Rechercher

L’officier tué dans l’attentat de Bnei Brak honoré pour son sacrifice héroïque

Amir Khoury est le dernier membre des forces de sécurité israéliennes tué avant Yom HaZikaron ; ses proches lui rendent hommage pour s'être sacrifié afin de sauver des vies

Samia Khoury pleure à l'évocation de la mémoire de son fils, Amir Khoury, à l’endroit où il a été tué alors qu’il intervenait lors de l'attentat terroriste du 29 mars à Bnei Brak, dans des séquences diffusées par la Douzième chaîne le 3 mai 2022. (Crédit : Capture d’écran Douzième chaîne)
Samia Khoury pleure à l'évocation de la mémoire de son fils, Amir Khoury, à l’endroit où il a été tué alors qu’il intervenait lors de l'attentat terroriste du 29 mars à Bnei Brak, dans des séquences diffusées par la Douzième chaîne le 3 mai 2022. (Crédit : Capture d’écran Douzième chaîne)

L’officier de police Amir Khoury, tué en intervenant sur les lieux d’un attentat terroriste à Bnei Brak, en mars dernier, a été honoré comme un « héros d’Israël » lors des cérémonies de Yom HaZikaron, mardi.

Khoury, 32 ans. a été abattu au moment d’entrer dans Bnei Brak d’où le terroriste, Diaa Hamarsheh, tirait sur des passants le 29 mars. Amir « est mort en héros », a déclaré sa fiancée Shani Yashar sur les lieux où il a été tué, dans des images diffusées mardi par la Treizième chaîne.

Selon un témoin oculaire s’exprimant à la chaîne, Hamarsheh pointait son fusil sur une mère et son bébé debout à une fenêtre d’un appartement voisin lorsque Khoury et son partenaire sont arrivés sur les lieux.

Le terroriste a changé de cible pour ouvrir le feu sur les policiers, atteignant Khoury. Quelques instants plus tard, Hamarsheh était abattu par le second officier, dont le nom ne peut être publié.

Amir Khoury, 32 ans, de Nof Hagalil, un policier tué lors d’un échange de tirs avec un terroriste à Bnei Brak le 29 mars 2022 (Crédit : Autorisation de la famille)

« Il a sauvé une vie, ce qui est le monde entier », a déclaré Yashar. « Et je suis sûr qu’il en a sauvé beaucoup. »

Le nom d’Amir Khoury est le dernier de la liste des 24 068 membres des forces de sécurité tués pour défendre Israël ou les communautés juives antérieures à la création de l’Etat, honorés chaque année la veille de Yom HaAtsmaout.

« Amir Khoury a donné sa vie et s’est mis dans la ligne de tir pour sauver des vies, avec son compagnon d’armes », a déclaré le maire de Bnei Brak, Avraham Rubinstein, lors de l’ouverture de la commémoration du Jour du Souvenir de la ville mardi soir. « La mémoire d’Amir est gravée dans nos cœurs et ne s’effacera jamais. »

Tandis que Yashar se tenait sur là où son fiancé a trouvé la mort et où a été érigé un mémorial de fortune, des enfants et d’autres personnes de la banlieue ultra-orthodoxe de Tel Aviv se rassemblaient pour réciter des prières en mémoire de Khoury, Arabe chrétien de la ville de Nof Hagalil, dans le nord du pays.

« Amir peut être fier de lui, et je suis fière de lui, de ce qu’il a fait », a déclaré Yashar. « C’est douloureux pour moi. Mais ce n’est pas douloureux pour lui. »

À Nof Hagalil, le père de Khoury, Jeris, a mis une kippa noire et allumé une bougie commémorative en mémoire de son fils lors de la cérémonie principale de Yom HaZikaron de la ville.

Shani Yashar récite des prières à la mémoire de son défunt fiancé Amir Khoury avec des jeunes à Bnei Brak, dans des séquences diffusées par la Treizième chaîne le 3 mai 2022. (Crédit :Capture d’écran de la Treizième chaîne)

« Amir aimait ce pays », a déclaré Jeris lors de la commémoration. « Il était fier d’avoir été choisi pour protéger ses concitoyens. »

Jeris, lui-même ancien policier, était sur place la semaine dernière lorsque des membres de la famille Khoury se sont rendus dans la ruelle de Bnei Brak avec des officiers de police, qui les ont guidés vers le lieu où Amir a vécu ses derniers instants.

« Amir était l’un de ces policiers que nous aimons voir », a déclaré le chef de la police, Yaakov Shabtai, à la famille dans des images diffusées par la Douzième chaîne mardi soir. « Un combattant, courageux, un homme de qualité. »

Jeries, le père de l’agent de police Amir Khoury, lors des funérailles de son fils, tué dans une fusillade terroriste à Bnei Brak, au cimetière de Nof Hagalil, le 31 mars 2022. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Hamarsheh a tué quatre autres personnes en plus de Khoury avant d’être abattu : deux Israéliens, Avishai Yehezkel, 29 ans, et Yaakov Shalom, 36 ans, et deux ressortissants ukrainiens en Israël depuis des années, Victor Sorokopot, 32 ans, et Dimitri Mitrik, 24 ans.

Les victimes de l’attentat meurtrier de Bnei Brak le 29 mars 2022 dans le sens des aiguilles d’une montre à partir du haut à droite : Amir Khoury, Victor Sorokopot. Dimitri Mitrik, Avishai Yehezkel et Yaakov Shalom. (Crédit: Autorisation, Photos utilisées conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Lors d’une cérémonie à la Knesset mardi, la mère de Khoury, Samia, a remercié la nation pour l’expression de son chagrin et de son soutien.

« Tout le monde dit que tu es un héros parce que tu étais réellement héroïque et courageux. Tu n’as pas pensé à toi, la seule chose importante à tes yeux était de sauver des vies », a-t-elle déclaré en s’adressant à son défunt fils.

« Chaque soir, j’imagine que tu vas ouvrir la porte et rentrer à la maison comme tous les jours. À chaque petit bruit que j’entends dans la nuit, je pense que c’est toi qui monte les escaliers depuis le garage jusqu’à la maison. »

« Amir aimait la vie, aimait passer du temps avec ses amis et sa partenaire et tout le monde l’aimait », a-t-elle ajouté. « Je dis que tu es un ange parce que tu es vraiment un ange. Si chaque mère avait un fils comme Amir, la paix et la fraternité régneraient dans le monde. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...