Microsoft et Tata montent un groupe pour investir dans l’IoT israélien
Rechercher

Microsoft et Tata montent un groupe pour investir dans l’IoT israélien

Le consortium inclut également une branche de HNA, GE Ventures, l’université de Tel Aviv et Pitango

Le bâtiment de Microsoft à Mountain View, en Californie (Crédit : Image via Shutterstock)
Le bâtiment de Microsoft à Mountain View, en Californie (Crédit : Image via Shutterstock)

Le géant Microsoft Ventures, une branche de HNA de la Chine, Tata de l’Inde, GE Ventures et Qualcomm Ventures se joindront à l’université de Tel Aviv et à Pitango Venture Capital d’Israël pour mettre en place un nouveau fonds de 20 millions de dollars pour investir dans les start-ups israéliennes qui développent l’Internet des Choses (IoT), a annoncé l’université.

Le nouveau consortium s’appellera Israel IoT Innovations – i3 Equity Partners (« i3 »). Il a été mis en place par les cinq sociétés avec Pitango et l’université de Tel Aviv, via sa société de transfert de technologie RAMOT.

L’objectif est d’investir dans des entreprises israéliennes en stade préliminaire et pour les aider à se développer en entité qui joue sur la scène mondiale, a indiqué le communiqué.

Tirer parti du savoir-faire de l’industrie technologique israélienne aidera également les membres du consortium à développer leurs activités en IoT, qui rentre déjà et qui change de nombreux domaines de la vie humaine, selon la déclaration.

La nouvelle initiative « sera le premier arrêt pour les start-ups liées à l’IOT qui cherchent à accéder aux principaux acteurs mondiaux de l’espace IoT», a déclaré Noga Kap, un partenaire de gestion i3.

« Grâce à notre réseau unique et exclusif, nous allons chercher des entrepreneurs qui s’adaptent aux marchés changeants du domaine de l’IoT et créent des produits qui comptent. En tirant parti de l’expérience stratégique de nos partenaires et des liens étroits avec l’industrie de l’IOT, nous fournirons à nos sociétés de portefeuille les ressources dont elles ont besoin pour créer de grandes entreprises ».

Le campus de l'université de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Andrew Tobin)
Le campus de l’université de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Andrew Tobin)

La collaboration i3 prévoit de financer trois à cinq entreprises des starts-ups à fort potentiel au stade d’amorçage et de démarrage chaque année, avec un investissement financier allant jusqu’à 1 million de dollars chacune.

Certaines entreprises bénéficieront également de la technologie, des outils, du mentorat, du développement des affaires et d’autres services, indique le communiqué.

Les entreprises bénéficieront également du soutien des sociétés multinationales pour la validation technologique, la conception, la preuve de concept, les investissements ultérieurs et, finalement, l’achat des technologies matures et leur distribution sur des marchés à fort potentiel, y compris la Chine et l’Inde.

L’entreprise i3 sera située à l’université de Tel Aviv, permettant ainsi aux start-ups d’être proches du campus avec ses multiples centres de recherche et de service.

L’industrie de l’Internet des choses – qui fait pénétrer la connectivité et les logiciels dans les objets et les appareils électroménagers – devrait bénéficier de près de 3,7 milliards de dollars d’investissement dans le monde cette année, a annoncé la société de données new-yorkaise CB Insights dans un rapport publié au mois d’octobre.

En 2015, Les investisseurs institutionnels ainsi que les fonds de capital-risque ont investi de l’argent dans des start-ups, GE Ventures étant parmi les premiers investisseurs dans ce domaine.

HNA Eco-Tech, une filiale de l’entreprise chinoise HNA, est un groupe de holding dans le domaine de la haute technologie qui se spécialise dans les nuages, les grandes données et les technologies de l’IoT. L’Indien Tata est une entreprise multinationale mondiale regroupant plus de 100 entreprises.

« Cette collaboration unique de quelques-unes des plus grandes sociétés du monde avec l’institution académique en Israël et le plus grand fonds de capital-risque est un témoignage de leur confiance dans la capacité des entrepreneurs israéliens à trouver la prochaine grande chose qui va transformer notre monde », a déclaré le président de l’i3, Shlomo Nimrodi, qui est également le PDG de RAMOT.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...