Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Orléans : L’opposition veut des sanctions contre un policier qui avait un tatouage nazi

Alertée, la ville a convoqué en octobre dernier le policier et sa hiérarchie ; l'agent a ensuite modifié son tatouage

Les photos transmises par le Collectif antifasciste d'Orléans au site auposte.fr.
Les photos transmises par le Collectif antifasciste d'Orléans au site auposte.fr.

Les clichés ont été publiés par le média en ligne Au Poste le 11 mars dernier, après avoir été transmis par le Collectif antifasciste d’Orléans. Ils montrent un policier stagiaire d’Orléans (Loiret) arborant en service, en septembre dernier, un tatouage de « Soleil noir », symbole du mysticisme nazi interdit par la loi française, sur le coude.

Le Code pénal français sanctionne en effet le port ou l’exhibition en public « d’un uniforme, d’un insigne ou d’un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes qui ont été portés ou exhibés soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle » condamnée par une juridiction française ou internationale pour un ou plusieurs crimes contre l’humanité.

Alertée, la ville d’Orléans a convoqué en octobre dernier le policier et sa hiérarchie. « Il nous a dit qu’il ignorait qu’il s’agissait d’un symbole nazi et que pour lui c’était un symbole viking, ce qui est vrai. Nous n’avons pas mis en cause sa bonne foi mais nous lui avons signifié qu’on ne pouvait laisser perdurer la confusion », a expliqué cette semaine le maire adjoint, Florent Montillot, au Parisien. « Il a compris. Il a proposé de retirer son tatouage et nous a montré qu’il l’avait fait. »

Or, si l’agent a depuis modifié son tatouage, des élus d’opposition d’Orléans estiment que la justice doit être saisie. Ils demandent ainsi à la municipalité de prendre des mesures contre le policier.

« On est choqués. Vu les faits et sans préjuger du fond, le procureur aurait dû être saisi. Cela pose beaucoup de questions sur le fonctionnement de la police municipale », a déclaré le conseiller municipal Emmanuel Duplessy au nom de la gauche et des écologistes.

Son groupe prévoyait ainsi de saisir lui-même la justice en fin de semaine, avec un courrier au procureur de la République.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.