Pompeo accuse l’Iran d’avoir fait « écho à l’appel d’Hitler au génocide »
Rechercher

Pompeo accuse l’Iran d’avoir fait « écho à l’appel d’Hitler au génocide »

"Une telle dépravation devrait dissiper toute notion que le régime appartient à la communauté des nations, a tweeté le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo s'exprime lors d'une conférence de presse au Département d'Etat, le mercredi 20 mai 2020 à Washington.(Crédit : Nicholas Kamm/Pool Photo via AP)
Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo s'exprime lors d'une conférence de presse au Département d'Etat, le mercredi 20 mai 2020 à Washington.(Crédit : Nicholas Kamm/Pool Photo via AP)

Vendredi, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a accusé les dirigeants iraniens d’avoir « fait écho à l’appel d’Hitler au génocide » après que le Guide suprême de l’Iran l’ayatollah Ali Khamenei a appelé à « éliminer le régime sioniste ».

C’est « incroyable » que le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et Khamenei « fassent écho à l’appel d’Hitler pour un génocide », a tweeté Pompeo. « Une telle dépravation devrait dissiper toute notion que le régime appartient à la communauté des nations. Nous sommes aux côtés de l’Allemagne et d’Israël contre la plus vieille et la plus terrible forme de haine, et disons #PlusJamais ».

Peu après que Pompeo a tweeté sa condamnation, le Coordinateur spécial des Nations unies pour le Moyen Orient, Nickolay Mladenov, s’est fendu de sa propre dénonciation.

« Des appels dangereux à la destruction d’#Israël devraient être condamnés par tous, a-t-il tweeté. Une réthorique d’incitation [à la haine] est une forme de #antisémitisme. Les #NU continueront à se dresser contre toutes les formes de #racisme, #haine et à promouvoir la #Paix et la stabilité au #MoyenOrient ».

La semaine dernière, Khamenei a appelé plusieurs fois à la destruction d’Israël.

« Nous soutiendrons et assisterons toute nation ou tout groupe, où qu’il soit, qui s’oppose et qui lutte contre le régime sioniste, et nous n’hésitons pas à le dire », a averti le guide suprême iranien.

« Éliminer le régime sioniste ne signifie pas éliminer les Juifs. Nous n’avons rien contre les Juifs. Cela signifie abolir un régime imposé et que les Palestiniens musulmans, chrétiens et juifs puissent choisir leur gouvernement et expulser des voyous comme [le Premier ministre Benjamin] Netanyahu », a écrit le guide suprême sur son compte Twitter.

Publiée sur le site de Khamenei, l’affiche montre des personnes en pleines célébrations sur le mont du Temple à Jérusalem, après l’avoir apparemment capturé d’Israël et qu’un drapeau palestinien a été hissé sur la mosquée Al-Aqsa.

« La Palestine sera libre. La solution finale : résistance jusqu’à la liberté », dit le texte de l’affiche.

Une affiche du site web du Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, appelant à la destruction d’Israël, qui utilise le terme « solution finale », qui fait généralement référence à la politique nazie de génocide contre les Juifs pendant la Shoah. (Crédit : english.khamenei.ir)

Celle-ci a ensuite été supprimée du site web.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a défendu une affiche anti-Israël qui a été partagée par le guide suprême du pays.

Zarif affirme que le slogan, « La solution finale : résistance jusqu’au référendum » montre que la République islamique cherche à obtenir un référendum dans les urnes pour les Palestiniens. Il a accusé l’Occident d’être anti-démocratique.

« Dégoûtant que ceux dont la civilisation a trouvé une ‘solution finale’ dans les chambres à gaz attaquent ceux qui cherchent une réelle solution dans les urnes, à travers un REFERENDUM. Pourquoi les Etats-Unis et l’Occident ont-ils si peur de la démocratie ? Les Palestiniens ne devraient pas avoir à payer pour vos crimes, ou votre culpabilité », a-t-il tweeté.

Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, pendant la 53e Conférence sur la sécurité de Munich, le 19 février 2017. (Crédit : Christof Stache/AFP)

Jeudi soir, l’Union européenne a condamné les menaces proférées par le responsable iranien contre Israël. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a publié un communiqué au nom de l’ensemble de 27 membres de l’UE.

« De telles déclarations sont totalement inacceptables et constituent une source profonde d’inquiétude. Elles sont aussi incompatibles avec l’objectif d’une région du Moyen Orient stable et paisible poursuivi par l’UE », pouvait-on lire dans le communiqué. « L’Union européenne rappelle son engagement fondamental à la sécurité d’Israël ».

L’ambassadeur d’Israël en Allemagne Jeremy Issacharoff — qui dans son ancienne fonction au ministère des Affaires étrangères se focalisait sur la menace iranienne – a déclaré vendredi que le communiqué de l’Union européenne n’allait pas assez loin.

Khamenei « n’a pas seulement remis en question la légitimité d’Israël, il a explicitement écrit sur ‘l’élimination du régime sioniste’ ce qui va de nier la Shoah à faire la promotion d’une [nouvelle Shoah] », a écrit le diplomate israélien sur son compte Twitter.

« La gravité de ses remarques n’est pas reflétée dans la réaction de l’UE ».

Il a ajouté que l’UE « devrait dépasser les mots » dans sa réponse, même s’il n’a pas donné de détails.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...