Rechercher

Merav Michaeli : La gare routière du sud de Tel Aviv sera fermée d’ici 2024

Les bus seront détournés vers d'autres stations de la ville ; les locaux souffrent depuis longtemps de la pollution et des nuisances sonores

Migrants africains dans le quartier de la gare routière centrale de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Zuzana Janku/Flash90)
Migrants africains dans le quartier de la gare routière centrale de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Zuzana Janku/Flash90)

L’énorme gare routière du sud de Tel Aviv, qualifiée d’horreur entraînant de fortes nuisances publiques depuis son ouverture, il y a presque trente ans, va être fermée, a annoncé mardi la ministre des Transports Merav Michaeli.

Ce terminal des bus de sept étages, qui comprend également un centre commercial et un sanctuaire – très involontaire – de chauve-souris, installé comme une enclume sur un terrain massif de plus d’un hectare à l’angle sud de la ville, sera fermé d’ici la fin 2023 ou le début de l’année 2024.

Dans les décennies qui ont suivi son ouverture en 1933, les résidents du sud de Tel Aviv ont réclamé avec vigueur que le bâtiment soit fermé en raison de la forte pollution et des nuisances sonores occasionnées.

La majorité des voyageurs qui transitent via cette gare routière considèrent, pour leur part, que l’endroit est sale, que ce dédale nauséabond est compliqué à arpenter et qu’il n’est guère plaisant de s’y attarder.

Quand Michaeli a pris son poste, il y a quelques mois, le personnel du ministère a intensifié ses efforts à sa demande pour conclure les accords nécessaires à la fermeture de la gare routière – « qui est une horreur pour les résidents du sud de Tel Aviv », a précisé un communiqué de son bureau.

Dans le cadre de ces accords conclus entre le ministère des Transports, la municipalité de Tel Aviv-Jaffa et les ministères des Finances du Logement – interviennent également l’Autorité des terres israéliennes et la Nitsba Real Estate Company – les bus seront détournés vers d’autres zones de la ville en lieu et place de la gare routière.

Le ministère des Transports n’a pas donné de date exacte pour cette fermeture.

La ministre des Transports Merav Michaeli lors d’une réunion de faction du parti Travailliste à la Knesset, le 4 octobre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Ce n’est pas pour demain matin mais cette horreur, qui est un accident environnemental, sanitaire et de transport, va être éliminée. Merci à tous ceux qui ont travaillé dur dans cet objectif justifié ».

« Dans un proche avenir, nous aurons des sites alternatifs, un plus grand nombre de bus électriques, de meilleurs services et moins de gare routière de Tel Aviv et moins de pollution provenant de ce site », a noté Michaeli dans une déclaration.

Elle n’a pas spécifié si le bâtiment serait rasé, si un autre serait construit à la place là-bas ou dans un autre endroit de la ville.

Les architectes ont fait savoir que le béton massif du bâtiment serait presque impossible à démolir et qu’une démolition entraînerait un revêtement de poussière si épais qu’il pourrait étouffer tout Tel Aviv pendant des semaines.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...