Rechercher

New York : Une manifestation pro-palestinienne appelle à « mondialiser l’Intifada »

Des manifestants auraient agressé un homme brandissant un drapeau israélien ; dans la foule étaient présents des membres de Neturei Karta, mouvement ultra-orthodoxe anti-Israël

Des manifestants pro-palestiniens se sont rassemblés devant le consulat israélien à Manhattan avant de se rendre à la fontaine devant l’hôtel Plaza, sur la 59e rue, le 20 avril 2022. (Crédit : Jacob Henry)
Des manifestants pro-palestiniens se sont rassemblés devant le consulat israélien à Manhattan avant de se rendre à la fontaine devant l’hôtel Plaza, sur la 59e rue, le 20 avril 2022. (Crédit : Jacob Henry)

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés mercredi près du consulat général d’Israël à Manhattan à l’occasion de ce qui a été présenté comme un rassemblement d’urgence visant à soutenir la « résistance et la libération palestiniennes par tous les moyens nécessaires ».

Sous la surveillance d’une dizaine de policiers, les manifestants ont appelé à « mondialiser l’Intifada ». Les tensions sont vives en Israël, où des émeutiers palestiniens affrontent la police sur le mont du Temple, à Jérusalem, et où les forces de l’ordre israéliennes mènent des opérations en Cisjordanie.

Le rassemblement a été organisé à l’initiative d’un collectif de groupes militants, dont Within Our Lifetime, Samoudin et le Mouvement de la jeunesse palestinienne. Les organisateurs ont refusé de s’adresser au journal New York Jewish Week, qu’ils ont qualifié de « média sioniste ».

Mardi, le Centre Simon Wiesenthal, un groupe de défense des droits juifs, avait invité la municipalité à empêcher le rassemblement au motif que les organisateurs utilisaient ce que le centre a qualifié de « vocabulaire de l’incitation à la haine ».

Le rassemblement de mercredi a commencé au son de chants et slogans accompagnés au tambour : « Du fleuve à la mer », « Nous ne voulons pas deux États, nous voulons tout l’État » et « Israël, va en enfer ».

Brandissant des drapeaux palestiniens, le groupe a ensuite marché jusqu’à la fontaine située face de l’hôtel Plaza, sur la 59e rue, bloquant la circulation.

Un manifestant palestinien de nationalité israélienne qui s’est adressé au New York Jewish Week a déclaré prendre part à la manifestation pour « protester contre l’occupation ». « Nous manifestons pour faire connaitre notre message », a déclaré le manifestant, sous couvert d’anonymat. « Nous ne voulons plus de l’occupation. Cela dure depuis trop, trop longtemps. »

Il a confié avoir vu, alors qu’il avait six ans, la police israélienne frapper son père, dans ce qui reste son premier « souvenir dans ce monde ». « Ils ont démoli ma maison ce jour-là », a-t-il précisé. « Cela a été très traumatisant. »

Des membres d’un mouvement ultra-orthodoxe antisioniste marginal, Neturei Karta, ont soutenu les manifestants. Le rabbin Dovid Feldman a déclaré prendre part au rassemblement pour dénoncer « l’effusion de sang qui a lieu » en Israël. Le groupe participe régulièrement à des manifestations pro-palestiniennes à New York. « Nous croyons fermement que l’effusion de sang des deux côtés du conflit est due à tout ce qui a été fait par les Israéliens », a déclaré Feldman. Il a ajouté avoir entendu quelques déclarations antisémites lors de ces manifestations, estimant que, dans l’ensemble, « la haine reculait ».

« Je suis honnête et je ne nie rien », a déclaré Feldman. « J’attends des autres qu’ils soient également honnêtes et admettent que ces personnes peuvent avoir une raison pour dire de telles choses. Je préfère écouter et essayer de comprendre tout ce qui se dit. »

Un petit groupe de contre-manifestants conduit par le groupe Yad Yamin s’est posté en face du consulat israélien, sous protection policière, brandissant des pancartes avec des photos d’Israéliens tués lors des récents attentats terroristes ou agitant des drapeaux israéliens. Ils se sont querellés avec les manifestants pro-palestiniens avant d’être séparés par une dizaine de policiers.

Un manifestant pro-palestinien a brûlé un drapeau israélien et l’a traîné sur le sol. Un Juif en costume orthodoxe traditionnel s’est joint à lui pour danser sur le drapeau.

Alex Bauman, qui est Juif, a déclaré être venu accompagné des membres du groupe de jeunes sionistes de Club Z, pour observer la manifestation et voir ce qui se passait du côté palestinien. « Utiliser des termes comme ‘les médias sionistes contrôlent l’Amérique’ est profondément antisémite », a déclaré Bauman. « Remplacer Juif par sioniste ne change rien à l’affaire. »

Des manifestants pro-palestiniens auraient agressé un homme brandissant un drapeau israélien lors de la manifestation. La police enquête sur une possible affaire de haine antisémite.

La victime de 28 ans a indiqué qu’elle marchait dans la rue lorsque des manifestants ont montré du doigt son drapeau israélien. L’un d’entre eux se serait approché et l’aurait frappé à coups de poing, puis à coups de pieds, une fois la victime à terre.

L’attaque aurait eu lieu à l’angle de la 42e rue Est et de Lexington Avenue, à Manhattan, vers 18h15, un peu plus d’une heure après le début de la manifestation.

La victime a été traitée pour tuméfactions, ecchymoses et rougeurs au visage.

Le suspect est un homme d’environ 1m80 pour 85 kilos, avec des cheveux bruns courts, a déclaré la police au Times of Israel. L’unité des crimes haineux de la police de New York a été informée.

L’Anti-Defamation League s’est dite « horrifiée par la violence » de l’incident.

Pour les Israéliens, l’Intifada, qui signifie « soulèvement » en arabe, évoque le souvenir traumatisant d’une vague d’attentats terroristes au début des années 2000. Les attentats-suicides et autres attentats ont tué des centaines de civils en Israël. L’expression « Du fleuve à la mer » est considéré par beaucoup comme un appel à détruire l’État juif.

Des contre-manifestants pro-israéliens devant le consulat israélien à New York, le 20 avril 2022. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Les groupes pro-palestiniens organisent régulièrement des rassemblements à New York : une manifestation a eu lieu à la fin du mois dernier, et une autre est prévue plus tard ce mois-ci. À l’occasion du rassemblement du mois dernier, les manifestants s’étaient massés devant les bureaux d’organisations juives et liées à Israël, et avaient distribué des cartes indiquant l’emplacement de 18 bureaux juifs et israéliens.

En décembre, un homme de 21 ans avait été attaqué à Brooklyn parce qu’il portait un sweat-shirt de l’armée israélienne.

Plus que toute autre communauté à New York, les Juifs sont la cible de crimes de haine. Selon les statistiques du NYPD, en 2021, les agressions anti-juives ont constitué 38 % de tous les crimes haineux confirmés dans la ville.

Les crimes de haine antisémite ont connu une forte hausse cette année. Le mois dernier, il y a eu 23 agressions antisémites, soit 92 % de plus par rapport à la même période l’an dernier.

Les Juifs sont les victimes de 47 % de tous les incidents confirmés dans la ville depuis le début de l’année.

Les incidents antisémites comprennent des agressions à même la rue contre des Juifs identifiables, des graffitis racistes, des dommages matériels et des insultes. La plupart des agressions ont lieu à Brooklyn.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...