« Mort aux Arabes » tagué sur des voitures dans un village palestinien
Rechercher

« Mort aux Arabes » tagué sur des voitures dans un village palestinien

Les slogans en hébreu découverts dans Jit incluent un hommage à un extrémiste emprisonné qui avait incendié une école judéo-arabe à Jérusalem

Une voiture vandalisée dans le village de Jit, en Cisjordanie, avec la phrase en hébreu "Mort aux Arabes", le 13 février 2018. (Rabbis for Human Rights)
Une voiture vandalisée dans le village de Jit, en Cisjordanie, avec la phrase en hébreu "Mort aux Arabes", le 13 février 2018. (Rabbis for Human Rights)

Des graffitis racistes anti-arabes ont été tagués sur des voitures dans le village palestinien de Jit, en Cisjordanie, lundi soir, et des vandales ont crevé les pneus de certains véhicules.

Six véhicules ont été endommagés lors de l’attaque, dont trois ont eu les pneus crevés, a déclaré la police dans un communiqué.

Parmi les slogans en hébreu découverts figuraient « Mort aux Arabes » et « Transfert immédiat », une référence à la volonté d’extrême droite d’expulser tous les Palestiniens vers des pays étrangers.

Un autre disait « Hommage à Yitzhak Gabai », un extrémiste juif d’extrême droite emprisonné pour avoir incendié une école judéo-arabe à Jérusalem.

Gabai, 22 ans à l’époque, et les frères Nahman et Shlomo Twitto, ont été reconnus coupables en septembre 2015 par le tribunal de district de Jérusalem d’avoir mis le feu à l’école « Max Rayne Hand in Hand » de Jérusalem et d’avoir peint à la bombe sur les murs de l’école des messages tels que « Il n’ y a pas de coexistence avec le cancer »; « Mort aux Arabes »; et « Kahane avait raison », une référence au défunt rabbin Meir Kahane, mentor du mouvement ultra-nationaliste juif.

Des équipes scientifiques sont arrivées sur les lieux pour collecter des preuves et une enquête a été ouverte, selon la police.

Zacharia Sadeh, militant pour l’organisation « Rabbins pour les droits de l’homme » [Rabbis for Human Rights], et résident dans le village, a déclaré au Times of Israel que l’incident de lundi soir aurait pu être bien pire et a demandé aux forces de sécurité israéliennes de faire davantage pour traduire les auteurs en justice.

Une voiture vandalisée dans le village de Jit, en Cisjordanie, avec la phrase en hébreu « Hommage à Yitzhak Gabai », le 13 février 2018. (Rabbis for Human Rights)

Il s’agit du deuxième incident de ce type signalé en deux jours, après que, lundi matin, plusieurs voitures ont été également vandalisées dans le quartier de Silwan, à Jérusalem-Est.

La police a ouvert une enquête après que des vandales ont crevé des pneus et tagué des graffitis sur les véhicules du quartier arabe.

Les slogans en hébreu tagués sur les véhicules et les murs comprenaient les phrases « Prix à payer » et « Salutations d’Itamar » – une référence apparente au rabbin Itamar Ben-Gal, 29 ans, qui a été poignardé à mort près de l’implantation d’Ariel plus tôt ce mois-ci.

Yitzhak Gabai, un membre de l’organisation d’extrême droite Lehava à la cour de district de Jérusalem, le 1er décembre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le mois dernier, des Israéliens ont été filmés lançant des pierres dans les villages palestiniens de Farata et Jit dans les heures qui ont suivi les funérailles d’un Israélien résident des implantations tué par un terroriste palestinien. Plusieurs maisons ont subi des dommages importants.

Raziel Shevach, un père de six enfants, âgé de 35 ans, rentrait chez lui le 9 janvier lorsqu’il a été tué lors d’une fusillade en voiture à l’extérieur de l’avant-poste de Havat Gilad où il vivait. Ahmad Nassar Jarrar, le chef présumé du groupe terroriste responsable de la fusillade, a été tué la semaine dernière dans le cadre d’une opération de Tsahal.

Le Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...