Mexique : Un groupe de danse juif fait fi du virus et se produit en ligne
Rechercher

Mexique : Un groupe de danse juif fait fi du virus et se produit en ligne

Les danseurs et les musiciens de Anajnu Veatem ont enregistré leurs morceaux depuis chez eux, après l'annulation du festival où ils devaient présenter leur chorégraphie

Le groupe de danse juif mexicain Anajnu Veatem se produit dans une vidéo collectives diffusées en ligne (Capture d'écran YouTube)
Le groupe de danse juif mexicain Anajnu Veatem se produit dans une vidéo collectives diffusées en ligne (Capture d'écran YouTube)

RIO DE JANEIRO, Brésil – Le principal groupe de danse folklorique israélien du Mexique a attiré des milliers de vues en ligne en partageant une chorégraphie qu’il devait présenter en avant-première lors d’un festival régional traditionnel annulé pour cause de coronavirus.

Chaque danseur en quarantaine de la troupe Anajnu Veatem – « Nous et vous » en hébreu – et plusieurs musiciens ont été enregistrés depuis leur domicile au Mexique, en Israël et au Costa Rica. Diffusée samedi sur YouTube, la vidéo de près de 10 minutes présente la chorégraphie qui était prévue pour la 47e édition du Festival Aviv.

Ce festival, qui est l’un des principaux événements d’Amérique latine visant à mettre en valeur le folklore israélien, devait se tenir du 21 au 29 mars à Mexico. Cependant, en raison de la pandémie de coronavirus, il a été annulé comme tous les autres événements du pays, qui abrite une communauté juive forte de 50 000 personnes.

« Nous tous qui constituons Anajnu Veatem, connectés et unis par une idée, voulons publier notre dernière œuvre scénique. Depuis nos foyers respectifs, nous nous tenons par la main pour vibrer à distance », peut-on lire dans le message d’ouverture de la vidéo, en espagnol et en anglais.

Les participants se sont produits sur des écrans, incluant des répétitions et des apparitions individuelles. Certaines des chansons israéliennes les plus populaires sont jouées, notamment « Hora », « Chai », « Kan », « Am Israel Chai », « Hurshat HaEucalyptus », « Shir LaShalom » et « Adama VeShamayim ».

« Pour être unis, il n’est pas nécessaire de partager l’espace : grâce à la technologie, aux médias numériques et, surtout, à la bonne volonté de ceux qui pensent que les crises sont aussi des opportunités, du talent, de l’inspiration et de la fraternité », a rapporté le site internet Enlace Judio.

Intitulée « Zemer HaAm » – ou « Musique du peuple » – la chorégraphie raconte l’histoire du peuple juif à partir de sa musique.

« Je voulais faire l’histoire de notre peuple, d’Israël, à travers sa musique, qui est un thème qui unit toute la diaspora avec Israël d’une manière incroyable », a déclaré l’ex-danseur et chorégraphe invité Federico Borenstein.

L’élaboration de la chorégraphie a nécessité environ six mois et la synchronisation des musiciens et du grand groupe de danseurs a pris quelques semaines supplémentaires, selon le portail d’information.

« Pour y parvenir, nous avons donné des instructions sur la façon d’enregistrer aux enfants, qui les ont suivis précisément parce qu’ils aiment danser, cela les fascine », a déclaré le producteur Guillermo Treitsman.

Des danseurs du groupe mexicain Anajnu Veatem. (Crédit : Facebook)

Créé en 1971, Anajnu Veatem est considéré comme le plus ancien groupe de danse folklorique israélien en Amérique latine. En Argentine, au Brésil et au Mexique, les trois plus grandes communautés juives de la région, la danse folklorique israélienne – également connue sous le nom hébreu de rikoudei am – fait partie de l’éducation juive et est enseignée dans la plupart des écoles et des mouvements de jeunesse juifs.

Les autorités sanitaires du Mexique ont demandé aux gens de rester chez eux pour éviter que l’épidémie ne s’accélère et que les services de santé ne soient saturés.

« C’est notre dernière chance », a déclaré Hugo Lopez Gatell, sous-secrétaire à la santé, dans la nuit du 28 mars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...