Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Malmö : Début de l’Eurovision à l’ombre de manifestations et de menaces anti-Israël

Eden Golan interprétera « Hurricane » lors de la 2e demi-finale du concours jeudi ; état d'alerte élevé : la police fait appel à des renforts danois et norvégiens armés de mitraillettes

L'Israélienne Eden Golan (au centre) lors de la répétition de sa chanson "Hurricane" avant l'Eurovision, à Malmö, en Suède, le 30 avril 2024. (Crédit : Sarah Louise Bennett/EBU)
L'Israélienne Eden Golan (au centre) lors de la répétition de sa chanson "Hurricane" avant l'Eurovision, à Malmö, en Suède, le 30 avril 2024. (Crédit : Sarah Louise Bennett/EBU)

Le coup d’envoi de l’Eurovision 2024 sera donné mardi soir à Malmö, en Suède. Le concours annuel de la chanson sera fortement assombri par des manifestations contre la participation d’Israël et par une forte présence des services de sécurité en raison d’une série de menaces.

La chanteuse israélienne Eden Golan ne se produira pas avant la deuxième demi-finale de jeudi, mais les organisateurs seront très vigilants en cas de perturbations lors de la première demi-finale en direct, qui aura lieu ce mardi, et des milliers de personnes devraient participer à des rassemblements anti-Israël à Malmö tout au long de la semaine.

Golan est accompagnée à Malmö par un important dispositif de sécurité et ne participera pas à la plupart des événements de la semaine, à l’exception des spectacles en direct et des répétitions. La semaine dernière, Israël a relevé son avertissement de voyage pour la ville du sud de la Suède, citant « une crainte fondée » que des terroristes prennent pour cible des Israéliens participant à la compétition. Golan et le reste de la délégation israélienne n’ont pas participé à la cérémonie d’ouverture sur le « Tapis turquoise » dimanche soir, mais ont tenu une petite cérémonie à l’occasion de Yom HaShoah – le Jour de commémoration de la Shoah.

La police suédoise a considérablement renforcé la sécurité à Malmö, notamment en faisant venir des renforts du Danemark et de la Norvège voisins, qui devraient être lourdement armés de mitraillettes. La sécurité sera renforcée à l’entrée de toutes les manifestations officielles et il sera interdit aux participants d’entrer avec des sacs, une politique mise en place lors des grandes manifestations en Suède depuis le mois de novembre.

Les manifestations seront étroitement contrôlées et, par précaution, les cellules des prisons ont été vidées et les détenus envoyés ailleurs en Suède pour faire de la place en cas d’augmentation du nombre d’arrestations. La police de Malmö a déclaré au Times of Israel qu’aucune manifestation ne sera autorisée dans la zone entourant l’arène de l’Eurovision.

Comme chaque année, les drapeaux des pays qui ne sont pas représentés au concours de l’Eurovision sont interdits dans le public des spectacles en direct, y compris le drapeau palestinien, ce qui a suscité l’ire des activistes en particulier cette année. La semaine dernière, l’Union européenne de radio-télévision (UER), qui organise le concours, a réaffirmé qu’elle confisquerait tout drapeau palestinien ou symbole de protestation lors du spectacle.

La scène de la Malmo Arena pour le 68ème Concours Eurovision, avant le concours, à Malmö, en Suède, en mai 2024. (Credit : Peppe_Andersson/SVT)

Le chanteur suédois Eric Saade, qui fera partie des artistes se produisant en première partie de la première demi-finale de l’Eurovision mardi soir, s’est prononcé cette semaine contre l’interdiction du drapeau palestinien, tout en défendant sa participation. Saade, dont le père est palestinien, a qualifié l’UER de « honteuse » et l’a accusée de diffuser de la « propagande israélienne », ajoutant « qu’il est plus crucial que jamais pour moi d’être présent sur cette scène ». On ne sait pas si Saade tentera d’utiliser son temps de présence sur scène pour partager un message politique.

Lors de l’Eurovision 2019 organisée à Tel Aviv, le groupe islandais Hatari a enfreint les règles en affichant le drapeau palestinien pendant la phase de dépouillement des votes de la grande finale en direct ; le radiodiffuseur public islandais s’est vu infliger une amende de 5 000 euros.

La même année, Madonna, qui s’est produite lors de l’entracte, a également enfreint le règlement en demandant à deux de ses danseurs de se produire en portant des drapeaux israélien et palestinien sur le dos. L’UER a exprimé sa désapprobation mais n’a pas pris d’autres mesures.

Un « ouragan » sur scène

Les activistes anti-Israël se sont mobilisés pendant des mois pour qu’Israël soit exclu du concours de 2024, ce que l’UER a rejeté, et pour que d’autres pays se retirent en signe de protestation contre la participation d’Israël, ce qui n’a pas non plus abouti. Si Golan a fait l’objet de la plupart des harcèlements en ligne, d’autres participants à l’Eurovision ont été la cible d’activistes mécontents de ne pas avoir été exclus du concours.

Jeudi, Golan interprétera « Hurricane », une ballade en anglais dont les paroles évoquent la douleur et les conflits en Israël après le 7 octobre. La chanson a été approuvée par l’UER après qu’elle eut rejeté une version antérieure, intitulée « October Rain », jugée d’être trop politique. La chaîne publique israélienne Kann avait initialement déclaré qu’elle refuserait de retravailler la chanson, mais a ensuite capitulé, en partie après l’intervention du président Isaac Herzog.

Dans un entretien accordé à l’AFP la semaine dernière, Golan a déclaré que « Hurricane » fonctionnait à plusieurs niveaux et qu’il s’agissait essentiellement d’une femme qui traversait une crise personnelle.

« Toute personne qui l’écoute peut s’identifier à la chanson à son niveau », a-t-elle déclaré. « Notre peuple, notre pays, s’y rattache à un niveau émotionnel très différent, plus profond, en raison de la tragédie que nous avons vécue. »

S’adressant à Kann vendredi, Golan a déclaré qu’elle se sentait investie d’une mission en participant au concours.

« Cette année, ce n’est pas seulement un autre Eurovision, ce n’est pas seulement une autre chanson, c’est bien plus que cela », a-t-elle déclaré. « C’est une mission, c’est aussi pour montrer que nous sommes là, pour montrer notre voix – c’est tellement plus que de chanter une chanson sur scène. »

Compte tenu du niveau élevé de surveillance et de tension, il semble peu probable que Golan tente de faire une déclaration sur scène au-delà du message envoyé par la chanson – tous les candidats n’ayant pas le droit de faire des déclarations politiques pendant le concours. Les photos des répétitions de Golan sur scène ne la montrent pas portant le pin’s jaune des otages qu’elle arbore souvent.

Une deuxième Israélienne

Golan ne sera pas la seule Israélienne à participer à l’Eurovision cette année : Tali Golergant, qui représente le Luxembourg, est née en Israël et a grandi au Chili, en Argentine et dans le petit pays européen, qui revient au concours de la chanson cette année après 30 ans d’absence.

Tali Golergant répétant sa chanson « Fighter » pour l’Eurovision, au Malmo Arena à Malmo, en Suède, le 1er mai 2024. (Credit : Alma Bengtsson/EBU)

Golergant s’est efforcée de rester à l’écart de la controverse entourant Israël et la guerre en cours contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, bien qu’elle ait indiqué dans une interview accordée au Times of Israel le mois dernier qu’elle avait « aussi fait l’objet de beaucoup de haine, ce qui est regrettable, car c’est un concours consacré à la musique et à la fraternité ».

« L’antisémitisme, je l’ai toujours connu, partout dans le monde », a expliqué Golergant. « En tant qu’artiste, vous devez être conscient que, quoi qu’il arrive, vous serez toujours critiqué, pour votre corps, votre voix, votre apparence, votre nationalité, ce que vous dites lors d’une interview – vous serez toujours critiqué ».

Dans un message sur Instagram avant Pessah, Golergant a écrit que « mon cœur va à tous ceux qui n’ont pas été libres de prendre leur dîner de seder avec leurs familles hier soir comme je l’ai fait hier », partageant un ruban jaune, qui est devenu un symbole des otages détenus par le Hamas. « Je continuerai à prier pour le retour de tous les otages sains et saufs et à prier pour un monde avec plus d’empathie, d’amour, d’unité et de paix. »

Prendre la mesure des chances

Au milieu de toutes les préoccupations politiques et sécuritaires, il y a aussi un concours de musique qui se déroule. Il n’y a pratiquement aucune chance qu’Israël gagne, et pas seulement pour des raisons géopolitiques. Selon les pronostics souvent fiables, la Croatie, avec « Rim Tim Tagi Dim » de Baby Lasagna, ou la Suisse, avec « The Code » de Nemo, remporteraient la première place, tandis que l’excentrique et entraînant « Europapa » de Joost Klein, des Pays-Bas, serait le grand favori des fans en ligne.

Israël est actuellement classé 8e dans les cotes de paris sur les 37 pays participants, mais malgré sa position élevée, Golan pourrait encore avoir à se battre pour se qualifier pour la grande finale de samedi soir. Contrairement à la finale, il n’y a pas de vote du jury lors des demi-finales, mais seulement des votes télévisés du public, et il est difficile de prédire quel poids les votants accorderont à la politique et où se situent leurs sympathies.

Bon nombre des fans les plus acharnés de l’Eurovision rejettent toute injection de politique dans le concours, et Golan a reçu des éloges pour sa voix puissante et l’émotion de la chanson. Dans son récapitulatif des 37 candidatures, la BBC a déclaré que « Hurricane » était la « meilleure des ballades » de cette année, la qualifiant de « ballade au piano émouvante ».

Golan n’a pas participé aux nombreuses manifestations organisées dans d’autres pays avant le concours de l’Eurovision. La plupart des sites d’information et des blogs de fans de l’Eurovision ont considérablement réduit leur couverture de la participation d’Israël cette année, ignorant largement Golan tout en concentrant leur attention sur les autres candidats.

Golan, âgée de 20 ans et originaire d’Israël, a vécu en Russie avec sa famille pendant plus de dix ans lorsqu’elle était enfant. Elle a été choisie pour représenter Israël en remportant la saison de cette année de « Hakochav Haba » (La Nouvelle Star).

L’année dernière, Israël a rompu avec la tradition et a envoyé une pop star déjà bien établie, Noa Kirel, au concours, qui a obtenu une impressionnante troisième place avec sa chanson « Unicorn ».

La victoire la plus récente d’Israël remonte à 2018, lorsque Netta Barzilaï a remporté la première place avec « Toy », ce qui a conduit à l’organisation du concours 2019 à Tel Aviv. Israël a également gagné en 1998 avec « Diva » de Dana International, en 1979 avec « Hallelujah » de Milk and Honey et en 1978 avec « A-Ba-Ni-Bi » d’Izhar Cohen.

Israël participe au concours Eurovision de la chanson depuis 1973, l’ayant remporté quatre fois et l’ayant ignoré trois fois lorsqu’il coïncidait avec Yom HaShoah – le Jour de la commémoration de la Shoah – ou avec Yom HaZikaron – le Jour du Souvenir.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.