Naftali Bennett est devenu un faiseur de roi, mais y aura-t-il un couronnement ?
Rechercher
Analyse

Naftali Bennett est devenu un faiseur de roi, mais y aura-t-il un couronnement ?

Le chef de Yamina joue les difficiles dans les négociations de coalition. Veut-il jouer un rôle influent dans un gouvernement Netanyahu, ou fait-il son possible pour le torpiller ?

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, arrive pour une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à sa résidence officielle à Jérusalem, le 8 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, arrive pour une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à sa résidence officielle à Jérusalem, le 8 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Ce fut une annonce théâtrale, comme le veut la tradition.

« Je l’ai dit (au Premier ministre Benjamin) Netanyahu et je le dis ici aussi – le Likud peut compter sur les voix du parti Yamina pour soutenir la formation d’un gouvernement de droite », a déclaré Naftali Bennett lundi après-midi devant les caméras.

Nous y voilà. Après une longue et éprouvante campagne électorale au cours de laquelle il a refusé de s’engager dans le camp pro-Netanyahu ou dans le camp anti-Netanyahu, le leader de Yamina, Naftali Bennett, a finalement fait son choix.

Son parti soutiendrait une coalition dirigée par le Likud, ce qui porterait le soutien parlementaire de Netanyahu – actuellement composé du Likud, du Shas, du Parti sioniste religieux et de Yamina – à 59 sièges. Il n’en manque que deux pour obtenir la majorité à la Knesset, ce qui permettrait à Netanyahu de sortir le pays du cauchemar d’élections à répétition qui dure depuis deux ans.

Pourquoi, alors, Netanyahu ne semble-t-il pas convaincu des bonnes intentions de Bennett ? Pourquoi le leader du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich continue-t-il à insister sur le fait que Bennett a l’intention de former un gouvernement avec Yair Lapid et la gauche politique ?

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 12 avril 2021, avant une réunion avec le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La réponse nous permet de reconstituer une image de ce moment politique et révèle beaucoup de choses sur l’étrange nouvelle normalité de la politique israélienne.

Des plans bien ficelés

Bennett dirige une petite faction qui ne compte que sept sièges. Mais l’impasse politique l’a placé au cœur des querelles de coalition des deux côtés. Il n’est pas exactement le « faiseur de roi », dans le sens où son soutien n’est pas suffisant pour permettre à l’un ou l’autre camp de l’emporter. Mais il est le partenaire indispensable dont Netanyahu et Lapid ont besoin s’ils veulent avoir un espoir de former une coalition.

C’est pourquoi les deux camps ont passé la semaine dernière à lui promettre la lune.

Le Likud aurait proposé à Bennett un accord de rotation qui verrait Netanyahu occuper le poste de Premier ministre pendant les deux premières années et Bennett pendant les deux suivantes.

Si l’idée a effectivement été lancée – des sources fiables disent qu’elle l’a été, le Likud le nie – ce n’était pas une offre sérieuse. Netanyahu est maintenant à la tête du 35e gouvernement israélien en 73 ans ; les gouvernements israéliens ne durent que deux ans en moyenne. Bennett ne fait pas non plus confiance à Netanyahu pour honorer un quelconque accord. Le Premier ministre travaille même actuellement à torpiller l’accord de rotation toujours en vigueur qu’il a signé avec Benny Gantz.

Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, arrive pour une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 13 avril 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Bennett aurait répondu à l’offre du Likud par la sienne : Netanyahu obtiendrait la première année, puis Bennett serait Premier ministre pendant deux ans, puis Netanyahu reviendrait au poste de Premier ministre pour la dernière année du gouvernement. C’est une offre aussi peu sérieuse que celle de Netanyahu – et un message qui clarifie la méfiance de Bennett en plaçant la seconde moitié du demi-mandat de Netanyahu après Bennett.

Pour les partisans de Netanyahu, les deux offres sont exaspérantes. Netanyahu dirige une faction de 30 sièges. Bennett n’en a que sept.

Mais pour Bennett aussi, les offres ne viennent pas sans embûches. Il a mené sa campagne en partant du principe que les politiques de Netanyahu avaient échoué et qu’il fallait le remplacer. Bennett ne peut pas se présenter à nouveau devant l’électorat – peut-être très bientôt – s’il semble trop désireux de se précipiter dans un autre gouvernement Netanyahu. Avec ou sans accord de rotation, Bennett doit obtenir de Netanyahu des concessions importantes sur les ministères et l’influence politique.

Effets d’entraînement

Des sources proches du leader du Shas, Aryeh Deri, ont déclaré en début de semaine que toute rotation avec Bennett devrait devenir un accord à trois incluant Deri dans la rotation. Shas, après tout, a neuf sièges contre sept pour Bennett.

Deri ne réclame pas sérieusement le fauteuil de Premier ministre. Il précisait à Netanyahu qu’il n’accepterait pas une rotation Netanyahu-Bennett.

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, lors du vote pour les élections générales à Jérusalem, le 23 mars 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Il est possible que Netanyahu ait demandé la contre-pression pour aider à réduire les exigences de Bennett. Quoi qu’il en soit, Deri n’a pas tort. Il y a un paradoxe inhérent à la position de Bennett. Bennett doit exiger suffisamment de Netanyahu pour justifier son entrée au gouvernement. Pourtant, ces mêmes exigences pourraient rendre le nouveau gouvernement intenable.

Netanyahu a déjà promis au Parti sioniste religieux deux fois plus de ministres que la taille de leur faction ne leur permet (pour les amener à s’unir à Otzma Yehudit). Bennett, quant à lui, réclame une rotation, un éventuel gouvernement « paritaire », et sans doute aussi un grand nombre de postes ministériels de premier plan.

Après avoir tant cédé aux factions sionistes religieuses, Netanyahu ne pourra pas offrir moins à ses fidèles partisans des partis haredim Shas et Yahadout HaTorah. Ce n’est pas seulement une question d’ego. Les partis religieux sont sous la pression d’électeurs mécontents qui les accusent de ne pas avoir défendu avec zèle les intérêts de la communauté haredi dans le gouvernement sortant. Ils ne resteront pas sur la touche pendant que Netanyahu organise une braderie des postes ministériels.

Une fois que Bennett, Smotrich, Moshe Gafni, chef de Yahadout HaTorah, et Deri, membre du Shas, seront satisfaits, il restera à satisfaire les nombreuses ambitions concurrentes au sein du Likud.

Les députés de Yahadout HaTorah discutent après leur rencontre avec le Président Reuven Rivlin à la Maison du Président à Jérusalem, le 5 avril 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plus Netanyahu concède à Bennett, plus il doit concéder au reste de sa coalition, et plus le prochain gouvernement semble difficile à manier. Ce n’est pas un bon début pour un gouvernement qui risque d’être instable dès le départ.

La solution de rechange

Selon des sources au fait des pourparlers de coalition, Bennett a été en contact régulier avec Lapid et le leader de Tikva Hadasha au cours des deux dernières semaines. Ces contacts, disent-ils, constituent un canal secondaire discret pour les pourparlers de coalition non officiels.

Bennett négocie-t-il avec Saar et Lapid alors même qu’il tente de conclure un accord avec le Likud ?

Ou dit autrement : Bennett fait-il le difficile avec Netanyahu pour faire monter son prix, ou le fait-il pour s’assurer que Netanyahu ne parvienne pas à former un gouvernement, ouvrant ainsi l’espace politique à une coalition avec Lapid ? Lapid, après tout, a publiquement offert à Bennett quelque chose que Netanyahu ne fera jamais : le premier tour dans la rotation.

Netanyahu semble croire que Bennett vise ce dernier objectif.

Les chefs de parti Naftali Bennett et Yair Lapid lors de la traditionnelle photo de groupe pendant la cérémonie de prestation de serment de la 24e Knesset, au bâtiment de la Knesset à Jérusalem, le 6 avril 2021. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Lors d’une réunion vendredi entre les deux hommes, Netanyahu aurait demandé au leader de Yamina de considérer une offre du Likud de fusionner la faction de Bennett avec la liste du Likud à la Knesset, réalisant ainsi le rêve de longue date de Bennett de revenir avec une large base de soutien à son ancien parti.

Mais Bennett a rejeté l’idée du revers de la main. Les listes des partis ne sont pas pertinentes pour le moment, a-t-il dit à Netanyahu, car il n’y aura de toute façon pas de cinquième élection. Bennett aurait une nouvelle fois rejeté l’offre lorsque les deux hommes se sont rencontrés mardi.

La confiance inattendue de Bennett dans le fait qu’aucune nouvelle élection ne se profile à l’horizon a fait naître le soupçon au sein du Likud qu’il avait déjà scellé un accord de coalition avec Lapid. Sinon, comment pourrait-il être si sûr qu’il n’y aura pas de nouvelles élections ?

Pourtant, Bennett n’a pas changé d’avis et a promis de soutenir Netanyahu, même s’il semble que le canal Lapid reste bien vivant. Pourquoi ?

Mansour Abbas, président de Raam (à gauche) et Bezalel Smotrich, président du Parti sioniste religieux (à droite). (Crédit : Sraya Diamant/David Cohen/Flash90)

Simple : Pour que la responsabilité de l’échec de Netanyahu ne retombe pas sur lui.

Bezalel Smotrich a passé la semaine dernière à dénoncer le prétendu projet de Bennett de former un « gouvernement de gauche » avec Lapid. Netanyahu nourrit les mêmes soupçons. Mais rien de tout cela ne compte si Netanyahu n’a pas 61 sièges avec Bennett à bord. Pour l’instant, du moins, ce n’est pas Bennett qui lui refuse cette victoire. C’est Smotrich. Smotrich a tenu bon dans son refus d’accepter tout soutien de coalition de la part du parti islamiste Raam, un fait qui a empêché Netanyahu de verrouiller une majorité parlementaire pour son gouvernement – un fait sur lequel Bennett pourrait compter.

Le président s’impatiente

Le président Reuven Rivlin a laissé entendre la semaine dernière qu’il était peu disposé à faire traîner les pourparlers de coalition. Il est peu probable qu’il prolonge la date limite du 4 mai pour Netanyahu ou qu’il choisisse un autre candidat si Netanyahu échoue. Si Netanyahu n’a pas de coalition d’ici le 4 mai, le mandat pour former un gouvernement passera probablement directement à la Knesset, qui aura alors 21 jours pour voter un gouvernement ou, à défaut, se dissoudre en vue d’une cinquième élection.

Ce calendrier serré place Bennett devant un dilemme. Il ne peut être vu en train de négocier avec Lapid alors que les négociations avec Netanyahu sont toujours en cours. Mais 21 jours, c’est peu de temps pour former le type de coalition complexe et divisée qu’un gouvernement Lapid-Bennett exigerait. Il ne peut pas attendre que le mandat de Netanyahu prenne fin dans trois semaines.

Naftali Bennett (à gauche), alors ministre de l’Éducation, et Yair Lapid, président de Yesh Atid, lors d’une cérémonie à Netiv Haavot, dans l’implantation d’Elazar en Cisjordanie, le 23 juillet 2017. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

L’influence de Bennett diminuera également de façon spectaculaire si Netanyahu échoue. Lapid propose maintenant à Bennett d’être le premier à occuper le poste de Premier ministre afin de s’assurer qu’il ne cède pas à Netanyahu le pouvoir. Mais une fois que ce gouvernement Netanyahu ne sera plus une option, pourquoi Lapid maintiendrait-il cette offre sur la table ? Lapid est l’un des rares chefs de faction de la 24e Knesset qui ne craint pas un autre tour dans les urnes. Son parti, Yesh Atid, a prouvé son courage et sa résilience au cours des huit années qui ont suivi sa création.

En d’autres termes, tout ce que Bennett n’a pas réussi à obtenir de Lapid lors de leurs discussions discrètes par voie détournée avant le 4 mai, il se peut qu’il ne l’obtienne plus le 5 mai.

Un Premier ministre à sept sièges ? Vraiment ?

Naftali Bennett et sa faction de sept sièges peuvent-ils vraiment négocier leur accession au poste de Premier ministre ? Le Likud le pense.

Un haut responsable du Likud a déclaré à la Douzième chaîne cette semaine que ce n’est pas seulement une issue possible, c’est une issue probable.

« Nous laisserons Bennett et Saar essayer de s’entendre avec Meretz et les Travaillistes et la Liste arabe unie, nous les mettrons dans l’embarras avec des projets de loi qui les mettront mal à l’aise », a déclaré avec défi le responsable du Likud. « Voyons [Ayelet] Shaked de Yamina traiter avec [la leader travailliste Merav] Michaeli ou [le leader de Meretz] Nitzan Horovitz. Nous ne sommes pas effrayés par la perspective de siéger dans l’opposition. »

Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, se rend à une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à sa résidence officielle à Jérusalem, le 8 avril 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un pouvoir exécutif dirigé par Yamina serait sans précédent. Mais le système politique israélien a systématiquement brisé une hypothèse de longue date après l’autre au cours des deux dernières années. Les élections d’avril 2019 ont été les premières de l’histoire d’Israël à ne pas aboutir à un gouvernement. Les lois fondamentales ont été modifiées pour créer des Premiers ministres « d’alternance » et des gouvernements « paritaires ». Le gouvernement n’a pas adopté de loi budgétaire actualisée depuis 2018, un autre fait sans précédent.

Un Premier ministre Bennett ne serait qu’une première parmi une longue liste de premières à sortir de l’impasse politique.

La seule certitude à tirer des acrobaties politiques en cours est peut-être que la crise de ces deux dernières années est loin d’être terminée. À moins d’une défection spectaculaire d’un parti ou d’un autre, toute coalition que Netanyahu réussira à former sera lourde et instable, et toute coalition que Lapid et Bennett formeront le sera encore plus.

Ou comme le ministre de la Sécurité publique du Likud, Amir Ohana, l’a dit au président Rivlin la semaine dernière : « Si tout le monde tient ses promesses électorales, nous aurons une cinquième élection. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...