L’opposition fustige la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement
Rechercher

L’opposition fustige la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement

Liberman demande que les mesures de lutte contre la pandémie soient contrôlées par le commandement du front intérieur de l'armée israélienne

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) en visite à l'Institut israélien de recherche biologique le 7 juin, avec le ministre de la Santé Yuli Edelstein (à gauche) et le ministre de la Défense Benny Gantz (à droite). (Amos Ben-Gershom/Bureau de presse du gouvernement israélien)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) en visite à l'Institut israélien de recherche biologique le 7 juin, avec le ministre de la Santé Yuli Edelstein (à gauche) et le ministre de la Défense Benny Gantz (à droite). (Amos Ben-Gershom/Bureau de presse du gouvernement israélien)

Jeudi, les députés de l’opposition ont critiqué la réponse du gouvernement au nombre croissant de cas de coronavirus, alors que les ministres devaient se réunir pour déterminer d’éventuelles restrictions supplémentaires.

Les critiques ont été formulées alors qu’Israël a atteint mercredi son plus grand nombre d’infections quotidiennes, avec 1 013 cas. Bien que le pays ait limité les rassemblements, fermé les zones fortement infectées et rétabli la surveillance controversée des malades par le service de sécurité du Shin Bet, un confinement national total n’a pas été réimposé en raison des dommages économiques qu’une telle mesure entraînerait.

Le leader d’Yisrael Beytenu, Avidgor Liberman, a critiqué le leadership du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans la réponse à la pandémie de coronavirus, déclarant que celle-ci « découle uniquement de considérations politiques et électorales », et demandant que le contrôle de la réponse à l’épidémie soit entièrement transféré au commandement du front intérieur de l’armée israélienne.

« Parallèlement à l’augmentation du nombre de cas de coronavirus, nous constatons un bond dans le nombre d’organismes qui traitent et discutent de la question… Toutes les annonces et les briefings ressemblent plus à une bataille sans fin pour la reconnaissance qu’à un véritable combat contre le virus », a écrit M. Liberman sur Facebook.

Des agents de la police des frontières effectuent un contrôle des conducteurs à la sortie de la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, le 3 avril 2020. (Gili Yaari /Flash90)

« Tout ce qui concerne la propagation de la maladie et [la publication] d’informations à ce sujet doit être transmis au commandement du front intérieur. C’est le seul organe qui doit coordonner la lutte nationale contre le virus », a-t-il déclaré, citant des exemples de communautés israéliennes ultra-orthodoxes et arabes qui ont vu les taux d’infection baisser après que le Front intérieur en ait pris le contrôle.

M. Liberman a affirmé que « l’insistance du Premier ministre à garder le contrôle et à être le principal porte-parole, le contrôle étant entre les mains du Conseil de sécurité nationale, découle uniquement de considérations politiques et électorales ».

Le président d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, vu lors d’une conférence à l’Institut israélien de la démocratie, à Jérusalem, le 24 février 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef d’Yisrael Beytenu a déclaré que le ministre de la Défense Benny Gantz, qui est responsable du commandement du Front intérieur, doit « prendre les rênes, faire preuve de leadership et insister pour que tous les pouvoirs en matière de lutte contre le coronavirus soient transférés au Front intérieur ».

Adoptant une ligne plus dure que les limitations gouvernementales sur les rassemblements, le leader de Yamina, Naftali Bennett, a indiqué que les Israéliens devraient s’abstenir de rendre visite à leurs grands-parents afin de prévenir la propagation du coronavirus aux personnes âgées.

« Je vous ordonne ceci : ne rendez pas visite à vos grands-parents dans un appartement fermé », a fortement recommandé celui qui a été ministre de la Défense au début de l’épidémie de coronavirus, lors d’une interview à la radio Galei Yisrael.

« Mais c’est contraire aux directives du ministère de la Santé », a réagi le journaliste.

« Je ne fais que donner mes propres instructions aux auditeurs. Faites-en ce que vous voulez », a répondu Bennett.

Bennett, qui depuis qu’il a rejoint l’opposition est devenu de plus en plus critique à l’égard de la réponse du gouvernement à l’épidémie, a mis en place mercredi ce qu’il a appelé un « cabinet civil du coronavirus » pour « présenter des moyens de faire face à la crise économique et médicale, et aider à communiquer des informations au public, et des recommandations pour réduire les dommages à l’économie ».

Le chef du parti Yamina Naftali Bennett lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 14 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé a enregistré jeudi 905 nouvelles infections à coronavirus en 24 heures et deux décès supplémentaires depuis mercredi soir, ce qui porte à 324 le nombre de victimes de la pandémie à l’échelle nationale. Le ministère a déclaré jeudi qu’il y avait eu 26 452 cas depuis le début de la pandémie, dont 8 647 étaient actifs ; 17 481 personnes se sont rétablies. Cela a marqué une augmentation de plus de 6 000 nouveaux cas de Covid-19 depuis le 1er juin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...