Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Plus d’un millier d’habitants du nord bloquent la circulation, exigent de rentrer chez eux

Alors même que les attaques quasi-quotidiennes du Hezbollah se poursuivent, les "déplacés de la Galilée" ont érigé un campement de protestation près du kibboutz Amiad

Des Israéliens évacués des communautés du nord près de la frontière libanaise en raison des tensions transfrontalières actuelles, se tiennent au milieu de tentes avec un drapeau national lors d'un rassemblement près d'Amiad, exigeant de retourner dans leurs maisons, 23 mai 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Des Israéliens évacués des communautés du nord près de la frontière libanaise en raison des tensions transfrontalières actuelles, se tiennent au milieu de tentes avec un drapeau national lors d'un rassemblement près d'Amiad, exigeant de retourner dans leurs maisons, 23 mai 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Alors que les attaques lancées depuis le Liban contre les communautés du nord du pays se sont poursuivies tout au long de la journée de jeudi, plus d’un millier d’habitants ont monté un campement de protestation baptisé « Les déplacés de Galilée ».

Les manifestants demandent au gouvernement de prendre des mesures – militaires ou diplomatiques – pour mettre fin aux attaques du Hezbollah contre les communautés du nord, qui durent depuis plus de sept mois et les ont contraints à quitter leurs maisons.

Selon le quotidien Israel Hayom, certains maires des communautés du nord ont participé à la manifestation, ainsi que des députés des deux camps.

Les manifestants ont bloqué l’entrée du kibboutz Amiad, à une dizaine de kilomètres au nord du lac de Tibériade.

Selon Tsahal, des dizaines de projectiles ont été tirés depuis le Liban sur des villes du nord tout au long de la journée, dont un barrage qui a eu lieu quelques heures après qu’un membre haut placé du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran, qui aurait procuré des « armes stratégiques et uniques » au groupe terroriste, a été tué par une frappe israélienne.

Environ 60 000 habitants du nord ont été évacués depuis le 8 octobre, date à laquelle les terroristes dirigés par le Hezbollah ont commencé de lancer des attaques quasi-quotidiennes contre les communautés israéliennes et les postes militaires situés le long de la frontière, le groupe affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre qui s’y déroule.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de 10 civils du côté israélien, ainsi que celle de 14 soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a identifié 312 membres qui ont été tués par Israël au cours des affrontements en cours, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 61 autres membres d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et des dizaines de civils ont été tués.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.