Netanyahu arrive aux USA pour les accords de paix avec les EAU et le Bahreïn
Rechercher

Netanyahu arrive aux USA pour les accords de paix avec les EAU et le Bahreïn

"En route pour la paix en échange de la paix", a déclaré le Premier ministre, promettant que les accords de vœux seront une aubaine économique pour le pays

  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara embarquent à destination de Washington, le 13 septembre 2020, pour la signature des traités de normalisation avec les EAU et Bahreïn. (Avi Ohayon / GPO)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara embarquent à destination de Washington, le 13 septembre 2020, pour la signature des traités de normalisation avec les EAU et Bahreïn. (Avi Ohayon / GPO)
  • Le chef du Mossad Yossi Cohen (à gauche) embarque à bord d'un vol vers Washington, le 13 septembre 2020, pour la cérémonie de signature des Abraham Accords 13, 2020. Les drapeaux des EAU, des États-Unis et d'Israël ont été installés de chaque côté de l'escalier. (Capture écran)
    Le chef du Mossad Yossi Cohen (à gauche) embarque à bord d'un vol vers Washington, le 13 septembre 2020, pour la cérémonie de signature des Abraham Accords 13, 2020. Les drapeaux des EAU, des États-Unis et d'Israël ont été installés de chaque côté de l'escalier. (Capture écran)
  • Des manifestants israéliens protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant l'aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 13 septembre 2020, avant son départ pour les États-Unis. (Tomer Neuberg/Flash90)
    Des manifestants israéliens protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant l'aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 13 septembre 2020, avant son départ pour les États-Unis. (Tomer Neuberg/Flash90)
  • Un drapeau bahreïni, à gauche, et un drapeau israélien. (Joseph Eid and Jack Guez/AFP)
    Un drapeau bahreïni, à gauche, et un drapeau israélien. (Joseph Eid and Jack Guez/AFP)
  • Benjamin Netanyahu annonce un nouveau confinement en raison du coronavirus, le 13 septembre 2020. (Yoav Dudkevitch / POOL / AFP)
    Benjamin Netanyahu annonce un nouveau confinement en raison du coronavirus, le 13 septembre 2020. (Yoav Dudkevitch / POOL / AFP)
  • Le président américain Donald Trump écoute Jared Kushner qui s'exprime dans le bureau ovale de la Maison Blanche le 11 septembre 2020 à Washington, après que Trump a annoncé que les Etats-Unis avaient négocié un accord de paix entre Israël et Bahreïn. (AP/Andrew Harnik)
    Le président américain Donald Trump écoute Jared Kushner qui s'exprime dans le bureau ovale de la Maison Blanche le 11 septembre 2020 à Washington, après que Trump a annoncé que les Etats-Unis avaient négocié un accord de paix entre Israël et Bahreïn. (AP/Andrew Harnik)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est parti pour Washington juste après minuit dimanche, pour assister à une cérémonie mardi à la Maison Blanche au cours de laquelle il signera des déclarations de normalisation et de paix avec des ministres de haut rang des Émirats arabes unis et de Bahreïn. Il a atterri ce lundi matin à l’Andrews Air Force Base à proximité de Washington, après le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdullatif bin Rashid Al Zayani, arrivé dimanche soir.

« En route pour apporter la paix en échange de la paix », a-t-il tweeté quelques instants avant le décollage de l’avion.

Les textes des accords n’ont pas encore été publiés, mais les deux États du Golfe ont accepté de normaliser pleinement leurs relations avec Israël, dans le cadre d’une percée diplomatique négociée par les États-Unis et largement considérée comme un changement radical d’attitude envers Israël dans certaines parties du monde arabe. Les EAU et le Bahreïn seront les troisième et quatrième partenaires arabes d’Israël pour la paix, après l’Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

Qualifiant ce voyage « d’historique », Netanyahu a déclaré aux Israéliens, lors d’une allocution télévisée dimanche soir, qu’il avait conclu « deux accords de paix en un mois », lesquels représenteraient une aubaine économique pour le pays, a-t-il promis.

« C’est toujours bien, mais c’est particulièrement bien pendant le coronavirus », a-t-il commenté.

Netanyahu et sa femme n’ont pas fait de commentaires supplémentaires à leur embarquement à l’aéroport Ben Gurion. Cependant, le chef de l’agence d’espionnage du Mossad, Yossi Cohen, a brièvement discuté avec les journalistes, expliquant qu’il ressentait « une grande excitation » à l’idée de ce voyage et exprimant l’espoir que d’autres pays imitent les EAU et le Bahreïn vis-à-vis d’Israël.

« Nous y travaillons », a-t-il déclaré.

Des drapeaux israéliens, américains, des EAU et de Bahreïn ornaient les escaliers menant à l’avion, tandis que le mot « paix » en hébreu, en arabe et en anglais décorait l’appareil.

Les EAU et le Bahreïn seront représentés à la cérémonie de signature par leurs ministres des Affaires étrangères, respectivement Abdullah bin Zayed Al Nahyan et Abdullatif bin Rashid Al Zayani.

L’administration Trump s’efforcerait d’obtenir la participation de représentants d’autres pays arabes à la cérémonie de signature, en signe de soutien tacite à cette normalisation croissante.

La presse israélienne a rapporté que la Maison Blanche était désireuse de faire suivre ces traités de normalisation par de nouveaux accords avec le Maroc, le Soudan et Oman, ce dernier ayant publiquement salué l’annonce d’un accord par Bahreïn cette semaine.

Le chef du Conseil national de sécurité israélien, Meïr Ben-Shabbat (2e à droite), portant un masque de protection, alors qu’il se prépare à quitter Abou Dhabi le 1er septembre 2020, à l’issue d’une visite sans précédent sur la normalisation entre Israël et les EAU. (NIR ELIAS/POOL/AFP)

La cérémonie de signature est encore à un pas de la ratification officielle en vertu de la loi israélienne, qui, selon les experts juridiques, requiert l’imprimatur du cabinet et de la Knesset pour les traités de paix officiels. Mais le soutien aux accords est très fort au Parlement et dépasse les lignes partisanes, de sorte que l’approbation devrait être écrasante.

Les accords de normalisation sont violemment dénoncés par les factions politiques palestiniennes, y compris le Fatah du président de l’AP Mahmoud Abbas et le groupe terroriste du Hamas, qui ont conjointement appelé dimanche les Palestiniens à organiser une « journée de rejet populaire » pour protester contre les déclarations « honteuses ». Les événements auront lieu « dans tout le pays » mardi et vendredi, selon une déclaration des groupes. L’Iran et la Turquie ont également critiqué les Etats du Golfe pour avoir reconnu Israël.

Benjamin Netanyahu est accompagné de sa famille pour ce voyage.

Bien que ces accords soient populaires parmi les Israéliens, le Premier ministre s’est attiré des critiques sur le moment de son vol, qui intervient alors que le pays se prépare à un deuxième grand confinement induit par le coronavirus, qui commencera vendredi et qui verra des écoles et de nombreuses entreprises être fermées pendant trois semaines.

Les manifestants anti-corruption qui se mobilisent contre le Premier ministre depuis des semaines, y compris devant sa résidence officielle à Jérusalem, ont porté leur protestation à l’aéroport Ben Gurion dimanche soir, coupant brièvement la circulation vers l’infrastructure en arrêtant leurs voitures sur les routes. Ils portaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Vous êtes déconnecté, nous en avons assez. »

Netanyahu est monté à bord d’un avion d’El Al avec son personnel et les journalistes qui l’accompagnent, après avoir annulé son projet de prendre un jet privé séparé. Le bureau du Premier ministre avait initialement affrété un second avion, invoquant des problèmes de santé dans le contexte de la pandémie de coronavirus, plus dangereux pour les personnes âgées. Le chef du gouvernement est âgé de 70 ans.

En annonçant dimanche que le Premier ministre ne prendrait pas le jet privé, son cabinet a attribué le tollé aux médias qui ont tenté de « détourner » l’attention de l’accord de paix.

Des « mesures strictes » non spécifiées seraient prises pour assurer la santé du Premier ministre sur le vol El Al, ont indiqué les responsables.

Des manifestants anti-Benjamin Netanyahu devant l’aéroport Ben Gurion avant le départ du Premier ministre pour Washington pour la cérémonie de signature du traité de normalisation avec les EAU et le Bahreïn, le 13 septembre 2020. (Tomer Neuberg/Flash90)

Le premier accord de normalisation, entre Israël et les EAU, a été annoncé le 13 août par le président américain Donald Trump. Dans une déclaration commune, les trois intéressés ont fait savoir que l’accord permettra aux EAU d’établir des liens complets avec Israël, mettant ainsi en évidence une relation de longue date, mais surtout secrète.

L’accord entre Israël et le Bahreïn a été annoncé vendredi, lorsqu’une déclaration commune publiée par Trump a fait savoir que le Bahreïn et Israël se joindraient à la cérémonie du 15 septembre et signeraient leur propre déclaration de paix avec Israël. Le Bahreïn s’est rapproché d’Israël ces dernières années et a applaudi l’année dernière le déploiement du volet économique du plan de paix israélo-palestinien de l’administration Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...