Odeh appelle à reconnaître la souffrance palestinienne le jour de la Nakba
Rechercher

Odeh appelle à reconnaître la souffrance palestinienne le jour de la Nakba

"Personne ne veut remettre en cause la création de l’Etat d’Israël, mais simplement reconnaitre l’injustice faite au peuple palestinien", a-t-il déclaré

Des étudiants arabes israéliens et militants de gauche pendant le service mémoriel d'un rassemblement marquant l'anniversaire de la Nakba à l'université de Tel Aviv, le 15 mai 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des étudiants arabes israéliens et militants de gauche pendant le service mémoriel d'un rassemblement marquant l'anniversaire de la Nakba à l'université de Tel Aviv, le 15 mai 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Un certain nombre d’évènements sont organisés dans le pays pour marquer la Nakba palestinienne, ou « catastrophe », commémorant la dépossession des Palestiniens pendant la guerre d’Indépendance d’Israël et la création de l’Etat juif en 1948.

Ayman Odeh, tête de la Liste arabe unie à la Knesset, a adopté un ton concilient dans son discours pour marquer la journée, pendant un évènement de commémoration qui a réuni environ 200 personnes à l’université de Tel Aviv, qui est souvent la scène de vives tensions.

« Il est très important d’organiser ces évènements, particulièrement à Tel Aviv et dans d’autres endroits à majorité juive. Chacun ici croit à deux états pour deux peuples. Personne ne veut remettre en cause la création de l’Etat d’Israël, mais simplement reconnaitre l’injustice faite au peuple palestinien, a-t-il déclaré à la Deuxième chaîne. Je comprends la réticence des Israéliens. C’est un processus, cela prends du temps. »

Selon la Dixième chaîne, Odeh a fait des remarques similaires pendant un autre évènement marquant la Nakba.

« La Nakba n’est pas simplement l’histoire, mais aussi la possibilité d’un futur partagé. Ce n’est qu’après la reconnaissance des crimes du passé que nous serons capables de construire une société partagée. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...