Manifestations : L’attaquant présumé à la voiture-bélier inapte à être jugé
Rechercher

Manifestations : L’attaquant présumé à la voiture-bélier inapte à être jugé

Des images auraient montré l'homme, d'une vingtaine d'années, affichant un comportement instable dans sa voiture, à Jérusalem, avant d'approcher les manifestants anti-Netanyahu

La police arrête un homme soupçonné d'avoir projeté sa voiture vers des manifestants pendant un rassemblement contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux abords de sa résidence officielle de Jérusalem, le 20 septembre 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La police arrête un homme soupçonné d'avoir projeté sa voiture vers des manifestants pendant un rassemblement contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux abords de sa résidence officielle de Jérusalem, le 20 septembre 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le conducteur d’une voiture qui avait accéléré en direction de manifestants anti-Netanyahu, le mois dernier à Jérusalem, a été considéré lors d’une expertise comme étant inapte à être jugé.

Un tribunal a accepté le rapport psychiatrique concernant cet homme d’une vingtaine d’années qui avait été inculpé, il y deux semaines, pour cet incident survenu aux abords de la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu en date du 20 septembre.

Il a été acquitté.

Aucun manifestant n’avait été blessé.

La Treizième chaîne a fait savoir que de nouvelles images obtenues à partir de dizaines de caméras de sécurité de toute la ville avaient révélé que le conducteur avait adopté un comportement instable pendant toute la soirée.

Des agents de police israéliens fouillent une voiture après qu’un homme a projeté son véhicule vers les barrières de sécurité établies sur le site d’une manifestation anti-gouvernementale, devant la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 20 septembre 2020. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

Avant d’arriver à proximité de la résidence du Premier ministre, l’homme s’était arrêté sur une artère majeure de la capitale avant de sortir de sa voiture et d’en faire le tour à de multiples reprises, évitant de peu de se faire percuter par les autres véhicules. Ailleurs, il avait changé de voie de circulation et fait demi-tour au milieu de la route avant de brûler un feu rouge.

Itamar Ben Gvir, activiste de droite connu pour représenter des extrémistes juifs, a salué la décision prise par les juges.

« Depuis son arrestation, je n’arrête pas de dire que cet homme n’est pas responsable de ses actions. Et aujourd’hui, nous avons une décision judiciaire qui va dans ce sens et je me réjouis que le bon sens ait prévalu », a-t-il déclaré.

Une vidéo postée sur les réseaux sociaux suite à l’incident avait montré une Mini Cooper blanche s’arrêtant dans un crissement de pneus à seulement quelques mètres de la zone de la manifestation alors que les agents ordonnaient à l’homme de stopper, certains ayant sorti leur arme.

Le suspect avait dit aux enquêteurs qu’il allait « voir Netanyahu pour lui expliquer le coronavirus », avait indiqué la Douzième chaîne. Il avait également nié avoir voulu s’en prendre aux manifestants après avoir initialement refusé de coopérer avec les enquêteurs, selon la chaine.

S’exprimant plus tard, avant d’entrer dans la salle du tribunal, l’homme avait semblé justifier ses actions avec une théorie du complot comme alibi.

« Je suis soupçonné d’une attaque à la voiture-bélier. La voiture n’a pas de freins. Ce n’est pas ma faute mais celle d’un homme très haut-placé », avait-il dit, des propos rapportés par la chaîne Kan.

Les agents de police fouillent la voiture d’un homme qui avait accéléré vers les policiers et les manifestants pendant un mouvement de protestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux abords de sa résidence officielle de Jérusalem, le 20 septembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Cet incident avait eu lieu alors que plusieurs milliers de personnes s’étaient rassemblées pour un rassemblement réclamant la démission du Premier ministre aux abords de sa résidence officielle de Jérusalem.

Une autre attaque présumée à la voiture-bélier contre des manifestants anti-Netanyahu aurait eu lieu à Tel Aviv, le 2 octobre. Alors que près de 3 000 personnes s’étaient réunies sur la place Habima, une voiture s’était arrêtée avant d’accélérer en direction d’un groupe de manifestants qui se tenaient au milieu d’une route, à proximité du site de la manifestation, avant d’accélérer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...