Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Le Hamas publie une nouvelle vidéo de propagande montrant 3 otages israéliennes à Gaza

La vidéo montre les soldates Daniella Gilboa et Karina Ariev, ainsi que la civile Doron Steinbrecher, qui s’identifient et demandent au gouvernement israélien de les libérer

  • De gauche à droite : les otages Karina Ariev, Daniella Gilboa et Doron Steinbrecher dans une vidéo de propagande du Hamas publié le 26 janvier 2024. (Capture d'écran : Telegram)
    De gauche à droite : les otages Karina Ariev, Daniella Gilboa et Doron Steinbrecher dans une vidéo de propagande du Hamas publié le 26 janvier 2024. (Capture d'écran : Telegram)
  • La juge présidente Joan Donoghue, à droite, ouvrant la session à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

    La juge présidente Joan Donoghue, à droite, ouvrant la session à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

  • Des manifestants bloquant le poste frontière de Kerem Shalom, pour protester contre l'acheminement de l'aide à Gaza alors que des otages sont toujours détenus, le 26 janvier 2024. (Crédit : Autorisation)
    Des manifestants bloquant le poste frontière de Kerem Shalom, pour protester contre l'acheminement de l'aide à Gaza alors que des otages sont toujours détenus, le 26 janvier 2024. (Crédit : Autorisation)
  • La présidente de la Cour internationale de justice, la juge Joan Donoghue, rendant une décision sur la demande de l'Afrique du Sud de prendre des mesures d'urgence contre Israël dans le cadre de ses accusations de "génocide" dirigé par l'État à Gaza, le 26 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Youtube)

    La présidente de la Cour internationale de justice, la juge Joan Donoghue, rendant une décision sur la demande de l'Afrique du Sud de prendre des mesures d'urgence contre Israël dans le cadre de ses accusations de "génocide" dirigé par l'État à Gaza, le 26 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Youtube)

  • La délégation sud-africaine (à gauche), et la délégation israélienne (à droite), lors d'une session à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

    La délégation sud-africaine (à gauche), et la délégation israélienne (à droite), lors d'une session à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

  • Des militants pro-palestiniens brandissant des drapeaux lors d'une session de la Cour internationale de justice,  à La Haye, aux Pays-Bas, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

    Des militants pro-palestiniens brandissant des drapeaux lors d'une session de la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

  • Les troupes de l’armée israélienne opérant à Gaza, sur une photo non datée publiée le 26 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes de l’armée israélienne opérant à Gaza, sur une photo non datée publiée le 26 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Sgt. Maj. (res.) Eliran Yeger. (Crédit : Autorisation)
    Sgt. Maj. (res.) Eliran Yeger. (Crédit : Autorisation)

Les Houthis revendiquent une attaque contre un « pétrolier britannique » dans le golfe d’Aden

Les rebelles Houthis du Yémen ont affirmé vendredi avoir visé un navire pétrolier britannique qui a « pris feu » dans le golfe d’Aden.

Dans un communiqué, les Houthis ont indiqué avoir tiré des « missiles » contre un « pétrolier britannique, le ‘Marlin Luanda' », précisant que le navire, « touché de plein fouet, a pris feu ». La société privée de risques maritimes Ambrey avait rapporté plus tôt qu’un navire avait été touché dans la même zone, signalant un incendie à bord, sans que l’on sache à ce stade s’il s’agit du même incident.

« Pas de développement imminent » dans les pourparlers sur les otages, dit Washington

Brett McGurk, coordinateur de la Maison Blanche américaine pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, s'exprimant lors du 17e dialogue de Manama de l'IISS, dans la capitale bahreïnie Manama, le 21 novembre 2021. (Crédit : Mazen Mahdi/AFP)
Brett McGurk, coordinateur de la Maison Blanche américaine pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, s'exprimant lors du 17e dialogue de Manama de l'IISS, dans la capitale bahreïnie Manama, le 21 novembre 2021. (Crédit : Mazen Mahdi/AFP)

Les États-Unis s’efforcent de faciliter un nouvel accord sur la libération des otages capturés par le Hamas et détenus à Gaza, mais des « développements imminents » sont peu probables, a déclaré la Maison Blanche.

« Nous ne devons pas nous attendre à des développements imminents », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, John Kirby.

Kirby a ajouté que l’envoyé au Moyen-Orient, Brett McGurk, était de retour à Washington après avoir tenu des pourparlers au sujet des otages dans la région.

En outre, la Maison Blanche a indiqué que le président américain Joe Biden s’était entretenu avec son homologue égyptien Abdel Fatteh el-Sissi. Il a aussi échangé avec l’émir du Qatar. Les deux pays jouent un rôle de médiateur dans les négociations sur les otages entre Israël et le Hamas.

Ces échanges surviennent alors que le chef de la CIA William Burns doit rencontrer à Paris dans les prochains jours de hauts responsables égyptien, israélien et qatari.

Des alertes à la roquette dans les localités le long de la frontière libanaise

Des alertes à la roquette ont été déclenchées dans les localités agricoles de Zarit et Shomera, près de la frontière entre Israël et le Liban.

Des alertes à la roquette retentissent dans les kibboutzim proches de Gaza

Une alerte à la roquette a été déclenchée à Kissufim, un kibboutz proche de la bande de Gaza, peu après le retentissement de sirènes à proximité d’Ein Hashlosha.

Le Hamas publie une nouvelle vidéo de propagande montrant 3 otages israéliennes à Gaza

De gauche à droite : les otages Karina Ariev, Daniella Gilboa et Doron Steinbrecher dans une vidéo de propagande du Hamas publié le 26 janvier 2024. (Capture d'écran : Telegram)
De gauche à droite : les otages Karina Ariev, Daniella Gilboa et Doron Steinbrecher dans une vidéo de propagande du Hamas publié le 26 janvier 2024. (Capture d'écran : Telegram)

Le groupe terroriste Hamas a publié une nouvelle vidéo de propagande montrant des signes de vie de trois otages détenues dans la bande de Gaza.

Dans des séquences montées, la vidéo de cinq minutes montre les soldates Daniella Gilboa et Karina Ariev, ainsi que la civile Doron Steinbrecher, qui s’identifient et demandent au gouvernement israélien de les ramener chez elles.

Le Hamas affirme que la vidéo a été filmée au 107e jour de la guerre, c’est-à-dire au début de cette semaine, bien qu’il ne fournisse aucune preuve à l’appui de cette affirmation.

Le Hamas a déjà diffusé des vidéos similaires d’otages qu’il détient, dans le cadre de ce qu’Israël considère comme une guerre psychologique déplorable.

La plupart des médias israéliens ne diffusent pas les vidéos.

Amir-Abdollahian : les dirigeants du « faux régime israélien… doivent être traduits en justice immédiatement »

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, s'exprimant lors d'une réunion d'urgence sur la guerre entre Israël et le Hamas à l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, s'exprimant lors d'une réunion d'urgence sur la guerre entre Israël et le Hamas à l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)

DUBAI, Émirats arabes unis – Le ministre iranien des Affaires étrangères demande que les autorités israéliennes soient traduites en justice après que la Cour mondiale a ordonné à Israël de prendre des mesures pour empêcher les actes de génocide à Gaza.

« Aujourd’hui, les autorités du faux régime israélien (…) doivent être traduites immédiatement en justice pour avoir commis un génocide et des crimes de guerre sans précédent contre les Palestiniens », déclare le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian sur la plateforme X.

La décision de la CIJ montre qu’aucun « Etat n’est au-dessus de la loi », dit l’AP

Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne Riyad al-Maliki pendant une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies, au siège de l'ONU, le 23 janvier 2024. (Crédit : (Yuki Iwamura/AP)
Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne Riyad al-Maliki pendant une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies, au siège de l'ONU, le 23 janvier 2024. (Crédit : (Yuki Iwamura/AP)

L’ordonnance rendue vendredi par la plus haute juridiction de l’ONU est « un avertissement important qu’aucun Etat n’est au-dessus de la loi », a réagi le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, dans un message vidéo.

« Les Etats ont désormais l’obligation juridique claire de mettre fin à la guerre génocidaire d’Israël contre le peuple palestinien de Gaza », poursuit-il après la décision de la Cour internationale de justice qui appelle Israël à faire tout son possible pour « empêcher » tout éventuel acte de « génocide » dans la bande de Gaza.

Alerte à la roquette à Ashkelon pour la première fois en trois semaines

Les sirènes de roquettes ont retenti à Ashkelon. C’est la première fois depuis le 4 janvier que des alertes retentissent dans la ville côtière du sud, près de Gaza.

Le service d’ambulance Magen David Adom indique qu’il n’a reçu aucun signalement faisant état d’impacts de roquettes ou de blessures.

CIJ : Erdogan « se félicite » de la décision concernant Israël

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est félicité vendredi de la décision de la Cour internationale de justice (CIJ) appelant Israël à empêcher tout acte éventuel de « génocide » et à autoriser l’accès humanitaire à Gaza.

« Je considère comme précieuse la décision d’injonction provisoire prise par la Cour internationale de justice concernant les attaques inhumaines à Gaza et je m’en félicite », a écrit sur le réseau social X le président turc, l’un des dirigeants les plus critiques d’Israël depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas.

Gallant : Israël « n’a pas besoin de recevoir des leçons de morale »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’en prend à la Cour internationale de justice, estimant qu’Israël « n’a pas besoin de recevoir des leçons de morale » alors qu’il combat le Hamas dans la bande de Gaza.

« La Cour internationale de justice de La Haye a dépassé les bornes lorsqu’elle a accédé à la demande antisémite de l’Afrique du Sud de discuter de l’allégation de génocide à Gaza, et elle refuse maintenant de rejeter purement et simplement la requête », déclare-t-il dans un communiqué.

« Ceux qui cherchent la justice ne la trouveront pas dans les fauteuils en cuir des salles d’audience de La Haye – ils la trouveront dans les tunnels du Hamas à Gaza, où 136 otages sont détenus et où se cachent ceux qui ont assassiné nos enfants », poursuit Gallant. « Ils la trouveront dans ‘L’Esprit de Tsahal' », un document qui décrit les valeurs et la conduite de nos soldats moraux et professionnels.

Il a également déclaré qu’Israël « n’oubliera jamais » l’attaque terroriste menée par le Hamas le 7 octobre, tout en promettant que les forces israéliennes continueront à travailler au « démantèlement » du Hamas et au retour des otages.

Après l’arrêt de la CIJ, le Premier ministre déclare qu’Israël est en « guerre juste » et se battra jusqu’à la « victoire totale »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'exprimant dans une vidéo, le 19 janvier 2024. (Capture d'écran)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'exprimant dans une vidéo, le 19 janvier 2024. (Capture d'écran)

Israël rejette la tentative « ignoble » de nier son droit à se défendre et continuera à combattre le Hamas, déclare le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la suite d’un arrêt provisoire de la Cour internationale de justice appelant Jérusalem à prendre des mesures pour empêcher la commission d’actes génocidaires contre les Palestiniens.

« L’engagement d’Israël envers le droit international est inébranlable. Tout aussi inébranlable est notre engagement sacré à continuer à défendre notre pays et à défendre notre peuple », déclare Netanyahu dans une vidéo en anglais mise en ligne.

« La tentative ignoble de priver Israël de ce droit fondamental est une discrimination flagrante à l’encontre de l’État juif, et elle a été rejetée à juste titre. L’accusation de génocide portée contre Israël n’est pas seulement fausse, elle est scandaleuse, et les personnes décentes du monde entier devraient la rejeter », poursuit-il.

Déclarant que le Hamas est une organisation « génocidaire », Netanyahu affirme que la guerre d’Israël est menée contre « les terroristes, et non contre les civils palestiniens », ajoutant que le Hamas a juré de répéter les « atrocités » du 7 octobre « encore et encore ».

Malgré la guerre, « nous continuerons à faciliter l’aide humanitaire et à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre les civils à l’abri, même si le Hamas les utilise comme boucliers humains », déclare-t-il.

« À la veille de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, je m’engage une nouvelle fois, en tant que Premier ministre d’Israël, à ce que cela ne se reproduise plus jamais », déclare-t-il, promettant de « continuer à faire ce qui est nécessaire pour défendre notre pays et notre peuple ».

Le bureau de Netanyahu publie également une déclaration en hébreu sur la décision, affirmant qu’Israël mène une « guerre juste » contre « les monstres du Hamas qui ont assassiné, violé, décapité et kidnappé nos citoyens ». Contrairement à la version anglophone, la déclaration ne mentionne pas l’aide humanitaire.

« L’affirmation selon laquelle Israël se livre à un génocide contre les Palestiniens n’est pas seulement fausse, elle est scandaleuse, et le fait que le tribunal ait accepté d’en délibérer est une marque de déshonneur qui ne s’effacera pas avant plusieurs générations », a déclaré le Premier ministre.

Il promet également qu’Israël continuera à se battre « jusqu’à la victoire totale, jusqu’à ce que nous vainquions le Hamas, que nous rapatrions tous les captifs et que nous fassions en sorte que Gaza ne soit plus jamais une menace pour Israël ».

Le gouvernement espagnol « salue » la décision de la CIJ

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez s'exprimant lors d'une conférence de presse au sommet de l'UE, à Bruxelles, le 24 mars 2023. (Crédit : AP/Geert Vanden Wijngaert)
Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez s'exprimant lors d'une conférence de presse au sommet de l'UE, à Bruxelles, le 24 mars 2023. (Crédit : AP/Geert Vanden Wijngaert)

L’Espagne, l’une des voix les plus critiques en Europe à l’égard d’Israël depuis le début du conflit avec le Hamas, a salué vendredi la décision de la Cour internationale de justice qui a appelé Israël à faire tout son possible pour empêcher tout acte de « génocide » dans la bande de Gaza.

« Nous saluons la décision de la Cour internationale de justice et demandons aux parties d’appliquer les mesures provisoires qu’elle a décrétées », a indiqué le Premier ministre socialiste espagnol Pedro Sánchez dans un message publié sur le réseau social X.

Netanyahu ordonne aux membres de son cabinet de s’abstenir de répondre à la décision de la CIJ, en vain

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu ordonne aux membres de son cabinet de s’abstenir de répondre aux mesures conservatrices annoncées par la Cour internationale de justice dans l’affaire de génocide de l’Afrique du Sud contre Israël.

Selon la chaîne publique Kan, Netanyahu, par l’intermédiaire du conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi, a demandé aux ministres du gouvernement de s’abstenir de toute déclaration publique avant la publication d’une position officielle du gouvernement sur la question.

Si la Cour n’a pas ordonné à Israël de mettre fin à ses opérations militaires dans la bande de Gaza, son arrêt appelle Jérusalem à prendre des mesures pour empêcher la commission d’actes génocidaires à l’encontre des Palestiniens.

Malgré l’ordre de Netanyahu, le ministre du Néguev, de la Galilée et de la résilience nationale, Yitzhak Wasserlauf, et le ministre de la Eécurité nationale, Itamar Ben Gvir, tous deux membres du parti d’extrême droite Otzma Yehudit, ont condamné le tribunal vendredi.

Ben Gvir, dont la rhétorique à l’égard des Palestiniens a été reprise par l’Afrique du Sud pour étayer ses accusations de génocide à l’encontre d’Israël, a qualifié le tribunal « d’antisémite », déclarant que sa décision prouve que le « tribunal ne cherche pas la justice, mais plutôt la persécution du peuple juif ».

« Plus jamais ça », a tweeté Wasserlauf en anglais, accompagné d’un émoji représentant le drapeau israélien.

« Plus jamais ça » : un élu d’extrême droite rejette la décision de la CIJ

Le ministre du Néguev, de la Galilée et de la résilience nationale, Yitzhak Wasserlauf, semble rejeter l’arrêt de la Cour internationale de justice appelant Israël à prendre des mesures pour empêcher la commission d’actes génocidaires contre les Palestiniens.

Dans un tweet en anglais, Wasserlauf, membre du parti ultranationaliste Otzma Yehudit du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, déclare « Plus jamais ça » à côté d’un emoji représentant un drapeau israélien.

Cette déclaration fait suite aux critiques publiques de Ben Gvir à l’encontre de la Cour, qu’il a qualifiée d' »antisémite ».

Le Hamas félicite la CIJ pour sa décision qui « isole » Israël

La décision de la Cour internationale de justice est un développement important qui contribue à isoler Israël et à exposer ses crimes à Gaza, a déclaré à Reuters Sami Abu Zuhri, haut responsable du Hamas.

« Nous demandons que l’occupation soit contrainte d’appliquer les décisions du tribunal », ajoute-t-il.

CIJ : L’Afrique du Sud salue une « victoire décisive » pour le droit

Le ministre sud-africain des Affaires étrangères Naledi Pandorthe, à gauche, assistant à la session de la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)
Le ministre sud-africain des Affaires étrangères Naledi Pandorthe, à gauche, assistant à la session de la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

L’Afrique du Sud a salué vendredi une « victoire décisive pour l’État de droit international et une étape importante dans la quête de justice pour le peuple palestinien », à l’issue de l’audience de la CIJ à La Haye.

Le ministère des Affaires étrangères, dans son communiqué, estime que la Cour « a déterminé que les actions d’Israël à Gaza sont plausiblement génocidaires et a indiqué des mesures provisoires sur cette base », la remerciant « pour sa décision rapide ».

La direction du parti historique au pouvoir en Afrique du Sud, l’ANC, réunie en congrès près de Johannesburg, s’est félicitée de l’issue de l’audience à la Cour internationale de justice (CIJ), se tombant dans les bras, ont montré les télévisions en direct.

Le président Cyril Ramaphosa, la mine grave et un keffieh autour du cou, a pris des notes en écoutant toute l’audience. A la fin, il s’est levé, souriant, et a pris dans ses bras plusieurs ténors du gouvernement. Les responsables de l’ANC se sont ensuite mis à danser, chantant un hymne de la lutte contre l’apartheid.

Ben Gvir qualifie la CIJ d’antisémite ; Israël devrait ignorer les mesures provisoires

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, dénonce la Cour internationale de justice pour avoir pris une série de mesures provisoires à l’encontre d’Israël, qualifiant l’instance internationale d' »antisémite ».

« La décision du tribunal antisémite de La Haye prouve ce que l’on savait déjà : ce tribunal ne cherche pas la justice, mais plutôt la persécution du peuple juif. Ils sont restés silencieux pendant la Shoah et aujourd’hui, ils poursuivent leur hypocrisie et vont encore plus loin », déclare-t-il.

La CIJ, dans sa version actuelle, a été fondée en 1945.

« Les décisions qui mettent en péril l’existence de l’État d’Israël ne doivent pas être écoutées », ajoute Ben Gvir. « Nous devons continuer à vaincre l’ennemi jusqu’à la victoire totale. »

La CIJ prend des mesures provisoires contre Israël, mais n’ordonne pas de cessez-le-feu immédiat

La Cour internationale de justice prend une série de mesures provisoires contre Israël au motif que les droits des Palestiniens à ne pas faire l’objet d’un génocide doivent être protégés avant que la Cour ne puisse prendre une décision finale sur le fond de l’affaire.

La Cour déclare qu’Israël doit « prendre toutes les mesures en son pouvoir » pour empêcher la commission d’actes génocidaires contre les Palestiniens, conformément à l’article 2 de la convention sur le génocide, prendre des mesures pour prévenir et punir l’incitation au génocide contre les Palestiniens, et prendre des mesures pour fournir « l’assistance nécessaire d’urgence pour remédier aux conditions de vie défavorables à Gaza ».

Toutefois, la Cour n’a pas accédé à la demande de l’Afrique du Sud d’imposer un cessez-le-feu unilatéral immédiat dans son opération militaire contre le Hamas à Gaza.

La CIJ estime que les conditions pour émettre des mesures conservatoires contre Israël sont réunies

La présidente de la Cour internationale de justice, la juge Joan Donoghue, cite plusieurs commentaires incendiaires du ministre de la défense Yoav Gallant, du ministre de l’énergie de l’époque Yisrael Katz et du président Isaac Herzog, qui pourraient être interprétés comme une volonté de tuer des civils à Gaza.

« Les faits et circonstances susmentionnés sont suffisants pour conclure qu’au moins certains des droits des Palestiniens à être protégés contre les actes de génocide et les actes prohibés connexes visés à l’article 3 de la convention sur le génocide, et les droits de l’Afrique du Sud à demander la protection de ces droits », déclare M. Donoghue.

Ces commentaires semblent indiquer que la CIJ reconnaît la plausibilité des allégations de l’Afrique du Sud selon lesquelles les Palestiniens doivent être protégés contre le génocide par Israël en vertu de la convention sur le génocide.

Donoghue déclare donc que les « conditions requises par son statut pour indiquer [des mesures provisoires] ont été remplies ».

La CIJ n’écartera pas l’accusation de génocide comme le demande Israël, dit la première magistrate

La présidente de la Cour internationale de justice, la juge Joan Donoghue, rendant une décision sur la demande de l'Afrique du Sud de prendre des mesures d'urgence contre Israël dans le cadre de ses accusations de "génocide" dirigé par l'État à Gaza, le 26 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Youtube)

La présidente de la Cour internationale de justice, la juge Joan Donoghue, rendant une décision sur la demande de l'Afrique du Sud de prendre des mesures d'urgence contre Israël dans le cadre de ses accusations de "génocide" dirigé par l'État à Gaza, le 26 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Youtube)


La présidente de la Cour internationale de justice, la juge Joan E. Donoghue, commence à lire l’ordonnance de la Cour relative à la demande de l’Afrique du Sud visant à ce que la Cour prenne des mesures provisoires contre Israël sur les allégations de génocide contre les Palestiniens de Gaza.

Donoghue déclare que « de l’avis de la Cour, au moins certains des actes et omissions commis par Israël à Gaza semblent pouvoir relever des dispositions de la convention sur le génocide. À la lumière de ce qui précède, la Cour a pu établir sa compétence prima-facie concernant sa saisie de l’affaire sur la base de l’article 9 de la convention sur le génocide ».

« La Cour ne peut pas accéder à la demande d’Israël de ne pas examiner la requête », ajoute-t-elle.

À VOIR : La Cour internationale de justice se prononce sur l’opération militaire à Gaza

A la veille de la Journée internationale de commémoration de la Shoah, la Cour internationale de justice (CIJ) a commencé à rendre son arrêt sur la demande de mesures d’urgence présentée par l’Afrique du Sud à l’encontre d’Israël, qui est accusé de « génocide » dirigé par l’État pour son opération militaire à Gaza contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le verdict peut être visionné ici et ci-dessous.

L’arrêt ne porte pas sur l’accusation principale de l’affaire, à savoir l’existence ou non d’un génocide, mais sur l’intervention urgente demandée par Pretoria.

Parmi les mesures demandées par l’Afrique du Sud figure l’arrêt immédiat de l’opération militaire israélienne, lancée en réponse à l’attaque dévastatrice menée par le Hamas le 7 octobre, lorsque des terroristes palestiniens ont assassiné 1 200 personnes lors d’un carnage dans le sud d’Israël et en ont enlevé 253 pour les emmener à Gaza, où 132 sont toujours retenus en otage.

Un drone filme une frappe de Tsahal contre des terroristes du Hamas armés de RPG

Une cellule de trois hommes du Hamas armés de RPG est vue dans le sud de Gaza à Khan Younès avant d'être frappée, dans des images publiées par Tsahal le 26 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Une cellule de trois hommes du Hamas armés de RPG est vue dans le sud de Gaza à Khan Younès avant d'être frappée, dans des images publiées par Tsahal le 26 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal a diffusé des images de drone montrant un groupe de terroristes du Hamas armés de RPG dans le sud de Khan Younès, avant qu’ils ne soient abattus par une frappe aérienne.

La cellule du Hamas, composée de trois hommes, a été identifiée par des soldats de la 636e unité de collecte de renseignements du Corps de défense des frontières, qui ont également appelé à la frappe.

Ces dernières semaines, l’unité a opéré en collaboration avec les troupes à Khan Younès, localisant quelque 200 entrées de tunnel, aidant à détruire plus de 130 sites du Hamas et près d’une douzaine de lance-roquettes, et ciblant de nombreuses cellules du Hamas, d’après Tsahal.

 

Tsahal demande aux habitants de plusieurs quartiers de Khan Younès d’évacuer

Tsahal demande aux habitants d’un certain nombre de quartiers de l’ouest de Khan Younès d’évacuer vers la zone voisine d’al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza, alors que l’offensive terrestre de l’armée s’étend.

Le lieutenant-colonel Avichay Adraee, porte-parole de Tsahal en langue arabe, publie une carte des zones à évacuer en même temps que l’annonce.

Ces zones comprennent les quartiers al-Nasr et al-Amal, le camp de réfugiés de Khan Younès et le centre-ville.

Au cours des derniers jours, les forces israéliennes ont encerclé et traversé Khan Younès, où de nombreux Palestiniens se sont réfugiés après avoir quitté le nord de la bande de Gaza, théâtre des premières hostilités, dans le cadre de l’opération la plus importante depuis un mois.

 

3e journée de manifestations et blocages de l’aide humanitaire à Kerem Shalom

Illustration : Des manifestants se dirigeant vers le point de passage de Kerem Shalom, entre Israël et Gaza, le 25 janvier 2024. (Crédit : Eli Katzoff/Times of Israel)
Illustration : Des manifestants se dirigeant vers le point de passage de Kerem Shalom, entre Israël et Gaza, le 25 janvier 2024. (Crédit : Eli Katzoff/Times of Israel)

Pour la troisième journée consécutive, des proches d’otages à Gaza accompagnés de manifestants ont organisé une manifestation au poste-frontière de Kerem Shalom pour empêcher l’aide humanitaire d’entrer dans la bande de Gaza.

Des centaines de manifestants sont attendus au poste-frontière aujourd’hui.

Les manifestants exigent que l’aide humanitaire destinée à la bande de Gaza en guerre soit interrompue jusqu’à ce que les otages soient libérés et revenus en Israël.

Par voie de communiqué, les manifestants ont déclaré avoir pris des chemin détournés pour éviter les barrages routiers mis en place pour les empêcher de parvenir à leur point de ralliement.

Tsahal : Violents combats à Khan Younès ; des dizaines de terroristes du Hamas tués

Illustration : Des troupes de la Brigade Commando opérant dans le sud de Gaza à Khan Younès, sur une photo publiée le 25 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Des troupes de la Brigade Commando opérant dans le sud de Gaza à Khan Younès, sur une photo publiée le 25 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a fait savoir que les combats se poursuivaient à Khan Younès et que les forces terrestres de la 98e division avaient tué des dizaines d’hommes armés du Hamas, sans oublier l’action de l’armée de l’air et de ses frappes.

Dans la nuit, des avions de combat de l’armée de l’air israélienne ont frappé plusieurs infrastructures du Hamas près de Khan Younès, dont des appartements utilisés par des agents, des dépôts d’armes, des postes d’observation et des lieux de rassemblement, a déclaré l’armée.

Toujours à Khan Younès, l’armée a indiqué que sa brigade parachutiste avait repéré cinq hommes armés du Hamas en train de pénétrer dans un bâtiment et lancé une frappe aérienne contre eux.

À proximité, explique l’armée, l’unité Maglan a repéré quatre membres du Hamas auteurs de tirs de missile antichar quelques heures plus tôt, et donné l’ordre à un avion de chasse de les frapper, ajoutant que plusieurs autres hommes armés ont été tués par ses soldats dans le secteur.

La brigade Givati, quant à elle, a éliminé une cellule de six hommes du Hamas avec des tirs de chars et des tireurs embusqués, toujours dans le secteur de Khan Younès, ajoute l’armée israélienne.

Dans le nord de Gaza, l’armée a dit que ses avions de combat avaient frappé plusieurs sites du Hamas, dont un bâtiment piégé, une base de lancement de tirs antichar et une sortie de tunnel, et que des réservistes de la 5e brigade avaient tué plusieurs hommes armés du Hamas par des tirs de chars et des frappes aériennes.

Toujours selon l’armée israélienne, la Marine a également mené des frappes le long de la côte de Gaza pendant la nuit, dans le cadre du soutien à la brigade Nahal déployée dans la bande de Gaza.

Le Hamas annonce un nouveau bilan de 26 083 morts

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé vendredi un bilan de 26 083 personnes tuées à Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien, le 7 octobre.

Le Hamas fait état de 183 morts ces dernières 24 heures et indique que 64.487 personnes ont été blessées depuis le début du conflit.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables de manière indépendante. Par ailleurs, le Hamas est accusé de gonfler le nombre des victimes civiles et d’y inclure les Palestiniens tués par les roquettes tirées par les factions terroristes qui retombent dans la bande. Le Hamas ne fait pas non plus de distinction, dans ce bilan, entre les civils et les terroristes.

Tsahal prévient des bruits d’explosions et de coups de feu pendant ses entraînements ce week-end

Illustration : Une réplique de char de Tsahal dans un site d'entraînement du Hamas dans le sud de Gaza à Khan Younès, le 19 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)
Illustration : Une réplique de char de Tsahal dans un site d'entraînement du Hamas dans le sud de Gaza à Khan Younès, le 19 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)

Des entraînements militaires de Tsahal sont prévus un peu partout dans Israël ce week-end, a déclaré l’armée, ce qui pourra occasionner des coups de feu et des explosions.

Tsahal a demandé à la population d’éviter les zones militaires d’exclusion et rappelé que le non-respect de cette disposition était non seulement illégal mais aussi très risqué.

Gallant et le secrétaire américain à la Défense parlent de la guerre et de libération des otages

Illustration : Le chef du Pentagone américain Lloyd Austin et le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une conférence de presse, le 13 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Illustration : Le chef du Pentagone américain Lloyd Austin et le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une conférence de presse, le 13 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, s’est entretenu avec le secrétaire américain à la Défense, le général Lloyd Austin, au sujet des négociations en vue de la libération des otages du Hamas à Gaza, a indiqué son cabinet.

Gallant a remercié Austin et le gouvernement américain de leur implication pour faire libérer les otages, et lui a donné des informations sur le démantèlement du Hamas et les opérations destinées à mettre un terme aux 16 années de pouvoir de l’organisation terroriste sur la bande de Gaza, a déclaré son cabinet dans un résumé de la conversation.

Les deux responsables de la défense ont également évoqué les escarmouches continuelles à la frontière entre Israël et le Liban, d’où les forces du Hezbollah lancent des roquettes, des missiles ou des drones pratiquement chaque jour.

Gallant a remercié Austin de son soutien personnel à la sécurité d’Israël et des diverses mesures prises par les États-Unis pour stabiliser la région, a ajouté son cabinet

Le chef du Pentagone et Gallant évoquent les combats à Gaza et contre le Hezbollah

Le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à gauche) et le ministre de la Défense Yoav Gallant donnent une conférence de presse conjointe à Tel Aviv le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)
Le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à gauche) et le ministre de la Défense Yoav Gallant donnent une conférence de presse conjointe à Tel Aviv le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)

Le chef du Pentagone, Lloyd Austin, s’est entretenu jeudi avec le ministre de la Défense Yoav Gallant au sujet de la campagne militaire israélienne contre l’organisation terroriste Hamas au pouvoir à Gaza et des escarmouches transfrontalières entre Israël et le Hezbollah libanais, a indiqué son cabinet.

Un communiqué du département américain de la Défense indique qu’Austin « a rappelé le soutien des États-Unis au droit d’Israël à se défendre et à l’importance d’assurer l’acheminement ininterrompu de l’aide humanitaire à Gaza ».

« Le secrétaire Austin a réaffirmé l’engagement des États-Unis à poursuivre son action diplomatique pour résoudre les tensions le long de la frontière israélo-libanaise et éviter une escalade régionale, objectif commun aux deux pays », ajoute le communiqué.

Blinken s’entretient avec la ministre sud-africaine des Affaires étrangères avant le verdict de la CIJ

Le Secrétaire d'État américain Antony Blinken avec la ministre sud-africaine des Affaires étrangères Naledi Pandor au Département d'État à Washington, le 26 septembre 2023. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le Secrétaire d'État américain Antony Blinken avec la ministre sud-africaine des Affaires étrangères Naledi Pandor au Département d'État à Washington, le 26 septembre 2023. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est entretenu par téléphone avec son homologue sud-africaine Naledi Pandor, avant que la Cour internationale de justice ne rende son verdict – potentiellement assorti de mesures d’urgence – contre Israël dans le cadre de sa guerre contre le Hamas.

Le verdict qui sera rendu, vendredi, par le tribunal de La Haye, en présence de Pandor, apportera une réponse aux accusations de l’Afrique du Sud selon lesquelles Israël commet un « génocide » dans la bande de Gaza. Parmi les mesures demandées par l’Afrique du Sud figure l’arrêt immédiat de l’opération militaire israélienne contre le Hamas, lancée en riposte à l’attaque brutale de l’organisation terroriste au pouvoir à Gaza le 7 octobre dernier.

Un communiqué du Département d’État indique que lors de cet appel téléphonique jeudi, Blinken et Pandor ont évoqué « le conflit à Gaza et la nécessité de protéger les civils, d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire aux civils palestiniens et d’instaurer une paix régionale durable garante de la sécurité d’Israël et de la création d’un État palestinien indépendant ».

« Le secrétaire d’État a réaffirmé son soutien au droit d’Israël à s’assurer que les attaques terroristes du 7 octobre n’aient plus jamais lieu », ajoute-t-il.

La déclaration ne mentionne manifestement pas la plainte de l’Afrique du Sud auprès de la CIJ, que Blinken a précédemment jugée « infondée ».

S’adressant aux journalistes, jeudi, lors d’une tournée en Afrique sans escale en Afrique du Sud, il a déclaré que « ces points de vue sont valables », tout en soulignant que les relations de Washington avec Pretoria n’en souffriraient pas.

« Bien sûr, notre relation avec l’Afrique du Sud est d’une importance vitale ; il s’agit d’une relation très importante, profonde et diversifiée, touchant à bon nombre de sujets », a déclaré M. Blinken.

« Le fait d’être en désaccord sur une question ne retire rien à l’important travail que nous accomplissons ensemble », a-t-il ajouté.

Minneapolis prend une mesure en faveur du cessez-le-feu dans la guerre Israël-Hamas

Illustration : La congrégation Shir Tikvah à Minneapolis. (Google Street View via JTA)
Illustration : La congrégation Shir Tikvah à Minneapolis. (Google Street View via JTA)

MINNEAPOLIS – Une résolution non contraignante appelant à un cessez-le-feu dans la guerre entre Israël et le Hamas a été adoptée jeudi par le conseil municipal de Minneapolis.

Le maire Démocrate Jacob Frey, qui est juif, a tenté – en vain – de persuader les membres du conseil d’en adoucir les termes, qui lui semblaient trop anti-Israël. Il envisage désormais d’y opposer son veto.

Des dizaines de villes américaines ont lancé des appels à un cessez-le-feu à Gaza.

Le Conseil des superviseurs de San Francisco l’a fait le 9 janvier dernier, et la maire, London Breed, a déclaré la semaine dernière qu’elle ne s’y opposerait pas.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.