« Panique et peur » à Gaza : Nouveaux cas de virus, bouclage et premier décès
Rechercher

« Panique et peur » à Gaza : Nouveaux cas de virus, bouclage et premier décès

9 nouveaux cas confirmés mercredi autour de la bande de Gaza ; les responsables du Hamas affirment que les cas ne sont pas liés, ce qui fait craindre une propagation communautaire

Un policier palestinien du Hamas porte un masque facial alors qu'il surveille dans une rue de la ville de Gaza pendant une quarantaine de 48 heures de confinement imposée suite à la découverte des premiers cas de coronavirus dans la bande de Gaza, le 25 août 2020. (AP/Khalil Hamra)
Un policier palestinien du Hamas porte un masque facial alors qu'il surveille dans une rue de la ville de Gaza pendant une quarantaine de 48 heures de confinement imposée suite à la découverte des premiers cas de coronavirus dans la bande de Gaza, le 25 août 2020. (AP/Khalil Hamra)

Gaza a connu son premier décès en dehors des centres de quarantaine dû au coronavirus mercredi après-midi, alors que neuf nouveaux cas ont été confirmés dans des zones résidentielles de l’enclave côtière, faisant craindre une propagation de la maladie parmi les résidents.

Rabah Labad, 61 ans, membre de la branche armée du Hamas, est devenu la première victime d’un nouveau groupe de cas de coronavirus apparus soudainement dans la bande de Gaza, après six mois de confinement réussi du virus. Quinze cas ont été confirmés depuis lundi, lorsque les autorités de Gaza ont annoncé un bouclage de 48 heures suite à la découverte de quatre cas dans le camp de réfugiés d’al-Maghazi.

Des cas sont apparus dans différentes régions, et les responsables du Hamas ont déclaré que certains n’avaient aucun lien entre eux. Cela pourrait être la preuve d’une propagation communautaire – les contaminations apparaissant sans chaîne de transmission claire – ce qui signifierait que de nombreux cas ne sont pas détectés. Les responsables du Hamas n’ont pas divulgué d’informations sur le niveau de dépistage du virus dans la bande de Gaza.

Depuis plus de sept mois, les autorités ont réussi à empêcher en grande partie la propagation du virus dans la bande de Gaza, soumettant des milliers d’arrivants dans la bande à de sévères mesures de quarantaine – au moins 21 jours dans des établissements de santé spécifiquement désignés par le ministère de la Santé du Hamas à cette fin.

Gaza n’avait connu auparavant qu’un seul décès dû au coronavirus, une femme de Rafah qui a succombé pendant la quarantaine après son arrivée d’Égypte.

« Nous avons réussi à maintenir le virus à l’écart pendant tout ce temps, même si le virus s’est répandu dans la région et dans le monde. Mais nous avons toujours prévenu que le scénario d’une entrée du virus dans la bande de Gaza était possible », a déclaré lundi soir un porte-parole du ministère de la Santé de Gaza. « Ce scénario est aujourd’hui devenu réalité ».

Le porte-parole du ministère de la Santé du Hamas, Ashraf al-Qidra, a déclaré que l’origine du groupe d’infections découvert lundi est apparue alors qu’une femme du camp de réfugiés d’al-Maghazi se rendait à l’hôpital d’al-Makassed en Israël. La famille est retournée dans la bande de Gaza mardi dernier sans passer par un point de contrôle et sans entrer dans une quarantaine légalement obligatoire.

Les habitants de Gaza ont été pris par surprise par ce brusque bouclage. En l’absence de coronavirus, les écoles de l’enclave côtière devaient rouvrir pour la prochaine rentrée. Les marchés et les restaurants populaires étaient entièrement ouverts depuis des mois. Les plages étaient pleines de résidents et de grands rassemblements avaient lieu avec peu de distanciation sociale.

L’annonce de la propagation du coronavirus à Gaza, après six mois, a changé la donne.

« Il y a un sentiment intense de panique et de peur. La plupart des gens n’ont pas quitté leur maison depuis lundi soir », a déclaré Mukhaimar Abu Saada, professeur de sciences politiques à l’université Al-Azhar de Gaza.

Dans le camp de réfugiés, personne n’était autorisé à entrer ou à sortir pendant que les responsables du Hamas effectuaient les tests. Dans le reste de la bande de Gaza, les résidents ont été autorisés à quitter leur maison « lorsque cela était absolument nécessaire », selon Salama Maarouf, un responsable du Hamas.

Les habitants ont inondé les supermarchés de Gaza pour acheter des produits alimentaires lundi soir après l’annonce de ces cas. Des centaines de personnes en deuil ont également brisé le confinement pour se rassembler dans le quartier de Shujaiya à Gaza afin d’assister aux funérailles de quatre membres du Jihad islamique palestinien morts dans une explosion lundi soir.

Dans la plus grande partie de la bande, cependant, les rues et les plages normalement bondées sont en grande partie vides depuis l’annonce de dimanche soir.

Des Palestiniens en deuil portent les cercueils de membres du groupe terroriste du Jihad islamique lors de leur cortège funèbre dans la ville de Gaza, le 25 août 2020. Quatre membres du Jihad islamique palestinien ont été tués à Gaza pendant la nuit, par l’explosion accidentelle d’une bombe qu’ils manipulaient, ont déclaré des témoins et des sources de sécurité. (MAHMUD HAMS / AFP)

On s’attend généralement à ce que les fonctionnaires annoncent une prolongation du bouclage, qui doit prendre fin mercredi soir.

Le système de santé de Gaza est déjà mis à rude épreuve depuis des années en raison des restrictions sécuritaires imposées par Israël et l’Égypte, a déclaré Ayadil Saparbekov, fonctionnaire de l’Organisation mondiale de la santé, au Times of Israel, ajoutant qu’il n’y a actuellement que 87 respirateurs dans la bande de Gaza.

Les tensions croissantes entre Israël et le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle l’enclave côtière, ont aggravé la situation. Des groupes basés à Gaza ont récemment lancé des centaines de ballons explosifs sur Israël, qui a réagi en interdisant l’entrée de carburant via le point de passage commercial de Kerem Shalom avec Gaza, dans une tentative de faire pression sur le Hamas.

Sans carburant, la seule centrale électrique de Gaza a fermé il y a deux semaines, réduisant la quantité d’électricité que les habitants reçoivent à environ quatre heures par jour. L’eau courante et le traitement des eaux usées ont également été touchés par les coupures d’électricité.

« L’eau courante n’étant disponible que quelques heures par jour, cela diminue la capacité des gens à se laver les mains et à se protéger du virus », a déclaré M. Zaqout.

Même les hôpitaux sont touchés par les coupures, a déclaré le porte-parole du Croissant-Rouge, Suheir Zaqout. De nombreux établissements de santé ne disposent pas de plus de 12 heures par jour, souvent moins. Certains tentent de compenser avec des générateurs, dont beaucoup sont vieux et ont besoin de carburant pour fonctionner.

L’envoyé qatari Mohammad al-Emadi serait arrivé à Gaza mardi soir pour tenter de rétablir le calme dans la région. Le Qatar a déjà accepté de prolonger de six mois un programme qui apporte un soutien financier à 100 000 familles pauvres de la bande de Gaza, mais le Hamas demanderait un financement supplémentaire au Qatar en échange d’une désescalade de la violence. Le Hamas a également affirmé publiquement qu’Israël ne respectait pas ses obligations de cessez-le-feu depuis 2018.

Des Palestiniens font la queue devant une boulangerie pour acheter du pain pendant le blocus de 48 heures imposé suite à la découverte des premiers cas de coronavirus dans la bande de Gaza, le 25 août 2020. (AP/Khalil Hamra)

L’analyste d’International Crisis Group, Ofer Zalzberg, a déclaré qu’il pensait qu’Israël « intensifierait sa recherche d’une désescalade à court terme des altercations violentes » et assouplirait les restrictions sur les équipements médicaux entrant dans l’enclave côtière si l’épidémie devait se poursuivre.

« Une contagion massive à Gaza couplée au refus israélien d’autoriser l’entrée des Gazaouis dans les hôpitaux israéliens ne cadrerait pas avec une cérémonie de signature à la Maison Blanche d’un accord de normalisation arabo-israélien », a déclaré M. Zalzberg.

Le bouclage imposé par le Hamas n’a pas pour autant mis un terme aux ballons incendiaires qui provoquent des incendies dans le sud d’Israël. Certains des groupes basés à Gaza ont déclaré que bouclage ou non, ils continueraient à tirer des ballons à travers la barrière frontalière. Mais Abu Saada a déclaré qu’il pense que « les choses mènent vers un cessez-le-feu ».

« Le Hamas ne peut pas mener deux batailles à la fois. La bataille la plus importante en ce moment est contre la propagation du coronavirus », a déclaré Abu Saada. « Je ne pense pas qu’Israël soit le problème principal en ce moment. »

Mais on ne sait pas combien de temps le Hamas peut maintenir un bouclage à Gaza, a déclaré Abu Saada. Le bouclage de la Cisjordanie par l’Autorité palestinienne a effectivement cessé d’être appliqué après plusieurs séries de protestations des propriétaires de restaurants et des petits commerçants.

« Les gens ici sont désespérés. Vous pouvez imposer un bouclage pendant peut-être deux semaines, mais après cela, les gens le briseront », a déclaré Abu Saada. « Maintenant que le virus est là, il va être très difficile de briser la chaîne de transmission ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...