Sunak a répondu aux journalistes : « C’est décevant d’entendre cela de la part du Premier ministre israélien. »

« La position du Royaume-Uni reste favorable à une solution à deux États, avec un État palestinien viable et souverain vivant aux côtés d’un Israël sûr et sécurisé, ce qui représente le meilleur moyen de parvenir à une paix durable », a déclaré le porte-parole.

La Grande-Bretagne a soutenu le droit d’Israël à exercer des représailles contre le Hamas après l’attaque terroriste meurtrière du 7 octobre contre le sud d’Israël.

Le gouvernement de Sunak a également demandé à Israël de respecter le droit humanitaire et de faire des pauses dans les combats dans la bande de Gaza afin de permettre l’acheminement d’une aide plus importante dans l’enclave assiégée. Il souhaite un « cessez-le-feu durable » basé sur la libération des otages par le Hamas, afin de limiter les pertes civiles.

« Il est clair que la route sera longue pour retrouver une sécurité durable dans les territoires palestiniens occupés et en Israël », a déclaré le porte-parole. « Mais nous continuerons à soutenir la solution à deux États sur le long terme, aussi longtemps qu’il le faudra. »

Tsahal diffuse la radio israélienne dans les tunnels de Gaza pour apaiser les otages

Des soldats israéliens dans un tunnel qui aurait été utilisé, selon l'armée, par le Hamas pour attaquer le poste-frontière d'Erez, dans la bande de Gaza, le 15 décembre 2023. (Crédit :AP Photo/Ariel Schalit)
Des soldats israéliens dans un tunnel qui aurait été utilisé, selon l'armée, par le Hamas pour attaquer le poste-frontière d'Erez, dans la bande de Gaza, le 15 décembre 2023. (Crédit :AP Photo/Ariel Schalit)

Après avoir conquis un tunnel du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, un groupe de soldats israéliens y est descendu avec un équipement inhabituel en main – pas d’explosifs, de sondes robotisées ou d’arme pour le combat rapproché, mais plutôt des radios à transistors à cadran à l’ancienne.

Leur mission consistait à descendre aussi bas que possible jusqu’à ce que les appareils ne puissent plus recevoir les fréquences AM d’Israël. Ils ont découvert que ce point se situait à une profondeur d’environ 10 à 12 mètres, soit généralement les « étages » supérieurs du réseau souterrain des terroristes palestiniens.

L’expérience du 4 janvier a été ordonnée par leur commandant à la demande du ministre des Communications Shlomo Karhi, qui venait d’étendre la diffusion la plus populaire du pays, la radio de l’armée, de la FM standard à des canaux AM complémentaires.

La plus grande portée de la radio AM signifie que les mises à jour d’urgence ont plus de chances d’être entendues par les civils dans les abris antiatomiques. Les troupes présentes à Gaza en bénéficieraient également, puisqu’on leur permet d’utiliser des transistors pour se tenir informées, tout en leur demandant de se séparer de leurs téléphones portables, de peur qu’ils ne soient géolocalisés par le Hamas.

L’expérience du tunnel a laissé entrevoir une autre possibilité pour un pays tourmenté par l’inquiétude que suscitent les 132 personnes retenues en otage par les hommes armés du Hamas dans l’enclave : leur tendre la main au moyen d’émissions de la radio de l’armée composées sur mesure et destinées à leur redonner le moral.

« Il m’est soudain venu à l’esprit que certains de ces otages avaient peut-être aussi accès à des radios transistors », explique Karhi à Reuters. « S’ils avaient les moyens d’entendre les voix de leurs familles, cela aurait une valeur énorme en termes de moral – et pour leurs proches également. »

Nouvelle offensive de Tsahal et combats acharnés à l’ouest de Khan Younès

Les troupes de Tsahal dans la bande de Gaza dans des photos autorisées à la publication le 21 janvier 2024. (Crédit : Tsahal)
Les troupes de Tsahal dans la bande de Gaza dans des photos autorisées à la publication le 21 janvier 2024. (Crédit : Tsahal)

Des combats acharnés sont en cours suite au lancement par Tsahal d’une nouvelle offensive de grande envergure sur la zone ouest de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

Quatre brigades, dirigées par la 98e division, sont impliquées dans l’offensive, qui a commencé hier par une série de frappes aériennes sur les sites du groupe terroriste du Hamas dans la région.

Tsahal vise à démanteler le cadre militaire du Hamas dans la région de Khan Younès avec cette nouvelle poussée.

Depuis ce matin, une cinquantaine de terroristes du Hamas, dont plusieurs commandants, ont été éliminés par les troupes terrestres du Commando, des Parachutistes, de Givati et de la 7e Brigade.

Les soldats ont encerclé le camp de réfugiés de Khan Younès et ont commencé des manœuvres à l’intérieur du camp, où se trouvent plusieurs sites du Hamas.

L’offensive devrait durer encore plusieurs jours, au cours desquels Tsahal mènera des raids contre les principaux bastions, avant-postes et infrastructures du Hamas dans la région.

La région de Khan Younès, contrairement à la plupart des régions du nord de la bande de Gaza, abrite de nombreux civils. Tsahal affirme connaître les lieux où se réfugient les civils, ainsi que les hôpitaux, et s’efforcera d’éviter de les blesser au cours de ses opérations.

Gallant : Israël frappera le Hezbollah jusqu’à ce que la sécurité des habitants du nord soit garantie

Le ministre français des Forces armées Sébastien Lecornu (G) rencontre le ministre de la Défense Yoav Gallant au quartier général de l'armée israélienne dans la ville côtière de Tel Aviv, le 22 janvier 2024. (Photo GIL COHEN-MAGEN / AFP)
Le ministre français des Forces armées Sébastien Lecornu (G) rencontre le ministre de la Défense Yoav Gallant au quartier général de l'armée israélienne dans la ville côtière de Tel Aviv, le 22 janvier 2024. (Photo GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a expliqué à son homologue français Sébastien Lecornu qu’une « guerre dans le nord sera difficile pour Israël, mais dévastatrice pour le (groupe terroriste chiite libanais du) Hezbollah et le Liban. Israël ne cessera pas le feu tant qu’il ne pourra pas garantir le retour en toute sécurité des communautés [évacuées] du nord dans leurs foyers à la suite d’un changement de la situation sécuritaire le long de la frontière. »

Selon un communiqué de presse israélien, les deux hommes se sont rencontrés à Tel Aviv, où Gallant a informé Lecornu « des progrès réalisés par Tsahal dans la réalisation des objectifs de la guerre – à savoir la destruction des capacités de gouvernance et militaires du Hamas, et le retour des otages. Gallant a souligné que Tsahal poursuivra ses opérations jusqu’à ce que ces objectifs soient atteints ».

« Gallant a remercié le ministre Lecornu pour l’engagement de la France à modifier la situation sécuritaire au sud du Liban et à éloigner les forces du Hezbollah de la frontière », selon le communiqué israélien.

« Il a également souligné le rôle important de la France dans la réalisation de l’objectif international de stabilisation de la situation sécuritaire à la frontière nord, dans le cadre des efforts diplomatiques plus larges menés par l’administration américaine. »

Tsahal a mené des frappes aériennes contre des cibles du Hezbollah dans le sud-Liban

Une frappe aérienne contre des cibles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, dans le sud du Liban, sur une photo de l’armée israélienne diffusée le 22 janvier 2023. (Crédit : Capture d'écran X)
Une frappe aérienne contre des cibles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, dans le sud du Liban, sur une photo de l’armée israélienne diffusée le 22 janvier 2023. (Crédit : Capture d'écran X)

L’armée israélienne déclare avoir mené des frappes aériennes contre une série de cibles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans cinq zones du Sud-Liban aujourd’hui.

Les sites touchés par les avions de combat dans la région de Maroun al-Ras comprenaient un bâtiment armé où des terroristes du Hezbollah étaient rassemblés, indique Tsahal.

Elle indique que des explosions secondaires ont pu être observées après la frappe, ce qui indique que le bâtiment était utilisé pour stocker des armes.

Tsahal déclare avoir également touché trois postes d’observation et un autre bâtiment militaire à Marwahin, Chihine, Taybeh et Tayr Harfa.

12 000 camions d’aide médicale entrés à Gaza depuis le début de la guerre – Tsahal

Des camions transportant de l'aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza au point de passage de Kerem Shalom dans le sud de la bande de Gaza, le 21 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Des camions transportant de l'aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza au point de passage de Kerem Shalom dans le sud de la bande de Gaza, le 21 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

L’armée israélienne indique que depuis le début de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, 12 000 camions transportant 1 052 tonnes d’équipements médicaux sont entrés dans la bande de Gaza.

Dans un communiqué, Tsahal affirme avoir facilité la livraison de centaines de milliers de vaccins contre la polio, la tuberculose, le rotavirus et le ROR, entre autres.

Le communiqué précise également le nombre de patients traités dans les différents hôpitaux de campagne de Gaza – gérés par des nations étrangères et des groupes d’aide internationaux – où l’aide médicale est parvenue, ainsi que sur deux hôpitaux flottants à bord d’un navire français et d’un navire italien.

L’armée affirme avoir également coordonné avec l’Égypte l’évacuation de centaines de blessés palestiniens de Gaza, qui ont été évacués vers les Émirats arabes unis, la Turquie et l’Égypte pour y être soignés.

« En coordination avec la communauté internationale, Tsahal continue de faciliter les efforts d’assistance humanitaire et médicale pour les civils de Gaza », indique l’armée.

Netanyahu à Lecornu: Israël attend la preuve que les médicaments pour les otages leur sont parvenus

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, à Jérusalem le 22 janvier 2024. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, à Jérusalem le 22 janvier 2024. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Israël attend toujours la preuve que les médicaments achetés par la France pour les otages de Gaza leur sont effectivement parvenus, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu au ministre français de la Défense Sébastien Lecornu, en visite à Jérusalem.

Les deux hommes discutent également des tensions au Liban et de la nécessité de repousser le Hezbollah de la frontière, conformément à la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Netanyahu affirme qu’Israël peut atteindre cet objectif par la voie diplomatique ou par d’autres moyens, un euphémisme pour parler d’une campagne militaire.

Ils sont rejoints par le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi, le secrétaire militaire Avi Gil, le conseiller diplomatique Ophir Falk, le porte-parole Mark Regev et l’ambassadeur de France Frédéric Journes.

Tsahal condamne les réservistes qui ont appelé à une approche plus belliqueuse à Gaza

L’armée israélienne a dénoncé la protestation d’un groupe de réservistes qui ont apposé une pancarte sur leurs véhicules blindés alors qu’ils quittaient Gaza, semblant appeler le gouvernement à adopter une approche plus belliqueuse.

Les réservistes ont été photographiés alors qu’ils allaient, en voiture, remettre leur équipement avec des pancartes disant « Nous aussi, nous avons été libérés sans résolution », une référence apparente au fait que l’armée a réduit l’intensité de la guerre avant de vaincre le groupe terroriste du Hamas.

« Ces dernières heures, des images ont été diffusées montrant des soldats de réserve en train de protester pendant leur service actif et utilisant des véhicules de Tsahal à cette fin. »

Ces actes constituent une violation des commandements et n’ont pas leur place au sein de Tsahal, a déclaré l’armée, ajoutant qu’elle enquêtait sur cet acte.

Les médias israéliens ont rapporté qu’un groupe d’activistes de droite, qui ont également mené une campagne récente affirmant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu « était bon pour les Arabes », était à l’origine de ces affiches.

Avant la réunion de l’UE, Katz déclare que la priorité est de récupérer les otages

Le ministre des Affaires étrangères Israël Katz brandit une photo des otages enlevés lors de l'attaque transfrontalière du Hamas le 7 octobre, au Conseil de l'Europe, à Bruxelles le 22 janvier 2024. (Crédit : Ministère israélien des Affaires étrangères)
Le ministre des Affaires étrangères Israël Katz brandit une photo des otages enlevés lors de l'attaque transfrontalière du Hamas le 7 octobre, au Conseil de l'Europe, à Bruxelles le 22 janvier 2024. (Crédit : Ministère israélien des Affaires étrangères)

Avant sa réunion avec ses homologues de l’Union européenne, le ministre des Affaires étrangères Israël Katz déclare aux journalistes réunis qu’il est à Bruxelles pour discuter de deux questions – « ramener nos otages » et obtenir un soutien pour Israël « qui démanteler l’organisation terroriste du Hamas ».

Katz brandit des photos de Kfir Bibas, âgé d’un an, et de Liri Albag, Karina Ariev, Daniela Gilboa et Agam Berger, quatre jeunes femmes dont le Hamas a photographié les visages ensanglantés peu après les avoir enlevées le 7 octobre.

« Il y a urgence, il est très important de le faire très rapidement et de les ramener », déclare-t-il.

Katz ignore les questions sur la possibilité d’une solution à deux États.

La brigade Kfir a quitté temporairement Gaza pour repos et entraînement

La brigade Kfir en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 22 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
La brigade Kfir en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 22 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

La brigade Kfir a été retirée hier soir de la bande de Gaza pour une courte période de recherche et d’entraînement, et a été remplacée par d’autres forces dans la région de Khan Younès, selon l’armée.

L’armée israélienne affirme qu’après cette pause, la brigade Kfir poursuivra ses activités opérationnelles conformément aux dernières évaluations de l’armée.

À Khan Younès, Tsahal indique que les soldats de Kfir ont opéré dans la zone de Bani Suheila, localisant de nombreuses armes utilisées par le Hamas, y compris des armes à feu, des engins explosifs, des grenades et des roquettes, et tuant des douzaines d’agents terroristes.

Avant de combattre à Khan Younès, Kfir a opéré dans le quartier Shejaiya, à Gaza City, dans ce qui a été la toute première manœuvre terrestre de la brigade.

Le Hamas annonce un nouveau bilan de 25 295 morts à Gaza

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé lundi un bilan de 25 295 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, le 7 octobre. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables.

Durant les dernières 24 heures, 190 personnes ont été tuées, indique le Hamas qui fait également état de 63 000 blessées depuis le début du conflit.

Le Hamas est accusé de gonfler le nombre des victimes civiles et d’y inclure les Palestiniens tués par les roquettes tirées par les factions terroristes qui retombent dans la bande. Le Hamas ne fait pas non plus de distinction, dans ce bilan, entre les civils et les terroristes.

L’Allemagne soutient la solution à 2 États, appelle à une pause humanitaire urgente à Gaza

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock (à gauche) rencontre le ministre des Affaires étrangères Israël Katz à Jérusalem, le 7 janvier 2024. (Crédit : Rafi Ben Hakoun/Ministère des Affaires étrangères)
La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock (à gauche) rencontre le ministre des Affaires étrangères Israël Katz à Jérusalem, le 7 janvier 2024. (Crédit : Rafi Ben Hakoun/Ministère des Affaires étrangères)

Une solution à deux États permettant une coexistence pacifique entre Israéliens et Palestiniens est la « seule solution » au conflit actuel, déclare la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock avant de se rendre à une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

« Tous ceux qui disent qu’ils ne veulent pas entendre parler d’une telle solution n’ont pas apporté d’alternative », ajoute-t-elle, tout en appelant à une « pause humanitaire » urgente dans la guerre qui fait rage dans la bande de Gaza.

Plusieurs terroristes du Hamas éliminés lors de combats rapprochés à Gaza

Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 22 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 22 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Les réservistes de la Brigade Yiftah ont tué une cellule de terroristes du Hamas qui s’était approchée d’eux dans le centre de la bande de Gaza au cours de la nuit, selon Tsahal.

Peu de temps après, les troupes israéliennes ont repéré d’autres terroristes qui tentaient de leur tendre une embuscade dans la région. Les soldats ont fait appel à une frappe aérienne pour éliminer les hommes armés.

Pendant ce temps, dans le nord de la bande de Gaza, les réservistes de la 5e brigade ont repéré un groupe d’hommes armés du Hamas et ont ouvert le feu, tuant l’un d’entre eux, et ont demandé à un avion de cibler les autres et à un avion de chasse de frapper le bâtiment d’où les hommes armés opéraient.

 

Borrell : La situation humanitaire à Gaza ne pourrait pas être pire

Israël ne peut construire la paix « seulement par des moyens militaires », a martelé  le chef de la diplomatie européenne, insistant sur « une solution à deux Etats » avant de rencontrer les chefs des diplomaties israélienne et palestinienne.

La situation humanitaire dans la bande de Gaza, où Israël mène une guerre contre le groupe terroriste Hamas, « ne pourrait pas être pire », a déclaré le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Josep Borrell.

« À partir de maintenant, je ne parlerai plus du processus de paix, mais je veux un processus de solution à deux États », a déclaré Borell aux journalistes avant une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE rencontrent leurs homologues israélien et palestinien

Les ministres des affaires étrangères de l’UE s’entretiendront séparément dans la journée avec leurs homologues israélien et palestinien sur les perspectives d’une paix durable, après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rejeté les appels en faveur d’un futur État palestinien.

Les 27 ministres de l’UE rencontreront d’abord le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, avant de s’entretenir séparément avec le chef de la diplomatie de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki.

Il n’est pas prévu que Katz et Maliki se rencontrent.

Katz et Maliki s’adresseront également séparément à la réunion du Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne à Bruxelles aujourd’hui, à laquelle participeront également leurs homologues d’Arabie saoudite, de Jordanie et d’Égypte, ainsi que le secrétaire général de la Ligue arabe.

La réunion est largement consacrée au Moyen-Orient mais fait également le point sur la guerre en Ukraine.

En outre, le responsable de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, présentera un plan en dix points pour la paix entre Israël et les Palestiniens.

L’UE a eu du mal à adopter un front uni sur le conflit Israël-Hamas, car les partisans acharnés d’Israël, comme l’Allemagne, ont rejeté les demandes de cessez-le-feu immédiat formulées par des pays tels que l’Espagne et l’Irlande.

Les fonctionnaires de l’UE ont défini des conditions générales pour le « jour d’après » la fin de la guerre actuelle à Gaza, appelant à la cessation des hostilités, au retour des otages israéliens, à la fin du règne du Hamas et au rôle de l’Autorité palestinienne dans la gestion de la bande de Gaza.

Au cœur de ce plan se trouve un appel à la tenue d’une « conférence de paix préparatoire » qui serait organisée par l’UE, l’Égypte, la Jordanie, l’Arabie saoudite et la Ligue des États arabes, les États-Unis et les Nations unies étant également invités à être les organisateurs de cette rencontre.

La conférence aurait lieu même si les Israéliens ou les Palestiniens refusaient d’y participer. Mais les deux parties seraient consultées à chaque étape des pourparlers, les délégués s’efforçant d’élaborer un plan de paix, indique le document.

Le document interne, consulté par de nombreux organismes de presse, dont Reuters, indique clairement que l’un des principaux objectifs d’un plan de paix devrait être la création d’un État palestinien indépendant, « aux côtés d’Israël dans la paix et la sécurité ».

Dans une lettre adressée aux États membres, Borrell a écrit que sa feuille de route « s’appuiera, par des propositions pratiques, sur le principe convenu selon lequel seule une solution politique, durable et à long terme au conflit israélo-palestinien apportera la paix aux deux peuples et la stabilité à la région ».

Selon Euronews, le plan de Borrell appelle à une normalisation complète entre Israël et les Etats arabes et créerait un « cadre initial » pour la paix israélo-palestinienne dans un délai d’un an. Il y aurait des « garanties de sécurité solides » pour les deux Etats, et l’accord serait « conditionné à une reconnaissance diplomatique mutuelle totale et à l’intégration d’Israël et des Palestiniens dans la région ».

Compte tenu de cette division, il est peu probable que les 27 États membres de l’UE soutiennent la feuille de route de Borrell.

Un haut fonctionnaire de l’UE a déclaré qu’il ne fallait pas s’attendre à des percées dans le « ballet complexe » de la diplomatie de lundi.

« L’idée est d’avoir une discussion approfondie avec tous les participants, les Israéliens, les Palestiniens et les Arabes, afin d’échanger des points de vue et d’essayer de mieux comprendre la situation de chacun », a expliqué le fonctionnaire.

Trois missiles tirés du Liban ont atterri dans des zones ouvertes dans le nord d’Israël

L’armée israélienne indique que trois missiles tirés du sud du Liban ont atterri dans la nuit dans des zones ouvertes et inhabitées près du moshav Shomera, une communauté de quelques centaines de personnes près de la région de Galilée dans le nord d’Israël.

Les tirs de missiles ont déclenché les sirènes d’alerte dans la communauté, mais les autorités ont d’abord cru qu’il s’agissait d’une fausse alerte.

Les habitants ont signalé des explosions et des bruits d’impact près de la communauté et les autorités ont déterminé que trois missiles avaient atterri dans la zone.

Aucun blessé ni dégâts n’ont été signalés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.