L’un des plus grands mafieux du pays bénéficie d’une libération conditionnelle
Rechercher

L’un des plus grands mafieux du pays bénéficie d’une libération conditionnelle

Le ministère public déclare qu'il ne fera pas appel de la décision d'accorder la liberté à Meir Abergil après 2 ans et demi de prison

Meir Abergil, de la famille de criminels Abergil, au tribunal de district de Tel Aviv le 18 juillet 2018, pour entendre son verdict dans le cadre de l'affaire 512, visant les membres de la plus grande organisation criminelle d'Israël et de ses organisations affiliées. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Meir Abergil, de la famille de criminels Abergil, au tribunal de district de Tel Aviv le 18 juillet 2018, pour entendre son verdict dans le cadre de l'affaire 512, visant les membres de la plus grande organisation criminelle d'Israël et de ses organisations affiliées. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Meir Abergil, qui, avec son frère, était considéré comme l’un des plus grands mafieux d’Israël, a bénéficié jeudi d’une libération conditionnelle après avoir purgé deux ans et demi d’une peine de cinq ans.

Sa libération est intervenue après que le ministère public a déclaré qu’il ne ferait pas appel de la décision de la Commission de libération conditionnelle accordant la liberté à Abergil.

C’était la deuxième fois qu’Abergil était confronté à la Commission des libérations conditionnelles, une précédente demande de libération ayant été rejetée.

Abergil a été condamné en 2018 par le tribunal de district de Tel Aviv dans le cadre d’une négociation de plaidoyer, dans laquelle il a admis avoir été impliqué dans une tentative ratée de tuer une figure rivale de la pègre, Zeev Rosenstein, qui a survécu, et qui a en revanche tué trois passants innocents. Dix-huit autres personnes ont été blessées dans l’attentat de 2003.

Il a également été reconnu coupable de crimes financiers et de crimes liés à la drogue dans le cadre d’une opération qui a permis d’introduire 480 kilogrammes de cocaïne en Israël.

Abergil et son frère Yitzhak, qui est toujours en prison, étaient considérés comme des poids lourds de la pègre israélienne.

Il a été arrêté en 2015 dans le cadre d’une enquête sur une opération mondiale de trafic de drogue et de blanchiment d’argent qu’ils ont menée autour de la période 2002-2006.

L’enquête pluriannuelle, baptisée « affaire 512 » et décrite comme l’un des plus grands coups de filet de la pègre dans l’histoire d’Israël, a englobé une quarantaine d’enquêtes individuelles sur des crimes commis pendant plus de dix ans par une cinquantaine de suspects, a indiqué la police israélienne.

Les frères Abergil avaient déjà été arrêtés en août 2008 en Israël, à la suite d’une demande d’extradition américaine, après avoir été mis en examen pour avoir utilisé un gang de la vallée de San Fernando pour distribuer un million de pilules de MDMA, communément appelées ecstasy, et pour avoir payé un membre du gang pour tuer un homme qui avait volé une cargaison de drogue.

Ils ont tous deux été incarcérés dans une prison américaine. Meir a été libéré à la suite d’un accord judiciaire et est rentré en Israël, mais il a été de nouveau arrêté dans l’affaire 512. Yitzhak, qui a été condamné en 2012 à une peine de huit ans et demi, est retourné en Israël en 2014 pour purger le reste de sa peine dans une prison israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...