Londres : des juives orthodoxes refusent l’ouverture d’un bassin aux transgenres
Rechercher

Londres : des juives orthodoxes refusent l’ouverture d’un bassin aux transgenres

Des baigneuses juives religieuses, contraintes de faire preuve de pudeur devant les hommes, s'apprêtent à déposer un recours pour contester la décision de la mairie de Londres

Illustration. Une femme plonge dans un bassin à Hampstead Heath à Londres, le 28 septembre 2011. (Crédit : Matt Dunham/AP)
Illustration. Une femme plonge dans un bassin à Hampstead Heath à Londres, le 28 septembre 2011. (Crédit : Matt Dunham/AP)

Une piscine réservée aux femmes dans le nord de Londres serait désormais ouvert aux nageurs transgenres, ce qui empêchera les Juifs orthodoxes de s’y rendre.

Un groupe de femmes ultra-orthodoxes ont l’intention de se battre contre cette décision, a rapporté le quotidien londonien Jewish Chronicle.

Selon la loi religieuse juive, les femmes ne peuvent s’habiller de façon impudique devant des hommes. Les femmes transgenre étant toujours considérées comme des hommes selon la halakha, les femmes ultra-orthodoxes ne pourront plus s’y baigner.

Cette décision concernant ce bassin situé à Hampstead Heath a été annoncée cette semaine. Edward Lord, à la tête du comité ayant approuvé cette nouvelle disposition, a indiqué que cela allait « garantir que nos services publics ne discriminent pas les personnes trans ».

Les femmes transgenres sont déjà autorisées à utiliser ce bassin, mais cela sera désormais officialisé, d’après le journal Evening Standard.

Un recours judiciaire est en cours de préparation pour s’opposer à la décision de la municipalité de Londres, auquel les femmes orthodoxes devraient prendre part, a rapporté le Jewish Chronicle. Cette mesure a été prise par la ville à la suite d’une « consultation publique », d’après le quotidien, et répond à la politique de non-discrimination de la capitale anglaise.

Les bassins de Hampstead en comptent également un réservé aux hommes et un autre mixte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...