Plus de 1 550 suspects arrêtés dans le cadre des émeutes entre Juifs et Arabes
Rechercher

Plus de 1 550 suspects arrêtés dans le cadre des émeutes entre Juifs et Arabes

La police israélienne déclare que 150 actes d'accusation ont été déposés et que des milliers d'agents participent à l'opération visant à attraper d'autres coupables

La police israélienne dans les rues de la ville de Lod, dans le centre d'Israël, où des synagogues et des voitures ont été incendiées et des magasins vandalisés, des résidents arabes de la ville ayant participé à des émeutes le 12 mai 2021 (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)
La police israélienne dans les rues de la ville de Lod, dans le centre d'Israël, où des synagogues et des voitures ont été incendiées et des magasins vandalisés, des résidents arabes de la ville ayant participé à des émeutes le 12 mai 2021 (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)

La police israélienne a déclaré lundi que plus de 1 550 personnes ont été arrêtées, soupçonnées d’avoir participé aux violents affrontements entre Juifs et Arabes au début du mois.

L’opération de grande envergure, à laquelle participent des milliers de policiers et d’agents de la police des frontières, a permis d’arrêter 85 suspects lundi, dont 38 sont soupçonnés d’avoir participé aux émeutes de Jérusalem-Est.

Jusqu’à présent, 150 actes d’accusation ont été déposés, a déclaré la police dans un communiqué.

Parmi les chefs d’accusation retenus, citons l’agression de policiers dans des circonstances aggravantes, la mise en danger de la vie humaine sur la voie publique, la participation à des émeutes, le jet de pierres, le trouble à l’ordre public, l’incendie criminel et l’entrave à l’action d’un policier dans l’exercice de ses fonctions.

Dans le cadre de cette opération, baptisée par les forces de l’opération « Droit et Ordre », les policiers seront « largement déployés contre les émeutiers, les criminels et quiconque impliqué dans les troubles à l’ordre public afin de les traduire en justice », a déclaré la police.

Un porte-parole de la police a déclaré que 70 % des personnes arrêtées étaient arabes et 30 % juives, rapporte le New York Times.

« La majorité des incidents qui ont eu lieu ont été perpétrés par des arabes israéliens qui sont descendus dans la rue et ont attaqué des civils et des policiers juifs », aurait déclaré le porte-parole.

Le site d’information Ynet a rapporté lundi, que l’objectif de l’opération de police est également de « régler les comptes » avec les bandes criminelles opérant dans les communautés arabes.

L’opération a été approuvée après une consultation entre le ministre de la Sécurité publique, Amir Ohana, et le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai.

Lundi, les chefs des municipalités arabes ont rencontré M. Shabtai et se sont plaints que la police ne prenait des mesures contre les crimes violents dans la communauté arabe que parce qu’ils étaient devenus une menace pour la communauté juive, rapporte Haaretz.

Des critiques ont également été formulées par la députée Aida Touma-Sliman, du parti de la Liste arabe unie, qui a déploré que la police ait ignoré pendant des années les crimes violents dans les villes arabes.

« Tout d’un coup, la police se réveille maintenant et veut lancer une opération pour la loi et l’ordre », a déclaré Touma-Silman, citée par Haaretz. « Où étaient-ils lorsque la criminalité sévissait dans la communauté arabe ? Il semble que lorsqu’il s’agit de sauver des vies arabes, la police ne bouge pas. »

Les arrestations ont eu lieu, alors que lundi, trois Juifs ont été inculpés de terrorisme pour une attaque contre un homme arabe dans la ville côtière de Bat Yam au début du mois, qui a été filmée en direct à la télévision.

Lynchage d’un Arabe à Bat Yam, diffusé en direct à la télévision le 12 mai 2021. (Capture d’écran)

Saeed Mousa a été grièvement blessé lors de l’attaque du 12 mai, qui s’est déroulée dans un contexte d’escalade des tensions ethniques entre Juifs et Arabes dans les villes israéliennes, parallèlement au conflit armé avec les groupes terroristes de Gaza.

Netanel Binyamin, 25 ans, Lahav Ohanina, 18 ans, et un mineur de 16 ans dont le nom n’a pas été divulgué, ont été inculpés, par le Tribunal de Tel-Aviv, de coups et blessures volontaires aggravés, de sabotage intentionnel d’un véhicule et de vol à motivation raciale, de troubles publics causant des dommages à motivation raciale, d’incitation au terrorisme et d’incitation au racisme.

M. Binyamin a également été accusé de tentative de meurtre.

Un quatrième suspect dans cette affaire, Yaakov Cohen, 32 ans, un résident de la région centrale du pays, a été arrêté au cours du week-end.

Cependant, des dizaines d’autres personnes qui ont été filmées en train de participer à l’attaque contre Mousa n’ont pas été inculpées ou arrêtées.

Une source a déclaré à Haaretz que la police procédait avec prudence dans cette affaire.

« Nous ne nous précipitons pas pour procéder à des arrestations sans preuves suffisantes », a déclaré la source. Nous devons voir avec qui ces personnes ont parlé au préalable, pour voir si elles ont planifié cela ou si elles venaient de la rue. »

Selon le rapport, il est probable que la police finisse par demander au public de l’aider à identifier les suspects.

Certains ont déjà été identifiés, mais pas interrogés.

Les violents affrontements entre les deux communautés se sont largement estompés, même si des tensions latentes subsistent dans certaines régions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...