Rechercher

Maccabiades : Israël remporte l’or au tournoi de handibasket

Les athlètes ont déploré le faible taux de participation aux jeux de cette année mais sont optimistes pour l'avenir

Les équipes israélienne et américaine de basket-ball en fauteuil roulant s'affrontent lors du match final des Maccabiades au YMCA international de Jérusalem, le 21 juillet 2022. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)
Les équipes israélienne et américaine de basket-ball en fauteuil roulant s'affrontent lors du match final des Maccabiades au YMCA international de Jérusalem, le 21 juillet 2022. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)

L’équipe israélienne de basket-ball en fauteuil roulant ou handibasket a remporté l’or aux Maccabiades 2022, en battant ses concurrents multinationaux au YMCA international de Jérusalem.

Lors du match, qui s’est déroulé le 21 juillet, l’équipe israélienne a battu l’équipe nominalement américaine, qui était en réalité composée non seulement d’Américains mais aussi de basketteurs israéliens et britanniques, en raison du petit nombre d’athlètes handicapés participant aux jeux.

« Nous avions à l’origine une équipe de six personnes, mais deux d’entre elles se sont rendues aux championnats du monde en Thaïlande, et une n’a pu participer en raison de la COVID », a déclaré Moshe Kraiem, membre de l’équipe américaine.

Pour s’assurer qu’il y ait un nombre suffisant d’athlètes, la délégation israélienne a envoyé ses propres joueurs pour rejoindre l’équipe américaine, ce qui a permis de maintenir la compétition.

L’épreuve de handibasket des Maccabiades a connu une brève heure de gloire aux Etats-Unis le mois dernier après la diffusion, par ESPN, d’un tir à trois points de dernière minute d’Alon Dorron, un joueur israélien de l’équipe américaine combinée.

Le tournoi a donné à l’entraîneur de l’équipe américaine, Michael Rosenkrantz, l’occasion de se rendre en Israël pour la première fois de sa vie. Bien que sa capacité à entraîner l’équipe pendant son séjour en Israël ait été entravée par sa contraction de la COVID, il a pu se rendre à tous les matchs après avoir été « libéré ».

« Nous ne devions avoir qu’un seul entraînement en réalité », a-t-il déclaré. « J’avais la COVID donc je n’ai même pas pu y assister, ce qui a porté préjudice à la bonne cohésion de l’équipe. »

Rosenkrantz maintient qu’une préparation supplémentaire aurait permis d’améliorer leur performance lors des finales.

Rosenkrantz a commencé à pratiquer le basket en fauteuil roulant alors qu’il travaillait comme volontaire en Inde, où il était entraîneur de basket au YMCA de New Delhi. Deux ans après le début de sa mission, il a rencontré des membres d’un groupe appelé Wheelchair Athletes Worldwide lors d’un bref voyage aux États-Unis.

« Leur mission était d’apporter des fauteuils roulants de sport dans différents pays et d’y réaliser des projets. J’ai dit : « Vous devez absolument venir en Inde ». C’est ainsi qu’ils sont venus en novembre 2011 et que nous avons organisé deux ateliers ‘basket-ball en fauteuil roulant' », a déclaré Rosenkrantz. En 2012, il s’est rendu au Népal pour y dispenser des entraînements.

L’équipe américaine de basket en fauteuil roulant, composée d’athlètes américains, israéliens et britanniques, pose pour une photo de groupe après un match aux Maccabiades en juillet 2022. (Crédit : Avec l’aimable autorisation)

Rosenkrantz a découvert les Maccabiades grâce à son implication dans la National Wheelchair Basketball Association alors qu’il était entraîneur aux États-Unis. L’organisation s’est mise à la recherche de joueurs juifs de basket en fauteuil roulant pour les 21e Maccabiades. Il a postulé pour entraîner l’équipe et a été accepté.

« Il n’y a aucune raison pour que les Maccabiades ne puissent pas avoir plus d’équipes adaptées », a déclaré Rosenkrantz. « Je pense qu’il est vraiment important que cela se démocratise pour les Maccabiades. Je sais qu’il y a des athlètes juifs handicapés, 10 à 15% de la population du pays sont des personnes handicapées, la question est de trouver ces athlètes. »

Seth Goldberg, le capitaine de l’équipe américaine, a estimé que les Maccabiades ont bien respecté le basket-ball en fauteuil roulant en tant que sport. Cette discipline fait partie de la compétition générale, ce n’est pas un événement à part. La médaille d’or de l’équipe israélienne compte dans le décompte général de la délégation.

« Les Maccabiades sont une organisation inclusive et diversifiée », a déclaré Goldberg, qui joue au handibasket depuis l’âge de 10 ans.

L’équipe israélienne de basket-ball en fauteuil roulant se rassemble en cercle après avoir remporté l’or en finale de la compétition des Maccabiades de cette année au YMCA international de Jérusalem, le 21 juillet 2022. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)

« Chez nous, il y a les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques, qui sont deux compétitions distinctes. Ce qui est vraiment unique avec les Maccabiades, c’est que les athlètes valides et paralympiques participent à la même compétition. »

Bien que Goldberg soit satisfait de l’organisation des jeux, tous les joueurs ne pensent pas que les Maccabiades rendent justice à ce sport.

« En gros, nous n’avons fait que jouer contre nous-mêmes ce qui s’est avéré décevant », a déclaré Amit Vigoda, membre de l’équipe israélienne et meilleur joueur (MVP) de la saison. « Mais, vous savez, en fin de compte, il n’y a vraiment pas beaucoup de personnes handicapées de confession juive dans le monde. »

À l’âge de 11 ans, Vigoda a été amputé d’une jambe sous le genou en raison d’un problème orthopédique qui provoquait des fractures continuelles de sa jambe. Il n’utilise pas de fauteuil roulant dans sa vie quotidienne, mais s’en sert magistralement sur le terrain, presque comme une extension de son propre corps.

L’athlète israélien Amit Vigoda tient une médaille d’or et les prix MVP après la compétition de basket-ball en fauteuil roulant des Maccabiades, le 21 juillet 2022. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)

Ces deux dernières années, Vigoda, aujourd’hui âgé de 20 ans, a joué au basket en fauteuil roulant à l’étranger. Après avoir joué pendant un an pour l’université du Texas à Arlington, il est parti en Allemagne pour jouer pour Hannover United.

« Avant de me mettre au basket, je pensais qu’un fauteuil roulant vous faisait paraître plus handicapé, mais il s’avère que c’est devenu un outil qui me permet de participer à mon sport de prédilection », a déclaré Vigoda. « Tout comme un skieur a besoin de skis, j’ai besoin de mon fauteuil roulant. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...